Roms, expulsions… le Président tarde à s’expliquer

Libé Roms, expulsions

La « conscience de gauche » découvre avec stupeur qu’un ministre de l’Intérieur PS mène la même politique qu’un ministre de l’Intérieur UMP.

Un billet d’humeur du Parisien libéral.

Libé Roms, expulsionsÇa y est ! Libération, le journal qui coule, parce qu’il vit sur une autre planète, découvre enfin que le Président Hollande n’a pas, sur le plan de l’humanisme, une politique tellement différente de celle de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

Cela est-il dû à Valls en tant que personne ? Non, pas vraiment.

Mais tout d’abord, présentons nos sincères condoléances à tous ces millions de gens qui ont cru, en toute bonne foi, qu’il existe une différence de fond entre social-démocratie de gauche et social-démocratie de droite. Comment ? Sarkozy n’était-il pas cet affreux nationaliste et raciste dont l’arrivée de Hollande allait nous guérir ? Il semble que non.

Libération, comme la plupart des journaux nationaux de ce pays, n’a en effet pas remarqué que dès mai 2012, dès le début donc, Hollande et son équipe rappelaient que le socialisme ne peut être que nationaliste. En effet, des expulsions de roms ou d’immigrés illégaux avaient lieu, sans que personne, hormis les sites de l’extrême gauche, ne dise rien.

Et même quand la presse grand public comme France 2, relayée sur YouTube par Libertarien TV, parlait des expulsions de Roms, cela ne faisait pas débat.

Hollande a t-il des explications à fournir, selon Libération ? Et Ayrault en tant qu’ancien maire de Nantes ? Et Aubry ? Et Delanoë et Hidalgo ?

En réalité, les expulsions de Roms et les reconduites à la frontière d’immigrés clandestins ne peuvent que se poursuivre, et ce pour les raisons suivantes :

  • C’est la loi. Or, les socialistes au pouvoir depuis 18 mois ont beau jouer les pleureuses devant les médias ou en signant des pétitions, non seulement ils n’ont pas modifié la loi au parlement alors qu’ils sont majoritaires et de plus ils l’appliquent avec soin quand ils sont maires.
  • La France ne parvient plus à supporter sur son territoire la présence, financièrement parlant, de gens non insérés dans le système social et fiscal en tant que cotisants.
  • Visiblement, la population appuie ce genre de politique et semble même en vouloir davantage.

Si Libération veut vraiment aider les Roms, il existe plusieurs solutions : demander une refonte massive et urgente de notre système social, afin d’en finir avec toutes ces aides publiques et favoriser les solidarités privées, cesser de penser que la gauche social-démocrate est différente de la droite social-démocrate, donner de l’argent à toutes ces associations qui font de la solidarité réelle (Croix Rouge, Secours Catholique etc), et aussi continuer et faire respecter le droit de propriété privée.

Ne parlons même pas de l’idée d’héberger directement des roms chez soi, dans son loft du XIeme ou du VIeme arr., ça risquerait de faire tache dans le décor. C’est mieux de demander aux CRS de nettoyer le quartier…


Sur le web.