Dès la maternelle le contenu de l’enseignement va changer

Maternelle_pics_390

Après les rythmes scolaires, Peillon va réformer les programmes.

Un article de l’aleps.

Maternelle_pics_390Le succès appelle le succès. Fier de sa réforme des rythmes scolaires et de l’accueil enthousiaste qu’elle a reçu, Vincent Peillon vient d’installer jeudi dernier le Conseil Supérieur des Programmes. Il sera présidé par Alain Boissinot, professeur de lettres, ancien recteur et directeur de cabinet de Luc Ferry (une référence), Anny Cazenave, géophysicienne membre de l’Académie des Sciences et spécialiste du développement durable en sera la vice-présidente. D’autres personnalités (beaucoup d’inspecteurs généraux), six parlementaires et quelques autres vont travailler sur la refonte des programmes.

Il y a urgence, dit Vincent Peillon. Une urgence qui débute dès la maternelle : les maîtresses n’ont-elles pas tendance à apprendre aux enfants à lire et à compter, alors que cela ne doit se faire qu’à partir du cours préparatoire ? Elles handicapent ainsi des enfants qui ne peuvent suivre. Toujours pour donner leur chance aux enfants en difficulté, l’apprentissage d’une matière devrait se faire non pas en un an, mais sur un cycle de trois ans. Originalité : un cycle réunirait les deux cours moyens et la classe de sixième, plus de cloison entre l’école et le collège – facile à gérer pour les établissements !

imgscan contrepoints 2013-2271 LaïcitéVincent Peillon rappelle les « priorités de l’École de la République », dont « l’éducation à l’environnement et au développement durable, le respect de l’égalité entre les sexes, la valorisation des langues et cultures régionales, la promotion d’une plus grande ouverture sur l’Europe et sur le monde…» Il demande aussi de se référer au rapport sur l’enseignement de la morale laïque.

Voilà de quoi rassurer les familles aujourd’hui inquiètes de la nullité des résultats scolaires. Espérons que cette réforme s’impose aussi à l’enseignement privé dit « libre » ! 


Sur le web.