Raymond Aron le dissident

Ou comment discerner le vrai du faux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Raymond Aron le dissident

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 octobre 2013
- A +

Par Marc Crapez.

Raymond-Aron

Ma première rencontre avec Aron fut la lecture d’un livre d’entretiens, Le spectateur engagé. Ce gisement de réflexions politiques récusait la posture de l’intellectuel donneur de leçon : « Je ne suis pas la conscience universelle ».

Nul doute, il fallait tout lire ou presque. D’abord, bien sûr, les œuvres rééditées en poche. Mais surtout, les ouvrages plus difficiles à se procurer. Une vieille édition d’Études politiques et autres textes de science politique sur la théorie des élites. La préface au Traité de sociologie de Pareto, que je n’ai pu m’offrir que beaucoup plus tard. Et, en attendant, à la Bibliothèque nationale, le Aron héros d’intelligence et d’honnêteté intellectuelle qui mettait en émoi le panier de crabes de l’intelligentsia.

Cet Aron-là est celui de L’Opium des intellectuels, certes, mais aussi de livres méconnus aujourd’hui, comme La révolution introuvable, sur Mai 68, le Grand schisme et autres écrits, à chaud, sur Vichy, Londres et le totalitarisme. Aron fit partie de ces auteurs des années 1930 qui préconisaient de remédier aux défaillances du libéralisme d’alors en lui insufflant une dose de décisionnisme.

La préface d’Aron au texte de Weber Le savant et le politique indique la bonne méthode.

Au lieu de vouloir révolutionner la pensée mondiale, se mettre à la place des acteurs en se posant la question : comment m’y prendrais-je si j’étais à la place de tel dirigeant ? Comment s’y prendre empiriquement mais aussi théoriquement, c’est la question soulevée par Les grandes étapes de la pensée sociologique.

« Libéral réaliste »1, Aron délimite une « approche du vrai »2.

Il nous lègue ce précepte, pour utiliser un bien grand mot épistémologique :

« La charge de la preuve incombe manifestement à ceux qui prêtent aux évènements une signification profonde, inconnue des acteurs ».

Autrement dit, jusqu’à preuve du contraire et jusqu’à plus ample informé, il est de bonne méthode de tenir grand compte des significations que les gens prêtent à leurs actes.

Aron considère que « ce n’est pas la subjectivité et la relativité de la science qui fondent la nécessité du choix, mais le caractère partiel des vérités scientifiques et la pluralité des valeurs ».

Il n’y a pas de fondation absolue de la connaissance, mais on peut peser un argument et sa résistance aux objections. La conception qui se veut méthodique plutôt que scientifique ne prétend pas atteindre le vrai mais assurer une validité des raisonnements permettant, à terme, aux idées justes de l’emporter.

Dans l’édition de ses Mémoires, Raymond Aron dut se résigner à caviarder un passage trop « droitier ». Celui dont la jeunesse « de gauche » est un mythe forgé post-mortem3, était sceptique sur l’ancienneté du clivage gauche-droite4 et était réticent face à l’idéologie européiste qui se profilait à l’époque5. On comprend qu’il ait déclaré se « sentir très peu universitaire » et n’être intellectuel « qu’en dissident ».


Retour au sommaire de l’édition spéciale Raymond Aron, 30 ans déjà

  1. M. Crapez, « Raymond Aron, libéral réaliste », Le banquet, 27, mai 2010. Voir aussi M. Crapez, Politique étrangère, 2010-1.
  2. M. Crapez, « Raymond Aron, l’approche du vrai », Sociétal, 64, 2ème trimestre 2009.
  3. M. Crapez, Défense du bon sens ou la controverse du sens commun, éd. du Rocher, 2004.
  4. M. Crapez, Naissance de la gauche, éd. Michalon, 1998.
  5. M. Crapez, Un besoin de certitudes. Anatomie des crises actuelles, éd. Michalon, 2010.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je constate qu’il est de bon ton de taper sur Ayn Rand, alors que ce qu’elle a écrit est loin d’être stupide, malgrés ce que vous dites.

    Certains sont plus virulents quand ils parlent de Rand que de Marx. Je ne suis pas sûr que ce soit la bonne méthode…

  • « Aron se méfiait comme de la peste des certitudes. »

    Merci pour ça et pour le reste de votre réflexion aussi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Un grand penseur et un grand passeur

Au total, les options politiques et les valeurs qu’il défend font de lui un libéral, mais un libéral d’une espèce un peu curieuse puisqu’on a pu dire de lui qu’il a passé sa vie à aller à gauche en tenant des propos de droite et à droite en tenant des propos de gauche.

Quand en 1980, on lui demande s’il est le dernier libéral, il revendique son libéralisme mais répond :

Non. Aujourd’hui il y en a beaucoup qui me rejoignent. À la limite, je pourrais être à la mode.

C’est aussi en libéra... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

Troisième parie de cette série ici.

 

La fécondité de son scepticisme

Son humanisme se teinte d’un grand scepticisme, ce que traduit sa manière très lucide de concevoir la nature humaine, le devenir historique et l’action politique.

Sur l’homme, il ne nourrit pas de grandes illusions lyriques. On peut résumer sa position par une formule de son ami le ph... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Retrouvez les autres parties de l’article ici, ici, et ici.

Après avoir résumé, en partie I, les idées que présente Burnham dans son livre Les Machiavéliens, puis revu dans les parties II & III les problèmes pour la démocratie qu’impliquent ces conclusions, les lacunes libérales de Burnham ainsi que des penseurs machiavéliens sont le sujet de cette partie IV.

La plupart des individus qui vivent en démocratie, et pour qui l'idéal démocratique est presque devenu une partie de leur propre identité, ress... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles