Transition énergétique : pourquoi taxer le nucléaire ?

Si l’on taxe le nucléaire qui est une énergie propre, ce sont aussi toutes les énergies renouvelables qu’il faudrait taxer pour financer une illusoire transition énergétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : pourquoi taxer le nucléaire ?

Publié le 12 octobre 2013
- A +

Si l’on taxe le nucléaire qui est une énergie propre, ce sont aussi toutes les énergies renouvelables qu’il faudrait taxer pour financer une illusoire transition énergétique.

Par Marc-André Chargueraud.

Les centrales nucléaires devront acquitter la nouvelle « contribution climat-énergie », désignation actuelle du projet de « taxe carbone« . Pourtant le nucléaire est une énergie « propre », elle ne produit pas de gaz carbonique (CO2). Certes, mais il faut bien trouver des fonds. « Les centrales nucléaires » sont amorties, elles sont donc très rentables. Elles doivent montrer leur solidarité.

On semble oublier qu’il est urgent qu’elles procèdent à des investissements très importants pour se conformer aux nouvelles normes de sécurité indispensables après la catastrophe de Fukushima.

On dénonce très justement que les sommes accumulées pour faire face aux démantèlements de centrales en fin d’exploitation sont insuffisantes. Il faut donc immédiatement que les exploitants les augmentent considérablement. Comment pourront-ils le faire si la « taxe carbone » diminue leurs possibilités de financer cette priorité ? On doit ajouter que chaque année supplémentaire d’exploitation permettra d’augmenter ces provisions pour un démantèlement qui devra intervenir tôt ou tard.

En fin de compte, qui va payer cette « contribution climat-énergie » ? C’est une fois de plus l’État, puisqu’il détient 85 % des actions du propriétaire de ces centrales, l’Électricité de France (EDF), et donc indirectement le contribuable.

L’énergie hydraulique, celle de nos barrages, est exemptée de toute taxe carbone. Pourtant, comme elle, l’énergie nucléaire est « propre », largement amortie et est assurée du combustible dont elle a besoin pendant la durée de vie qui lui reste. Au nom d’une solidarité souvent évoquée, les énergies propres ne devraient-elles pas toutes acquitter la taxe carbone ?

A lire aussi :

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Le nucléaire une énergie « propre » ? Ha ha ha ha ha ha, merci pour cette grosse blague. Au fait, pourquoi n’allez vous pas respirer l’air « propre » de Fukushima ?

    • Parce que, évidemment, à terme toutes les centrales deviendront Fukushima :)?

      Allons ensemble respirer les bonnes émanations d’une centrale à charbon/pétrole et danser avec des mineurs ou des foreurs (dont la santé est sûrement au top et il n’y avait jamais d’accident).

      Oh, et les imperfections de l’uranium (ça explose facilement cette chose là) sont comblées par le thorium. C’est vers ce côté qu’il faut militer, pas du côté vent qui tourne…
      (Le solaire est prometteur mais nécessite encore de nombreuses années et est extrêmement inhibé par notre atmosphère.)

    • OBSERVNUCLEAIRE: « Pourquoi n’allez vous pas respirer l’air « propre » de Fukushima ? » »

      -Fukushima: zéro mort, exploitation du Charbon: 4000 morts par année. (On ne parle même pas pollution)
      -Fukushima a rejeté bien moins de radioactivité que le volcan Eyjafjöll
      -Et infiniment moins de pollution que toutes les cuves, usines chimiques dévastées par le tsunami dont pas un seul écorigolo ne parle.

  • Loin des partis pris idéologiques, pour considérer une énergie comme « propre » il faut considérer l’ensemble de la chaîne. L’extraction, le transport, le retraitement du combustible sont loin d’être neutre.
    À ce titre, peut-être que le bilan de l’éolien et du solaire sont meilleurs (une fois extraites les rares matières premières nécessaires).
    Au passage c’est pour cette même raison que la voiture électrique n’est « propre »que dans la bouche des lobbies et des politiques qui leur prêtent une oreille complaisante.

    • L’éolien et le solaire sont des énergies intermittentes. Si vous y ajoutez le coût de la centrale à gaz qui doit toujours être prête a prendre le relais, le bilan est tout différent.

  • Le nucléaire une énergie propre avec des déchets laissés aux générations futures, comme le poids de la dette d’ailleurs, très responsable comme génération.

  • Bonjour,

    Le nucléaire est une énergie propre et décarbonnée……faisons le bilan carbone en intégrant l’exploitation des mines au Niger ( et des risques insensés affligés à ces populations), ainsi que les envois « ailleurs  » des déchets. Je me permets de rappeler que le bilan carbone doit intégrer toute la chaine amont et aval du cycle de vie sinon ça ne veut rien dire. Par ailleurs que les bénéfices engendrés servent aujourd’hui à financer autre chose, je ne vois pas ou se pose le problème puisque ça fait déjà 40 ans que les centrales sont subventionnées par l’impôt. Aussi prévoir le financement de la survie des centrales ne fait que retarder le problème d’un investissement futur indispensable….quelle politique énergétique pour demain et à partir de là, quelque soit le mode retenu il s’agira d’investir des centaines de milliards pour simplement maintenir le niveau de production que l’on a aujourd’hui. Dans tous les cas on augmentera les coûts car il faudra intégrer le démantèlement en plus du réinvestissement. La prolongation n’est donc qu’un coût supplémentaire qui ne répond pas au problème mais qui permet juste de l’esquiver.

  • bah , tant que le nucléaire n’est pas taxé au même niveau que les carburants le GVT ne sera pas content et il y a encore une marge énorme.
    mais soyez heureux , le renouvelable , eolien /solaire/bois vous sauvera une jour..sauf si l’état se rend compte de la disparition de son pouvoir de nuisance et de sa main mise sur le destin des populations(voir la taxation du solaire chinois pas assez cher pour eux)

  • J’ai publié ce billet le 23 septembre sur mon blog, ça en dit long sur la politique du gouvernement socialo-écolo-marxiste au pouvoir et ses intentions futures :
    Taxer ce qu’on n’utilise pas (mais qu’on pourrait utiliser) !
    Publié le 23 septembre 2013
    A court d’argent, l’Etat français a décidé de taxer les propriétaires occupants de leur logement comme s’ils percevaient les revenus d’un loyer fictif puisque selon la rhétorique socialo-marxiste un propriétaire pourrait dans un autre cas de figure louer le logement qu’il occupe et percevoir de ce fait un loyer dont le montant (fictif) se surajouterait à ses revenus déclarés. Je veux bien, mais cela revient à dire que les sales propriétaires bourgeois capitalistes n’ont qu’à aller vivre dans des squats ou sous les ponts quand il y en a. Pour le nouveau paysage énergétique français issu d’une transition décrétée par ce même pouvoir socialo-écolo-marxiste, c’est un peu la même démarche théorique qui se dessine pour le rééquilibrage énergétique devant aboutir à une diminution de 50 % de la consommation d’énergie, de quelle énergie, on ne sait toujours pas sinon qu’en 2030 il faudra coûte que coûte (et j’insiste sur ce point) réduire de 30 % la consommation des énergies fossiles variées pour diverses raisons dont le soi-disant effet de serre du CO2 qui, je le rappelle à mes lecteurs, n’a toujours pas été prouvé formellement. Donc le gouvernement va taxer les centrales nucléaires puisque à puissance égale, si elles utilisaient du charbon, du fuel ou du gaz, elles émettraient du CO2 (qu’elles n’émettent pas) et elles doivent donc être taxées sur cette base : du CO2 qu’elles produiraient éventuellement dans l’hypothèse où, au lieu d’utiliser la fission de l’uranium qui est « carbon-friendly » comme se plaisent à le dire les Américains, ce monstre monopolistico-capitaliste qu’est EDF et qu’il faut à tout prix mettre à genoux doit donc s’acquitter d’une taxe carbone fictive, comme le propriétaire de son logement qu’il occupe doit s’acquitter d’une taxe sur le loyer fictif qu’il percevrait en louant son logement. On en arrive donc, pour satisfaire les délires idéologiques des écolos associés pour le pire aux socialistes dans ce projet totalement délirant de transition énergétique à ce paradoxe qui voudrait qu’on paye des taxes pour ce qu’on n’utilise pas mais qu’on pourrait utiliser. Ce genre de raisonnement est la porte ouverte au totalitarisme que même des assassins idéologues comme Staline n’ont pas imaginé de leur vivant. Par conséquent la France est définitivement orientée vers une catastrophe économique et sociale de grande ampleur. Comme se plait à le dire H16, ce pays est définitivement foutu !

    • Nous taxer pour ce que l’on ne consomme pas mais, que l’on pourrait consommer, rassurez-vous c’est en cours de réalisation.

      En effet avec les compteurs intelligents que nous vantent les conteurs intelligents que sont les financiers spéculateurs de l’énergie, on y arrive…
      Il a été décidé que la Contribution au Service Public de l’Electricté financera les opérateurs qui géreront notre consommation aux heures de pointe et tout ce que nous n’auront pas consommé sera rétribué aux opérateurs par une taxe incluse dans la CSPE…

      Cest-y pas beau ça, il fallait y penser, nous prendre via la CSPE de l’argent pour ce que nous consommons et pour ce que nous ne consommons pas, ne nous prendrait -on pas pour des vaches à lait, pour rester dans le langage correct.

      http://www.actu-environnement.com/ae/news/loi-brottes-marche-capacite-effacement-17576.php4

      « L’article prévoit aussi qu’une prime soit versée aux opérateurs d’effacement, reconnaissant ainsi leur rôle dans la maîtrise de la demande d’énergie. « Cette rémunération est destinée à valoriser l’effacement en matière de maîtrise de la demande d’énergie ou de sobriété énergétique, soit la contribution à la réduction des consommations de pointe, la réduction des émissions de gaz à effet de serre induits, et à terme la réduction des besoins d’investissements de production en pointe », indique le gouvernement. Cette prime sera acquittée par l’ensemble des consommateurs, via la contribution au service public de l’électricité (CSPE). « Sont proposées, en cohérence, des adaptations visant à assurer le financement de la rémunération spécifique des opérateurs d’effacement par la CSPE, et à donner la faculté à la Caisse des dépôts et consignations d’assurer le versement de la rémunération spécifique aux opérateurs d’effacement »,

    • @jacqueshenry votre commentaire va dans le sens du réalisme qui semble échapper aux utopistes qui n’ont pas encore compris que ceux justement qui devraient avoir plus d’énergies soi disant propres auront à payer de leur santé pour vivre comme on vivait il y a plus de 60 ans. Ce qu’on a vécu eux ne le pourront jamais.Fallait savoir voler de ses propres ailes presque dès le berceau! On voit déjà les dégâts causés sur des cultures suite à l’abandon de produits qui avaient fait leurs preuves n’en déplaise aux écolos et autres rêveurs d’un monde propre en ordre mais qui sera aux mains de potentats encore pires que Staline

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don