Fiscalité : l’idéologie à la manœuvre

Quotient familial, fiscalité des entreprises, retraites : le gouvernement fait tout pour stigmatiser l’esprit d’initiative et banaliser l’intervention de l’État pour toute dépense. Chronique d’une fiscalité devenue folle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité : l’idéologie à la manœuvre

Publié le 11 octobre 2013
- A +

Quotient familial, fiscalité des entreprises, retraites : le gouvernement fait tout pour stigmatiser l’esprit d’initiative et banaliser l’intervention de l’État pour toute dépense. Chronique d’une fiscalité devenue folle.

Par Cécile Philippe.
Un article de l’Institut économique Molinari.

L’urgence est au rééquilibrage des comptes publics. Il était relativement sensé de penser – dans un pays qui détient un record en matière de fiscalité – que la stratégie Hollande serait certes d’augmenter les impôts – une attente de son électorat –, mais qu’elle viserait aussi à tenter de redonner réellement de la place à l’initiative individuelle, seul garant d’un retour à une croissance durable.

Or, c’est tout l’inverse qui s’est produit avec un acharnement, qui donne certes un semblant de cohérence à la politique Hollande, mais n’en est pas moins de très mauvais augure. En effet, si nombre de mesures visent à engranger des recettes supplémentaires (création d’une nouvelle tranche d’impôt sur le revenu, hausse des taxes pesant sur le tabac et la bière, etc.), d’autres illustrent le refus systématique du gouvernement actuel de libérer les individus de l’emprise de l’État, de les laisser créer, innover, entreprendre.

La mesure la plus révélatrice en la matière est celle qui a consisté à maintenir les prestations familiales universelles tout en diminuant le quotient familial. Cela revient de fait à récupérer une part plus importante des fruits du travail des gens tout en continuant à les subventionner par ailleurs. L’État prend d’une main ce qu’il redonne de l’autre comme si ce passage obligé par la case « État » sanctifiait le revenu obtenu. Or, c’est justement là que le bât blesse. La fiscalité et les subventions – loin de glorifier la création de richesse – suscitent toutes sortes d’effets pervers qu’il est grand temps de considérer avec sérieux.

Plus largement, le matraquage des niches fiscales relève de la même idéologie. En France, les taux de prélèvements réels représentent plus de 55% de ce que distribue l’employeur. Dans ces conditions, il est compréhensible qu’une multitude d’aménagements aient été mis en œuvre pour les employeurs et leurs salariés afin de rendre supportable la pression sociale et fiscale reposant sur le travail. Connues sous le nom de niches fiscales et sociales, ces dispositions légales permettent de distribuer des compléments de rémunération ou des avantages en franchise de charges et d’impôts. Elles peuvent prendre des formes très diverses : mise à disposition d’avantages en nature, co-financement de la couverture sociale complémentaire, etc.

Toutes ces niches fiscales et sociales ne sont pas la marque d’une volonté de frauder le système, mais des moyens octroyés au fil du temps par les pouvoirs publics pour rendre la pression fiscale et sociale plus supportable.

Or, le gouvernement actuel a pris l’habitude de stigmatiser ces niches, en les présentant comme des anomalies à résorber ou raboter. Il s’agirait de dépenses fiscales et sociales qui amputeraient les comptes publics. Or, ces dépenses n’ont de dépenses que le nom. Il s’agit en effet de dispositions légales prévoyant que certains revenus – gagnés honnêtement – seront moins fiscalisés ou socialisés que d’autres, voire ne seront pas taxés. Stigmatiser ces revenus relève de la même philosophie qui consiste à prendre plutôt qu’à redonner de la marge de manœuvre aux individus.

Que dire de la réforme des retraites si ce n’est que le problème est le même. La principale mesure vise à fiscaliser une nouvelle fois le travail (par une augmentation des charges salariales et des charges patronales). Or, cette fiscalité menace justement le financement de la protection sociale par le chômage qu’elle crée.

Là encore, le gouvernement préfère favoriser les choix publics face à la possibilité de donner un ballon d’oxygène aux choix privés. Favoriser ces derniers aurait notamment consisté à augmenter la durée de cotisation pour bénéficier de ce qu’on appelle « une retraite à taux plein ». Cela aurait laissé le choix aux gens de travailler plus longtemps ou de toucher une retraite par répartition moindre. L’idéal aurait été de compléter ce type de mesures par des possibilités de constituer plus facilement une épargne complémentaire pour compenser la baisse des retraites par répartition.

Cette tendance est probablement plus grave que ce que disent certains chiffres sur la pression fiscale en France. En effet, ils montrent une stigmatisation à l’égard des choix personnels, de l’effort et de l’initiative quand justement la situation exige de toute urgence qu’on redonne aux individus l’envie de rester en France, d’entreprendre, de créer. Le ras-le-bol fiscal est sans doute à comprendre dans ce sens et le gouvernement serait bien inspiré d’entamer une réflexion sur la légitimité d’une telle politique.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boomers non-travail orpea actionnaire
8
Sauvegarder cet article

Je suis un boomer et cet état de fait me range dans la catégorie des salauds de vieux qui sont plus riches que les jeunes. J’ai donc des comptes à rendre aux révoltés juvéniles. Je vais essayer de les régler dans cet article.

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie que ces jeunes n’ont pas encore vécue. Ils s’accompagnent aussi d’une pensée autoritaire et pessimiste pour juger la liberté dangereuse et le capitali... Poursuivre la lecture

retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles