« Sur le chemin de l’école » : une jolie leçon de vie pour toute la famille

Ce beau film documentaire, certes plein de bons sentiments, n’en est pas moins une jolie leçon de vie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
sur_le_chemin_de_l_ecole_affiche-1429c

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Sur le chemin de l’école » : une jolie leçon de vie pour toute la famille

Publié le 9 octobre 2013
- A +

Ce beau film documentaire, certes plein de bons sentiments, n’en est pas moins une jolie leçon de vie.

Par Audrey Longin.

« Sur le chemin de l’école » est sur nos écrans depuis le 25 septembre. Le réalisateur Pascal Plisson nous plonge à travers ce film documentaire, dans les incroyables histoires de quatre enfants de pays différents tous unis autour du même objectif : aller à l’école.

Car c’est bien là le sujet de ce film, il nous montre, comme si nous y étions, le parcours du combattant de ces élèves pour se rendre à l’école. Et pour eux, ce mot « école » relève presque du sacré.

Ces quatre destins extraordinaires font échos aux célèbres menaces des parents sur la chance d’aller à l’école. « Beaucoup de petits enfants n’ont pas ta chance, tu dois bien travailler pour avoir un métier » ; « L’école c’est important. Tu sais, il y a plein d’enfants dans le monde qui ne peuvent pas y aller ».

Pour nos enfants, ces phrases trop théoriques, mais certes vraies, ne peuvent pas être une source de motivation. Mais pour Jackson 11 ans, Zahira 12 ans, Carlos 11 ans et Samuel 11 ans, c’est leur réalité. Ils font partie de ces enfants qui ont la chance de pouvoir accéder à l’éducation dans leur pays et ils ne viennent pourtant pas de familles aisées.

Ce documentaire est un témoignage de la volonté de ces enfants à aller à l’école. Une volonté qui ne flanche jamais malgré des parcours pour s’y rendre très risqués.

Quand nous apprenons à nos enfants à bien regarder à droite et à gauche pour traverser, le papa de Jackson, lui, explique à son fils comment éviter les troupeaux d’éléphants pour ne pas se faire écraser. Car Jackson est Kényan et met, avec sa petite sœur Salomé, deux heures pour se rendre dans son école à pied. Zahira, accompagnée de deux amies, met quatre heures pour aller chaque lundi à son internat. Le chemin de son petit village au cœur du plateau de l’Atlas au Maroc jusqu’à son école est long et risqué. Carlos est Argentin et met 1h30, monté sur son cheval avec sa petite sœur, pour rejoindre leur établissement. Les pentes sont raides et il faut bien manœuvrer pour ne pas risquer de tomber dans le ravin. Samuel est Indien. Il fait les 1h15 qui le séparent de son école accompagné de ses deux frères. C’est d’ailleurs grâce à eux qu’il peut s’y rendre. Samuel est handicapé et se déplace en chaise roulante fabriquée à partir d’une chaise en plastique et de roues de vélo.

Ces petits héros ont une joie de vivre et une énergie inépuisables. Même sur leur chemin semé d’embûches, ils n’ont qu’une seule idée en tête : arriver à l’heure à l’école. Ces enfants ont bien conscience que seule l’école peut les aider à avoir un métier. Ils rêvent de devenir médecin ou pilote d’avion. Tous connaissent leur chance et ne veulent en aucun cas la gâcher.

Ce film est une jolie leçon de vie pour toute la famille.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Très beau film.
    Ayant fait du bénévolat là-bas, je connais le coin où habite la petite Zahira, ainsi que son école. Je n’ai été mis au courant de ce film que récemment ; il décrit très bien la réalité.

  • et alors qu’attendez vous pour une très large diffusion de cette illustration ô combien pédagogique…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rite républicain auquel plus personne ne croit, le bac continue d’occuper les marronniers de début juillet. Le score de réussite frôle les 100%, sans que les vrais problèmes de l’éducation ne soit abordés.

Depuis la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer, le bac ne s’est jamais déroulé dans des conditions normales. Cette année encore, certaines épreuves intermédiaires ont été reportées. Le grand oral a pourtant eu lieu, durant lequel l’élève récite cinq minutes durant un texte qu’il a eu plusieurs mois pour préparer. Les scores de ré... Poursuivre la lecture

Par Kerry McDonald.

 

Comme tant d'autres entrepreneurs, Luma Mufleh a repéré un problème et a trouvé une solution. En 2004, lorsqu'elle a commencé à entraîner une équipe de football composée de jeunes garçons réfugiés dans la banlieue d'Atlanta, elle a rapidement compris que les écoles publiques locales qu'ils fréquentaient s'en désintéressaient. Ils passaient dans la classe supérieure sans savoir lire et écrire et sans être capables de maîtriser le contenu académique qui leur était présenté. Ils étaient également en diffi... Poursuivre la lecture

La question de l’enseignement des mathématiques fait un retour préoccupant dans le débat public français. D’après les sociétés savantes et les enseignants de la discipline, seuls 59 % des élèves de terminale générale suivent actuellement un enseignement de maths contre 90 % avant la réforme du lycée mise en œuvre à la rentrée 2019.

Pas exactement l’orientation à laquelle on s’attendait de la part d’un ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qui a beaucoup communiqué en début de quinquennat sur la nécessité de renforcer... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles