Le Rwanda face au défi du capital social

Près de vingt après le génocide, la majorité des Rwandais n’ont plus confiance en les autres. Une difficulté sociale qui s’ajoute aux problèmes économiques du pays. Comment y remédier ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Merci de bien vouloir préciser que la libéralisation économique indispensable au futur harmonieux des populations rwandaises nécessite une libéralisation de l’expression politique.
    Or Paul Kagame n’est pas ce que l’on appelle couramment un « démocrate ». Son choix de la libéralisation économique est un calcul politique pour essayer d’asseoir son pouvoir de type dictatorial.
    Ce calcul pourrait heureusement être mis en échec à terme, par une population libéralisée qui demanderait que la machine politique et étatique reste à sa juste place ancillaire dans la société.
    Alternativement, il y a toujours une possibilité que Paul Kagame soit lâché par ses soutiens et qu’il finisse remplacé par un autre dictateur.

  • C’est le pays qui va le moins mal dans cette région troublée.Le président malgré son autoritarisme a diminué la corruption,augmenter les soins médicaux 92% de la population est couvert par les assurances sociales) et la scolarisation.En plus de la réforme judiciaire.Même si des progrès restent encore à faire.La RDC et le Burundi sont eux dans un état encore pire…

    • @Libre, l’article parle du Rwanda, que viennent faire le Burundi et la R.D.C ici. Comme quoi pour souternir ton president Kagame, tu dois faire une comparaison qui sans nul doute ne tiendra pas face a une analyse profonde. En fait tes arguments sont ceux de quelqu’un qui veut vendre un cheval aveugle en vantant ses pieds.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles