France, qu’as-tu fait de ta jeunesse ?

Depuis l’extinction programmée des Trente Glorieuses, puisque tout a une fin, qu’avons-nous vraiment fait de notre jeunesse ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jeunesse travail (Crédits somgestio, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France, qu’as-tu fait de ta jeunesse ?

Publié le 29 septembre 2013
- A +

Depuis l’extinction programmée des Trente Glorieuses, puisque tout a une fin, qu’avons-nous vraiment fait de notre jeunesse ? 

Par Philippe Robert.

Depuis l’extinction programmée des Trente Glorieuses, puisque tout a une fin, qu’avons-nous vraiment fait de notre jeunesse ? Depuis lors, dans un saisissant raccourci du temps et de l’espace, comment la jeunesse de 2013, désormais, imagine-t-elle l’avenir en fonction de son environnement présent ?

L’environnement présent ayant d’ailleurs été conditionné par des décennies de politiques durablement ôtées de toute cohérence, dans le sens où le pire s’est toujours rapidement substitué au meilleur et vice-versa, nous pouvons aujourd’hui constater que nous sommes parvenus au pire du pire !

Ainsi j’ai pu remarquer, et dois-je le préciser à mes dépens, à quel point l’humeur des jeunes gens d’aujourd’hui a pu se dégrader jusqu’à faire preuve, pour un motif le plus souvent futile, d’un comportement clairement caractériel sans qu’aucun signe précurseur ne vînt à en dessiner les douloureux contours.

Cette expérience quelque peu traumatisante pour un vieux monsieur qui, pourtant, en a vu d’autres a revêtu, pour lui, la confirmation physique d’un immense malaise au sein de notre jeunesse qui, manifestement, souffre d’une détresse morale qui la conduit à pratiquer un repli sur soi aux effets explosifs.

C’est en tout cas ce que j’ai vécu tout récemment et j’ai ainsi pu constater par moi-même combien les limites entre la maîtrise de soi et le passage à l’acte, dont le franchissement représente un signal d’alerte rouge, peuvent se révéler d’une grande fragilité dès lors que la décence se trouve bafouée.

Et à propos de repli sur soi, je tiens à citer ici un chef d’entreprise [1] dont l’expérience en matière de recrutement est particulièrement éclairante concernant l’état d’esprit dans lequel, après des années de bourrage de crâne, se trouvent enfermés les jeunes et les moins jeunes à la recherche d’un travail :

“Après avoir passé des dizaines et des dizaines d’entretiens avec des personnes de tous âges, après avoir parcouru des milliers de CV (…) l’écart est saisissant entre ce que les moins de 25 ans perçoivent de l’entreprise et la réalité. Ce n’est pas leur faute, évidemment, mais il serait utile que l’on s’interroge sur ce qu’on leur raconte tout au long de leurs études”.

Julien Leclerq, le chef d’entreprise en question, contribue dans son domaine d’élection à faire ressortir la grande misère des jeunes et des moins jeunes auxquels l’État-providence, lui-même en route pour le cimetière, ne laisse que peu de chance de s’en sortir sauf, pour les plus qualifiés d’entre eux, à choisir l’émigration.

Mais M. Leclerq ne se contente pas de déplorer une situation qui n’a que trop duré pour donner leur chance à une population représentant les vraies forces vives de la nation ; il explique aussi de quelle manière l’on pourrait s’y prendre pour redresser la barre et sortir d’un marasme installé de longue date par des élites irresponsables :

“Si nous passons beaucoup de temps à expliquer aux jeunes que le marché du travail est au plus mal (pas très motivant !), il est à mon sens important d’en prendre également pour leur expliquer ce que l’on attend d’eux : des connaissances qu’ils seront seuls à avoir, du talent, de l’investissement… et du coup ce qu’ils peuvent légitimement espérer en retour”.

Il faut donc éviter de briguer un travail en retournant les termes de l’échange avant même d’en connaître la teneur et d’avoir fait ses preuves au contact de la réalité entrepreneuriale… Et comme rien, jamais, n’est acquis sans effort, faisons en sorte d’en instruire dès potron-minet et pour la vie les jeunes générations.

Chronique d’un salaud de patron sur Amazon

  1. Julien Leclerq : “Chronique d’un salaud de patron – Bienvenue dans le vraie vie d’un patron de PME” (aux éditions Les Cavaliers de l’Orage, mai 2013).
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Et bien si le terrorisme une méthode de relancer l’économie, certains partons n’ont pas attendu de l’appliquer pour créer des places libres.

    Que l’on parle de mobbing ou de management par la terreur, le résultat est évident on trouve des laissé pour compte qui n’ont rien vu venir et qui ne se relèveront plus pour certains.

    En toute impunité, ou même s’il y a un scandale, ces hommes de paille qui cachent la foret de la lâcheté et du préjugé, ne laisseront pas les vrais coupables payer pour ces actes meurtriers.

  • le modèle éducatif prive d’avenir tout les gens taillés pour une tache donnée : les vocations ou les passions.

    C’est le syndrome Dr House ou Gibbs…

    Tout le monde admire ces héros de série US, mais personne n’est pret au sacrifice nécessaire pour obtenir leurs vies.

    Et ceux qui sont prêt à le faire n’obtiendront jamais le CV pour le poste.

    il y a des talents cachés et gachés ; le système de recrutement et les politiques RH sont responsables de la perdition et la non adéquation des postes.

    Outre l’éducation, il y a peut être un problème de maturité des jeunes, maternés par des bobos de profs à cent lieues des réalités pour certains.

    Donc le problème est où ? profs qui forment pour avoir un taux de placement optimal ; en connaissance des critères de selections RH, ou RH qui ciblent mal ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite des déclarations d’Emmanuel Macron aux lecteurs du journal Le Parisien, un sondage CSA pour Cnews a été réalisé à propos de l'accueil de ses propos par la population. S’il montre logiquement que les partisans des partis d’opposition sont critiques à l’égard de son discours, on y voit surtout une opposition générationnelle.

Sondage exclusif CNEWS : 53 % des Français estiment qu'Emmanuel Macron a eu tort de dire qu'il veut «emmerder» les non-vaccinés #Punchline pic.twitter.com/5bHc3vPrk2

— CNEWS (@C... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Le sujet de l’immigration est revenu au cœur de l’actualité française et de la campagne présidentielle. Néanmoins, l’émigration mérite une attention particulière car une partie croissante de la population française quitte le pays, principalement pour des raisons professionnelles.

Si la pandémie a impacté ces migrations, elle ne les arrêtera pas et risque juste de les transformer.

Une attractivité faible de la France comparée à ses voisins

Selon le Migration Data Portail, un outil financé par plusieu... Poursuivre la lecture

vote jeunes
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

L’IFOP vient de publier un sondage sur l’intention de vote de la jeunesse française pour les présidentielles 2022. Cette enquête a été effectuée sur les 18-30 ans. Force est de constater qu’elle ne vote pas comme le reste de la population.

Une jeunesse abstentionniste

Selon le sondage, 58 % des jeunes s’abstiendront de voter. Cette tendance est particulièrement élevée chez les personnes ayant une sensibilité politique proche de la France insoumise (62 % veulent s’abstenir). Ce phénomène est encore plus imp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles