CSG progressive : le PS veut flinguer les classes moyennes

imgscan contrepoints 2013-2169 PS classes moyennes

Tandis que le gouvernement nous promet une pause fiscale, les députés socialistes réclament une CSG progressive.

Tandis que le gouvernement nous promet une pause fiscale, les députés socialistes réclament une CSG progressive.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Plus de 50 députés de la majorité déposeront ces jours-ci deux amendements visant à instituer une CSG progressive afin d’introduire plus d’injustice fiscale dans le futur projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 qui sera examiné début octobre.

Imperméables au discours officiel du gouvernement sur la « pause fiscale », les députés nous ressortent la sempiternelle rengaine de l’alibi égalitariste. Pour eux, cette mesure « permettrait de rendre, de manière substantielle, du pouvoir d’achat aux catégories populaires et moyennes sans accroître le déficit public ». La réalité est, comme toujours, que la pression fiscale globale augmentera, que ce sont les catégories intermédiaires qui connaîtront l’augmentation la plus invalidante. Malheureusement, totalement conforme à l’idéologie dominante, présentée comme « indolore » car les salariés ne verraient que peu de différence sur leur fiche de paie, cette mesure a de fortes chances d’être adoptée.

Si tel était le cas, le fossé s’agrandirait encore entre les Français et les inégalités devant l’impôt atteindraient des proportions inégalées à travers le monde. La marche inexorable vers la paupérisation des classes moyennes ne semble pas prête de s’arrêter.

En fait, nous assistons à un ballon d’essai. « C’est une bonne idée dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur la réforme fiscale », a déclaré le président du groupe socialiste à l’Assemblée. Mais la CSG progressive serait aujourd’hui « très néfaste pour les classes moyennes les plus modestes », il nous faut donc trouver un moyen de « donner aux plus modestes sans pour autant aller ponctionner les classes moyennes et les classes moyennes populaires ». Ne nous leurrons pas, nous ne sommes sauvés que par le gong des municipales de 2014 !


Sur le web.