South Park : un humour transgressif au service de la liberté

South Park, une série télévisée corrosive, avec un message radicalement pro-liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
South Park

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

South Park : un humour transgressif au service de la liberté

Publié le 9 septembre 2013
- A +

South Park, une série télévisée corrosive, avec un message radicalement pro-liberté.

Par Franck Elkeslassy.

L’humour féroce et acerbe qui vise à choquer est l’une des meilleures armes permettant de  déclencher la réflexion face au rouleau compresseur du politiquement correct et à une certaine standardisation de la pensée. Par sa nature intrinsèquement transgressive et choquante, la satire vise à ridiculiser une situation ou une personne afin de faire réfléchir.

Dans ce domaine, la série télévisée South Park excelle à nous montrer les travers liberticides de l’Amérique contemporaine. Cette série a fait l’objet de nombreuses analyses aux États-Unis quant à son influence et à l’impertinence de son discours.

Elle a été créée en 1997 par Trey Parker et Matt Stone, qui se sont revendiqués à plusieurs reprises comme libertariens. Compte tenu de la nature variée de ce courant de pensée aux États-Unis, il faut chercher dans les différents épisodes de la série le sens que ce mot peut revêtir pour leurs créateurs. Et il faut dire que leur vision de la liberté est à la fois cohérente et très éloignée de l’habituelle clivage gauche (liberal) / droite (conservative).

Si les critiques ont pu reprocher à la série d’être vulgaire en utilisant à outrance des insultes et images choquantes, on peut également constater que ces excès se révèlent en fait salutaires par les limites qu’ils repoussent créant ainsi un nouvel espace de liberté d’expression.

La série a abordé de façon frontale tous les sujets sensibles que le politiquement correct a désigné comme inabordable ou abordable sous conditions. Les créateurs de South Park se sont amusés à faire exploser ces tabous (notamment sur la religion, les handicapés ou les pauvres) tout en distillant intelligemment la réponse libertarienne la plus adaptée à chaque situation.

Ce qui est particulièrement marquant et différenciant pour cette série est son analyse de la libre entreprise qui a rarement fait l’objet d’une défense aussi juste et argumentée.

Pour bien comprendre la portée de leur analyse et la profondeur de leur réflexion, il faut revenir sur certains épisodes qui ont marqué cette série depuis sa création.

L’épisode sur Walmart installant un imposant magasin dans la petite ville et menaçant de ce fait les petits commerçants est exemplaire. Le magasin est représenté sous une forme menaçante et envoûterait les habitants de la ville qui délaisseraient les petits commerces jugés trop chers. Alors que l’opposition et le boycott s’organisent, le magasin disparaît sous les flammes mais renaît étrangement de ses cendres pour continuer à attirer des consommateurs plus nombreux.

Les héros de la série sont alors amenés à se demander quel type de pouvoir magique peut expliquer cette situation et quand ils pénètrent enfin dans le cœur du magasin, ils découvrent que l’origine du pouvoir de Walmart est en fait le consommateur (la réponse leur vient d’un miroir qui renvoie leur image). À sa manière très pédagogique, la série explique alors que le consommateur plébiscite chaque jour l’enseigne qui lui apporte la meilleure satisfaction et que si c’était vraiment les petits commerçants locaux que les habitants voulaient privilégier, ils l’auraient fait.

Ce n’est donc pas une défense corporatiste du Big Business qui est proposée mais la légitimité du libre choix du consommateur qui peut aboutir à l’établissement de très puissantes chaines de magasins. On est loin de la rhétorique simpliste mettant constamment en opposition le petit commerçant, nécessairement honnête et désintéressé, contre la multinationale malfaisante.

Ceci est particulièrement flagrant dans l’épisode présentant une chaîne de restauration (Harbucks) s’installant à South Park et cherchant à racheter le coffee shop local. Le gérant essaie alors d’obtenir la protection du gouvernement en plaidant la supériorité morale du petit commerce et l’aspect destructeur des grandes entreprises. Il arrive à enrôler toute la ville pour essayer de faire une loi empêchant Harbucks de s’installer à South Park. La série passe en revue la façon dont le biais anti libre marché est installé dans les médias ainsi que l’importance donnée à l’émotion plutôt qu’à la réflexion.

C’est à ce moment que la série fait entrer en scène des petits êtres, les gnomes (que certains commentateurs ont comparé à une représentation symbolique de la main invisible), qui vont expliquer aux quatre héros de la série comment fonctionne le libre marché. La rhétorique politicienne s’efface alors et la moralité de l’épisode est que le marché doit rester le lieu où la compétition entre entreprises s’opère et non l’arène politique.

Il est difficile d’énumérer tous les épisodes marquants et intelligents de cette série.

Il convient donc de la revoir (elle est régulièrement diffusée sur le câble et la TNT) pour apprécier pleinement la pertinence d’analyse de ses créateurs mais également à faire découvrir à toutes les personnes susceptibles d’être intéressées par ces thématiques. Elles découvriront ainsi qu’il est possible d’expliquer des concepts comme la libre entreprise ou la liberté d’expression sous un angle à la fois humoristique et très argumenté.

À lire aussi :

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Article interessant mais beaucoup trop de fautes d’orthographe !!

  • Intéressant, merci.
    Je vais peut-être, enfin, me laisser tenter par cette série.

    Ce n’est pas la première fois qu’on m’en dit du bien.

  •  » toutes les élections n’ont donné le choix qu’entre un lavement et une merde » south park.

  • Effectivement il faut promouvoir South Park auprès des socialistes en particulier.

    Il me semble qu’un article à ce sujet aurait pu mentionner Molly Norris, qui vit cachée sous la menace d’une fatwa depuis un épisode invitant à refuser l’interdit de dessiner Mahomet.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Everybody_Draw_Mohammed_Day

    Le premier amendement empêche l’État US de limiter la liberté d’expression, mais les « pères fondateurs » n’imaginaient pas que l’État laisserait d’autres la limiter et qu’il laisserait faire.
    De culture chrétienne, ils considéraient que toute coercition appartient à l’État, et que l’État imposerait sa souveraineté.

    La mondialisation des principes islamiques a depuis aboli ce principe: L’État n’a pas le monopole de la coercition, il le partage avec l’islam, et quiconque s’en réclame avec quelque audience parmi les musulmans.

    À ceci près que la souveraineté des États est limitée à leur territoire, alors que celle de l’islam est limitée par la présence ou non de musulmans à l’écoute de l’auteur de la fatwa…
    Ce qui, de nos jours, inclut tout le monde occidental.

    C’est pourquoi South Park capitule là où Beaumarchais pouvait encore moquer: « Je broche une comédie dans les moeurs du sérail. Auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule: à l’instant un envoyé… de je ne sais où se plaint que j’offense dans mes vers la Sublime-Porte , la Perse , une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Egypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc: et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant: chiens de chrétiens! « Je broche une comédie dans les moeurs du sérail. Auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule: à l’instant un envoyé… de je ne sais où se plaint que j’offense dans mes vers la Sublime-Porte , la Perse , une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Egypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc: et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant: chiens de chrétiens!  »

    Mahomet fit assassiner Asma Bint Marwan, entre autres, pour irrévérence.
    On ne peut donc pas faire porter sur les islamistes la responsabilité de leur intolérance sanguinaire.
    On ne peut pas défendre l’islam et les condamner eux.
    L’islam est intolérant et les islamistes lui sont fidèles.

  • L’épisode « le camp de la mort de la tolérance » est a voir.

    • L’épisode futuriste ou la religion cesse d’exister et les gens font la guerre au nom de la science avec comme litige le nom ue devrait porter la société.
      Celui du réchauffement de la planète est assez comique également, les enfants détruisent un barrage de castor causant une innondation et la panique s’empare car on prétend que c’est le réchauffement de la planète.

  • Désolé de ne pas partager votre enthousiasme débordant. Certes, la liberté d’expression est un principe qu’il faut défendre à tout prix. Mais en tant que catholique, quand je vois que le dogme de la virginité perpetuelle de la Vierge Marie est expliqué par le recours à la sodomie, je me pose 2-3 questions.

    Quand la liberté d’expression cède-t-elle place à une insulte gratuite, bien peu constructive, et qui a bien plus de chance de provoquer des crispations violentes conduisant à la destruction des libertés individuelles?

    Ce n’est pas en tapant comme des sourds sur les gens qu’on peut envisager de gagner leur soutien, ou même d’exiger leur attention.

    • Destruction des libertés individuelles ? En quoi une série remplie d’insultes est-elle susceptible d’entraver un mode de pensée ? Au contraire, elle suscite des reactions, favorables ou non, qui reflètent des prises de position.

      South Park ne cherche ni à se faire écouter, ni à imposer un état d’esprit dans une population. Comme le souligne l’article, la série a une portée satirique visant à décrier une réalité sous un angle original et un tant soit peu politiquement incorrect.

      Nul n’est dispensé d’émettre une opinion, qu’elle soit radicale ou non. C’est pour cette raison que j’encourage ce dessin animé à conserver ce même état d’esprit, au passage éclairant et amusant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le Festival d'Avignon, cette grande fête du théâtre qui a lieu en juillet dans la ville célèbre pour son pont et son Palais des Papes, on connait, d’accord. Le plus grand festival de théâtre au monde, d’accord. Mais à longueur de festival, dans les rues d’Avignon, on entend : « C’est dans le IN ? ah non dans le OFF ! » ; « Tu te rends compte, il jouait dans le IN et le voilà dans le OFF ».

C’est quoi exactement la différence entre IN et OFF ?

 

Le IN et le OFF dans le spectacle

Le IN, c’est avant tout l’histoire d’un... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

Pour une raison inconnue, le droit de se taire n’a jamais suscité le même engouement que la liberté d’expression. On abuse pas du droit de se taire, loin s’en faut. Alors que la liberté d’expression fait salle comble et c’est tant mieux. Mais pourquoi donc se tait-on si peu ? Après tout, personne ne nous oblige à donner notre avis sur tout. Il s’agit d’un droit, pas d’un devoir.

Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis, ravis de donner leur avis sur la vie - Alain Souchon.

On peut comprendre que c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles