Une bonne nuit pour la démocratie britannique

David Cameron a restauré l’autorité du Parlement britannique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une bonne nuit pour la démocratie britannique

Publié le 3 septembre 2013
- A +

David Cameron a restauré l’autorité du Parlement britannique.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.

Nous venons de voir le meilleur venant de notre Parlement et le pire venant de nos médias. Sans relâche, les journalistes ont ressassé leur clichés : « David Cameron gravement affaibli », « erreur de faire appel au Parlement », « met son jugement en question » et ainsi de suite. Quelques sympathisants du Labour Party s’en attribuent les mérites. Toute comme des sympathisants de l’UKIP. Les historiques Twitter sont à mourir de rire : « S’il vous plait, Premier Ministre, écoutez vos députés, écoutez l’opinion publique… Ah ! Faible ! Demi-tour ! »

En réalité, nous venons d’assister à un grand moment. Le Parlement a récupéré une prérogative qu’il avait eu pendant quelques brèves années dans les années 1640, à savoir le contrôle du déploiement des forces armées. Ce changement vient du fait que David Cameron a respecté une promesse faite lorsqu’il était dans l’opposition. Il n’avait pas l’obligation légale d’obtenir le consentement parlementaire pour une frappe contre le régime baasiste. Mais il avait donné sa parole et il était assez sage de ne pas vouloir lancer une action militaire non défensive sans consentement national.

J’ai déjà discuté des raisons d’intervenir ou non, donc je n’y reviendrais pas. Je suis sceptique sur la solution de bombarder Assad, bien que j’aurais soutenu la motion du gouvernement telle qu’elle est. Mais ce qui est arrivé aura encore des effets quand la guerre syrienne sera terminée. Le pouvoir de paix et de guerre, la puissance la plus terrible qu’un État possède, vient de passer de l’exécutif au législatif. David Cameron était manifestement sincère dans sa conviction qu’une frappe militaire améliorerait la situation syrienne. Pourtant, il a accepté la décision du Parlement gracieusement, courtoisement et sans hésitation. Tant mieux pour lui. Tant mieux pour la démocratie.


Sur le web. Traduction : Cthulhu/Contrepoints.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Exact. Bon article.
    Malheureusement, si j’en crois ce que j’ai entendu hier soir sur FR2 (Mots croisés) du représentant du PS en France, Désir le mal nommé, nous ne sommes pas prêts, malgré le contexte très particulier dans lequel le blaireaux de l’Elysée nous a placé, de voir notre parlement s’exprimer avant que le Congrès US ne rende sa décision.
    Il parait évident que le blaireau serait désavoué et la claque si douloureuse que l’égo du conseiller général de Corrèze ne pourrait s’en remettre. Quel dommage !
    Non, en lieu et place, nous sera imposé un bourrage de crâne médiatique de très grande ampleur, la machine est déjà lancée, le blaireau ne peut pas et ne doit pas rester seul à vouloir cette guerre, il est donc impératif de faire changer d’avis les 75% de français hostiles à cette intervention.
    Ainsi en va-t-il en France, pays qui se permet de donner des leçons de démocratie à la Terre entière ! Quelle ironie.
    Des médias subventionnés (très majoritairement de gauche) qui balancent la propagande gouvernementale pour modeler l’opinion publique, la rendre compatible avec les délires de celui qui nous sert de président.
    Lors de cette émission, j’ai vu la médiocrité politique dans toute sa splendeur, comment a-t-on pu tomber si bas, avoir des politiques si minables (PS/FN présents sur le plateau) champions de la langue de bois, de l’invective stérile, incapables d’échanger en conservant un argumentaire digne de ce nom de nature à éclairer le débat, à pousser plus avant la réflexion sur les conséquences des frappes tant souhaitées par Hollande ? Consternant.
    Les seuls à avoir tenu des raisonnements sensés (pertinence des questions sur « le jour d’après », osant décortiquer la méthode Hollande/Fabius), furent B.Lemaire (UMP) et P.Laurent (PC), quand à Calvi, égal à lui-même avec ses interventions plus qu’orientées pro-action gouvernementale destinées à noyer le poisson et permettre à Désir de faire sa propagande… un cirque, une fois encore !
    Pourtant, les enjeux méritent du sérieux, des positionnements et des argumentaires clairs sur les conséquences des frappes, ce que le PS n’a pas car tout ce qu’il propose c’est une réponse militaire à son indignation en faisant fi des conséquences, car que ferons-nous (et surtout en avons-nous les moyens) si le conflit s’étend aux pays limitrophes (Liban, Israël, etc…), il faudra alors répondre à cette escalade, mais de cela, H. Désir ne parle pas, pas plus d’ailleurs Hollande, Ayrault ou Fabius.
    J’ai la conviction d’être dirigé par des incompétents inconséquents où rien, constitutionnellement parlant, n’existe pour limiter leur pouvoir de nuisance. Reste que la rue. Ça fait flipper.

    • Un conseil, débranchez définitivement votre téléviseur si vous ne voulez pas être abruti par la propagande socialo-écolo-marxiste des dirigeants français. J’habite à Tenerife, je n’ai pas de télévision, je ne regarde plus aucune émission télévisée sur internet, je n’écoute plus aucune radio française je ne fais que survoler le Figaro et l’Express en ligne. Je suis mieux informé en lisant les journaux étrangers (belges, suisses, canadiens, anglais et américains). Le Figaro m’a carrément énervé hier :
      http://jacqueshenry.wordpress.com/2013/09/02/le-figaro-feint-dignorer-les-faits/ . A vous de choisir l’intoxication ou de faire des efforts pour vous informer !!!

      • Merci du conseil, mais je ne vous ai pas attendu pour consulter la presse étrangère.
        La différence entre nous c’est que je vis en France, que j’y paie une redevance TV et qu’à ce titre j’estime avoir droit à une information de qualité sans que l’on vienne me la présenter via une sémantique bien choisie et bien orientée dans le sens qui convient au parti actuellement au pouvoir.
        Ne pas dénoncer la daube (propagande) que l’on nous sert chaque jour reviendrait à accepter d’être manipuler et il n’en est pas question.

      • On est donc d’accord ! Je songe sérieusement à m’expatrier au Japon mais l’obtention d’un visa de résident me semble difficile à obtenir pour un retraité. Je vais tout de même tenter ma chance dans quelques jours auprès des services de l’immigration, on ne sait jamais. Au cours de mes prochaines chroniques tokyoïtes qui alimentent mon blog chaque fois que je séjourne à Tokyo (deux fois par an) je ne manquerai pas de faire part de l’état d’avancement de mes démarches. Chaque fois que je passe en France je suis paniqué, surtout à l’aéroport de Roissy, à mon avis le pire endroit pour un voyageur. Bonne soirée

        • Je vous souhaite de réussir dans vos démarches.
          Il y a de plus en plus de français candidats au départ où qui comme vous en sont même à vouloir quitter l’UE ce qui me semble être frappé du bon sens.
          Je ne vous cacherai pas que je muris aussi l’idée de quitter l’UE depuis un certain temps, je crois que nous sommes nombreux dans ce cas car il parait clair que nous allons au clash.
          Bonne soirée à vous aussi.

  • Etonnant que cette analyse ne soit pas partagée par les autres médias. Le Royaume Uni est une démocratie, Cameron joue le jeu de la démocratie. Mais apparemment, c’est une faiblesse…

  • on pourrait traduire cette article par comment faire croire que l’on a prit une claque et quelle vous a fait du bien , pitoyable

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre Le Déclin d’un monde, Contrepoints a interviewé Jean-Baptiste Noé, un contributeur régulier de nos colonnes. Il est aussi le rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits et directeur d’Orbis géopolitique. Il est docteur en histoire (Sorbonne-Université). À la fois libéral et spécialiste des questions de géopolitique, il nous livre son analyse du monde actuel et de la situation française.

Entretien réalisé par Alexandre Massaux, journaliste à Contrepoints.

 

Con... Poursuivre la lecture

L’agression russe contre l’Ukraine ne nous apprend rien du point de vue géopolitique mais nous conduit à clarifier notre position philosophique. La violence des autocraties à l’égard de leurs voisins est en effet une constante de l’histoire récente : la France napoléonienne et l’Allemagne nazie en sont des exemples caractéristiques. Poutine ne fait donc que suivre ses illustres prédécesseurs.

Le goût pathologique de la puissance explique ces comportements de conquête territoriale. Mais la liberté et la démocratie représentent désormais... Poursuivre la lecture

Par François-Joseph Schichan. Un article de Conflits

Qu’il s’agisse des sanctions, des livraisons d’armes ou de la rhétorique, le pays a joué un rôle central dans la mise en œuvre de l’unité occidentale face à Vladimir Poutine.

Ceci malgré un contexte interne difficile. Au début de l’année 2022, Boris Johnson est attaqué de toute part, affaibli au sein du Parti conservateur et dans le pays après des révélations sur son comportement au cours des confinements successifs. Mais par contraste avec ses atermoiements face à la pandémie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles