2025 ou rien

Rien n’est perdu si les hommes de pouvoir trouvent la sagesse de permettre à la destruction créatrice de façonner spontanément un monde meilleur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2025 ou rien

Publié le 22 août 2013
- A +

Rien n’est perdu si les hommes de pouvoir trouvent la sagesse de permettre à la destruction créatrice de façonner spontanément un monde meilleur.

Par Philippe Robert.

Un an après son élection, François Hollande nous propose son programme présidentiel… pour 2025.

Le gouvernement aux abois en mal de plan com’ destiné à enfumer les Français tente ce qu’il croit être une sortie par le haut : quelle sera la physionomie de la France à l’horizon 2025 ? Question à mon sens quelque peu oiseuse dès lors que le Prince ne sait même pas où il en est en 2013 ! Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, je sais, mais une saine réflexion hors de toute idéologie (sic !), c’est-à-dire en s’en tenant aux faits et rien que les faits, est toujours la bienvenue et permet à celui qui veut dépasser son temps de ne pas se fourvoyer dans une impasse.

Première condition sine qua non, en forme d’exercice imposé par les nécessités de l’heure, à remplir impérativement par tout gouvernement réellement désireux de réussir son entrée dans le Futur et de s’y maintenir :

Les douleurs que nous ressentons sont simultanément celles d’une mort et d’une naissance : la mort d’une civilisation et la naissance d’une autre. Nous sommes entrés dans une période où celui qui ne prend pas de risques et qui cherche la stabilité est, en fait, celui qui prend le plus de risques. Il n’y aura pas de retour à la façon dont les choses fonctionnaient autrefois.
– Barry Carter, Infinite Wealth : A New World of Collaboration and Abondance in the Knowledge Era, 1999.

Seconde condition sine qua non, dans le droit fil de la première, destinée à fonder et favoriser une transition vers des lendemains qui chantent exempte autant que faire se peut de mauvaises surprises :

Le monde va connaître ces prochaines années un choc de croissance, et donc de destruction créatrice, considérable. L’apparition de technologies multi-usages dans de nombreux domaines, de l’énergie à la biologie en passant par l’intelligence artificielle, s’apparente à une immense montée en puissance du progrès technique. Ce qui génèrera, aujourd’hui et demain, des disparitions d’activités, d’entreprises du chômage, des inégalités et après-demain, de la croissance, des revenus plus élevés, du bien-être supplémentaire (…) Ce que l’on appelle la mondialisation constitue un stimulus extraordinaire à l’incorporation de ces innovations par les entreprises.
– Nicolas Bouzou, On entend l’arbre tomber mais pas la forêt pousser – Croire en l’économie de demain, JCLattès, février 2013.

La France contemporaine se trouve aujourd’hui plongée au cœur d’une double crise sévère, l’une issue des fameux subprimes dont les actifs toxiques, au départ vivement encouragés par force de loi, ont brutalement envahi le système financier planétaire jusqu’à l’assécher, et l’autre, prenant son essor dans le sillage de la première, mettant alors à mal l’équilibre général d’États sociaux européens surendettés.

Le bilan provisoire de cette extraordinaire conjonction de mauvaises étoiles dans le firmament d’un monde lancé dans un profond aggiornamento n’est certes pas fait pour susciter l’enthousiasme ; mais, sans trop y croire, rien n’est perdu si les hommes de pouvoir trouvent la sagesse de permettre à la destruction créatrice en cours de façonner spontanément le monde meilleur auquel nous aspirons tous !

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Incapable de gérer le présent, il sait tout en 2025 ! comment on appelle ça ? se foutre de la ….

  • Il n’échappera j’espère à personne que les rodomontades des sus-nommés
    Carter et Bouzou ne font que traduire les dangereux délires des paranoïaques de pouvoir: les prophéties annonçant la fin d’un monde ancien et la naissance d’un monde nouveau sont les habituelles « annonces » de tous les fous furieux.
    Encore faut t’il accepter de les reconnaître pour ce qu’elles sont…et en tirer les conséquences.

  • Nicolas Bouzou

    « ….des revenus plus élevés, du bien-être supplémentaire (…)

    Président Schreber:
    « Faire le salut du
    monde et rendre à l’humanité sa félicité perdue ».

    Barry Carter
    « Les douleurs que nous ressentons sont simultanément celles d’une mort et d’une naissance : la mort d’une civilisation et la naissance d’une autre..

    Président Schreber
     » repeupler le monde de nouveau-nés à l’esprit schrébérien  »

    Inutile de préciser, bien sûr, que le Président Schreber était un paranoïaque délirant, de très grande intelligence.

    Certains psychiatres se plaignent que les traitements actuels ne leur permettent plus de voir jusqu’à son terme le développement des psychoses, tel qu’on pouvait l’observer au 19e siècle; en fait ils ont tort, ces psychoses paranoïaques- comme très souvent parfaitement adaptées et valorisées socialement- se déroulent sous leurs yeux tous les jours.
    Ah oui; celà s’appelle les « prophètes du monde du futur »

  • Nous sommes entrés dans une période où celui qui ne prend pas de risques et qui cherche la stabilité est, en fait, celui qui prend le plus de risques. »
    J’ai l’impression de vivre tout le contraire, les fonctionnaires et les assistés ne risquent rien et les entrepreneurs perdent petit à petit ce qu’ils avaient gagnés.

    • Ce sera vrai quand les Etats nationaux-socialistes européens seront en cessation de paiement, qu’il faudra réduire drastiquement leur périmètre et tailler à la hache dans les dépenses.

      • Ils ne vont pas s’écrouler avant un moment, ils peuvent aller à 200 % d’endettement comme le Japon. ils peuvent imprimer des billets comme les US. Ca peut durer longtemps. Ils peuvent taxer plus. tant que les gens ont un toit et à bouffer, ils supporteront toujours plus d’état.
        Sinon, état socialiste, oui, national-socialiste non. Un étranger clandestin a le droit à une prise en charge totale de ces soins. Un véritable état national-socialiste donnerait la priorité à ses « nationaux ».

  • Comme dit l’autre :

    « la prédiction est toujours difficile, surtout quand il s’agit de l’avenir ».

    Il se trouve qu’aujourd’hui i y a une confusion complète entre probabilités (futur/aléa) et statistiques (passé/historique).

    Quant à Élisabeth Teissier, pourtant une soi-disant “professionnelle”, elle n’a jamais pu mieux faire qu’un banal tirage aléatoire ; alors des politiques… on croit rêver (ou plutôt faire un gros cauchemar) !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il est courant, depuis déjà longtemps, de considérer le libéralisme comme le danger suprême. On en fait un épouvantail bien commode pour exorciser toutes les peurs, les craintes liées au monde en particulier économique. Il est le coupable idéal face à des situations que l’on ne maîtrise pas ou plus, à toutes les erreurs qui peuvent être commises, dans tous les domaines.

C’est ainsi que, tentant de le diaboliser, certains tentent de l’apparenter au « grand capital », et tout ce que l’on peut trouver de péjora... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jérémie Bongiovanni. Un article du Podcast Liber-thé

Depuis le début de la Révolution industrielle il y a 200 ans, de nombreux emplois ont disparu. En Angleterre, au début du XIXe siècle, de multiples machines font leur apparition notamment dans le travail de la laine et du coton. Les ouvriers, voyant leurs emplois menacés, décident de s’attaquer à cette concurrence technologique et s’organisent pour détruire des machines.

Postulant qu’il suffit de détruire le progrès pour le freiner. Ce mouvement dit des luddites prend une ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles