L’appel du partisan

Appel à tous ceux qui souhaitent que la liberté se développe, dans l’intérêt de chacun.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
la-liberte-guidant-le-peuple2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’appel du partisan

Publié le 18 août 2013
- A +

Olivier Laurent est militant au Parti Libertarien belge. Sa longue expérience dans les milieux d’amoureux de la liberté et les constats qu’il y a dressé l’ont poussé à écrire l’appel suivant à tous ceux qui souhaitent que la liberté se développe, dans l’intérêt de chacun. 

Par Olivier Laurent.

Depuis des années, les libéraux et les libertariens avertissent d’un krach imminent. Il se fait attendre. La réalité est semble-t-il plus sordide, moins romantique. Pas de grand jour, pas de sortie des drapeaux, pas de marche sacrée et militante vers le parlement…Tout se passe dans le plus grand silence, inexorablement… Juste un bruit sourd, oppressant et terriblement désespérant.

Le temps que prend cette déchéance de nos sociétés le rend presque supportable. L’être humain montre à nouveau sa capacité à s’adapter à presque tout. Les forces d’étatisation continuent peu à peu à étendre leur pouvoir sur l’ensemble de la société. Tout se passe comme à son habitude, leur chemin est pavé des meilleures intentions du monde, la destination est connue.

La population, formatée par des générations de discours politiques, est presque rassurée d’échanger le peu de liberté qui lui reste pour un peu plus de cette sécurité sociale qu’elle n’aura jamais. Au lieu de remettre en cause le mécanisme, elle réclame encore plus de la même chose. En démocratie, la vérité est qu’on a le pouvoir que l’on mérite. On a obtenu ce qu’on désirait, cela ne correspond pas à l’image qu’on s’en faisait, voilà tout.

Dans cette agonie, le déclic doit être provoqué. Des signaux envoyés, des réactions, une stratégie de mise en lumière. Et tout cela doit être le fruit d’hommes et de femmes. Nous ne sommes pas nombreux à voir la situation au travers des libertés individuelles et de l’héritage des révolutions européennes du 18 et 19ème siècles. Nous ne sommes même pas une minorité. Nous sommes tout au plus une poignée. On croise et recroise les mêmes visages.

Pourtant, nous avons tous au rythme de nos découvertes politiques et philosophiques bâti des chapelles, des groupuscules… Nous nous plaisons à nous critiquer les uns les autres sur des points que nous jugeons cruciaux mais qui, face à l’ampleur de la tâche, ressemblent plus à de simples fautes de frappe. On se dispute, on claque la porte et on se crée des haines corses. Arrêtons.

J’appelle les libéraux et libertariens de tous pays à rechercher objectivement la tendance qui dans leur pays a réussi à rassembler le plus d’amoureux de la liberté… Qu’ils soient libéraux, libertariens, qu’importe. Rejoignez les mouvements structurés.

Il est évident qu’ils ne correspondront pas à 100% de ce que vous pensez. Certains points risquent même de vous heurter. Acceptez quelques entorses, de grâce… Pour une fois. Une seule fois dans votre vie. Quand les libertés individuelles seront remises au centre des débats, nous aurons tout le loisir de croiser le fer sur les libertés retrouvées.

En attendant, nous allons devoir faire quelque chose qui nous semble presque contre nature : nous allons tous devoir être partisans.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • en france, il y a surtout beaucoup de partisans du moindre effort !

    • @ yeneralalcazar,

      Il y à deux mots pour eux feignants et fainéants.

      Ils préfèrent s’appeler cigales et venir, l’hiver venu, piocher dans la gamelle des fourmis.

      Gloire au travail.

  • Bienvenue dans le monde réel, où l’individu est essentiellement impuissant, et où la nécessité de l’union impose des sacrifices individuels.

  • Il y a aussi la possibilité, plutôt que de rejoindre une tendance organisée, de faire des coups médiatiques, même micro médiatiques, en combattant à la façon des concentrations de motards, concentration initialement connues d’eux seuls, les attitudes qui semblent opposées aux idées libérales et assez fédératrices pour réunir un nombre de participants.

    • Parmi les actions fédératrices :
      Bourrer la salle d’un conseil municipal, en tout respect de celui ci,
      lors que ce conseil se proposerait une action critiquable.
      Les conseils municipaux sont toujours ouverts à tous au nom de la publicité des débats.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Le bac de philo, c'est aujourd'hui. Chaque année, sont donnés au programme un certain nombre de notions ainsi qu’une liste d’auteurs académiques, de Platon à Sartre, pour résumer.

C’est un programme éclectique, qui laisse au professeur une grande marge de manœuvre pour faire les choix qui conviennent à son cours. La contrainte étant de fournir aux élèves un aperçu suffisamment complet des grandes écoles de pensée, afin qu’ils puissent traiter les sujets du bac sans faire de récitation, mais en exerçant leur... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles