Le pic des énergies renouvelables, c’était il y a 2 siècles !

Malgré les espoirs verts, le développement des énergies renouvelables est bloqué.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
energie solaire eolienne

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le pic des énergies renouvelables, c’était il y a 2 siècles !

Publié le 16 août 2013
- A +

Malgré les espoirs verts, le développement des énergies renouvelables est bloqué.

Par Bjørn Lomborg.

À l’échelle mondiale, la part d’énergie renouvelable a décliné depuis deux siècles, et est restée stable à environ 13% ces 40 dernières années.

On s’attend à voir cette part augmenter de manière spectaculaire à 30% d’ici 2035. La réponse honnête est qu’il est probable qu’elle augmente d’un petit 1,5%, à 14,5%.

En fait, le Royaume-Uni a établi son record pour l’énergie éolienne en 1804, lorsque sa part atteignait 2,5%, presque trois fois son niveau d’aujourd’hui !

Comme le conseiller climatique d’Al Gore, James Hansen, le disait sans ambages :

Suggérer que les énergies renouvelables nous feront abandonner rapidement les énergies fossiles aux États-Unis, en Chine ou en Inde, ou partout dans le monde, est presque équivalent à croire au Lapin de Pâques ou à la Petite Souris.

Nous avons besoin de devenir réalistes en ce qui concerne les énergies renouvelables. C’est seulement si l’énergie verte devient bien moins chère – ce qui demanderait beaucoup de R&D verte – que la transition énergétique vers les renouvelables deviendra possible.

Source du graphique : A brief history of energy par Roger Fouquet, International Handbook of the Economics of Energy 2009 ; Warde, Energy consumption in England and Wales, 1560-2000 ; http://www.tsp-data-portal.org/Energy-Production-Statistics#tspQvChart, and EIA data (DOI: 10.1787/enestats-data-en)


Publié initialement par Watts Up With That?
Traduction : Bézoukhov/Contrepoints.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Il est même possible que cette part ait été plus importante encore au moyen âge, aux XIème et XIIème siècles, lors de l’édification des moulins à eau dans la construction desquels il n’y avait presque pas d’énergie grise en amont.

    La ‘renouvelabilitude’ des énergies n’est pas un indicateur de(s) progrès.

    Les egoloecolo sont régressifs, la seule bonne question posée par iceux est celle de l’efficience énergétique.

    En gros et au mieux, aujourd’hui, le rendement de transformation de l’énergie thermique en mouvement est de 40% soit 60% de pertes.

    Du temps, pas si ancien de la machine à vapeur et charbon, il était pour les trains à 5%, cinq pour cent, soit 95% de pertes quatre-vingt quinze pour cent !

    C’est sur les rendements qu’il faut espérer un progrès.

  • Il faudrait en parallèle indiquer sur le graphisme ci-dessus le total de l’énergie produite depuis 1800. Ainis, on verraity que, si la part des rneouvelbales a abissé, en valeur a

  • Il faudrait en parallèle indiquer sur le graphisme ci-dessus le total de l’énergie produite depuis 1800. Ainsi, on verrait que, si la proportion des renouvelables a baissé, en valeur absolue, elle a considérablement augmenté.
    Mais, dans le même temps, la part du pétrole et du charbon a considérablement augmenté, ainsi que le population de la planète.

    • @Gerldam,

      En énergie consommée un graphe donnerait, au contraire une proportion plus basse d’énergies renouvelables.

      Le taux d’utilisation des moyens de consommations des énergies classique est bien meilleur que celui du soleil et du vent

  • Les énergies renouvelables n’ont de raison de se développer (?) que celle de prélever un impôt aux consommateurs pour faire supporter aux clients et contribuables le financement des collectivités et l’enrichissement des promoteurs.

    Effectivement, l’argent versé par les clients via la CSPE ( Contribution au Serrvice Public de l’Electricité ) est bien la seule motivation des collectivités qui voient là une manière de renflouer leurs caisses grâce à ce prélèvement obligatoire…

    Un comble, alors que certains préconisent aux collectivités des recettes ( financières ) miracles pour collecter de l’argent hors impôts,

    http://blogs.mediapart.fr/blog/teuladerene/290713/energies-eoliennes-par-collectivite-locale-0?onglet=commentaires#comment-3776575

    un Maire s’inquiète de la fiscalité et des coûts à supporter par les usagers pour financer les énergies renouvelables

    http://www.kernews.com/index.php/l-invite-du-jour/255-yves-metaireau-maire-de-la-baule-je-revendique-ma-liberte-de-penser-et-ma-liberte-d-expression-sur-des-projets-qui-ne-m-apparaissent-pas-suffisamment-clairs-pour-y-adherer-les-yeux-fermes-ou-avec-la-langue-de-bois

    L’Ecologie n’est que pur alibi et faire croire aux gens que l’on va produire l’Electricité de demain avec les éoliennes et/ou les énergies renouvelables alétaires est une utopie, les Allemands commencent à en revenir…

    http://www.daserste.de/information/wirtschaft-boerse/plusminus/sendung/hr/2013/windige-versprechen-104.html

  • Il y a pourtant des réserves de progrès:
    http://oilprice.com/Alternative-Energy/Nuclear-Power/Is-Cold-Fusion-Entering-the-Final-Stages.html
    Une telle source d’énergie effraie les malthusiens.

    • Une telle non-source d’énergie ne peut en aucun cas effrayer les malthusiens.

    • On souhaite tous que ce soit vrai mais ….
      Enfin, je penses que même si demain matin on découvre que mélanger du pain et du sirop d’êrable permet de produire 800 gigawatt/h d’énergie ils trouveraient un prétexte pour se plaindre.

      • Je pencherais plutôt pour un mélange corne de rhinocéros et bave de crapaud avec comme catalyseur du broyat d’escrologiste. Si on procède de cette façon en n’oubliant pas de réciter les oeuvres complètes de Ayn Rand, ça devrait marcher.

      • @Bobjack,

        Par définition, on peut sortir 800 GigaWatt/h d’un mélange de pain et de sirop d’érable, c’est juste une question de quantité.

        Par définition, les rendements de transformation étant inférieurs à 1, il aura fallut plus de 800 GigaWatt/h pour les produire.

        C’est donc sans intérêt. La seule approche possible est économique.

  • bon, les politiques le savent bien, les médias doivent bien le savoir aussi; le mystère est ailleurs, pourquoi cette promotion effrénée du renouvelable???

    Et tiens deux commentaires journalistiques absurdes entendus cette semaine

    les vélo taxis sont écologiques…
    le covoiturage est écologique..
    les vélo-taxis dont on parlait se déplacent à peine plus vite que des piétons, disposent de batteries, ne transportent en fait personne, sont subventionnés…

    pareil pour le covoiturage la logique m’échappe…

    A chaque fois, pour prétendre au coté vert du machin, il faut supposer que les déplacements auraient bien été effectués d’une part et,d’auttre part ,par des véhicules plus « polluants » !! (mais moins chers…)

  • La seule option viable à long terme hormis les centrales au Thorium semble bien être les C.S.O (centrales solaires orbitales)… 0% de déchets et C02 en exploitation, potentiel infinie (à l’échelon humain), rendement 16 fois supérieur au solaire au sol, indépendance potentielle pour chaque pays, plus de guerres de sous sol pour les hydrocarbures, abondance garantie (il suffit d’ajouter une CSO pour disposer de plus d’énergie), pas de frais de prospection (on sait ou est la source, suffit de lever le nez).

    Le japon à lancé son programme, récemment un axe Inde-Usa à été mis en place pour étudier le potentiel (voir Google) et l’Esa à lancée une mission de réflexion. Pour information le record actuelle de transmission d’énergie sans fil (micro-onde faible) est de 148 KM, le premier arrivé à 36 000 Km à gagné… reste à baisser le coût du Kg placé en orbite haute mais les travaux en ce sens vont bon train.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis ma tendre enfance, on me répète qu’il faut absolument réduire les émissions de CO2. Si tel est le cas, alors les États-Unis sont un modèle à suivre. Le niveau d’émission de ce gaz a diminué de 1,6 % depuis 1990 et de presque 22 % depuis le pic de 2005.

Et comme la présente administration du pays a déclaré la guerre aux énergies fossiles, qui ont pourtant contribué à cette baisse, la prochaine étape logique serait d’encourager le nucléaire. C’est exactement ce que la législature de l’Illinois s’apprête à faire. Il ne manque que l... Poursuivre la lecture

Entre son sommet à l’Élysée réunissant 400 industriels le 11 mai 2023 et sa visite à l’usine d’aluminium de Dunkerque le 12 mai, le président Emmanuel Macron a soudain vu la lumière à la croisée des chemins énergétiques entre nucléaire, hydrogène, énergies renouvelables et industrialisation.

 

Quelles sont les priorités ?

La sobriété, la pénurie ou le rationnement énergétique ne sont pas une fatalité. Ces nouveaux mantras servent de paravent à une politique énergétique indigente depuis plus de 20 ans.

En misant sur l... Poursuivre la lecture

Les États voulaient 40 %, la Commission 45 %. Comme toujours l’Europe a trouvé un compromis qui change tout : la part des énergies renouvelables en Europe sera de 42,5 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030. Cela comprend : l’hydraulique, la biomasse, l’éolien, le solaire, la géothermie.

À noter que les pompes à chaleur sont étiquetées « à énergie renouvelable ». On ne sait pas si c’est quel que soit la nature de l’énergie ou du vecteur énergétique qui les alimentent. C’est pratique si on veut allonger la sauce. Le nucléai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles