Garantie Universelle des Loyers : des coûts massivement sous-estimés

Programme d'immobilier neuf à Moulins

La Garantie Universelle des Loyers voulue par Cécile Duflot devrait coûter au moins 3 fois plus qu’annoncé selon l’assureur Galian.

La Garantie Universelle des Loyers voulue par Cécile Duflot devrait coûter au moins 3 fois plus qu’annoncé selon l’assureur Galian.

Par Alexis Vintray.

Programme d’immobilier neuf à Moulins

La ministre du logement, Cécile Duflot, travaille à mettre en œuvre une « Garantie Universelle des Loyers » qui protégerait les propriétaires de biens immobiliers contre les risques d’impayés par le biais d’une nouvelle taxe levée sur les loyers et payée par les propriétaires et les locataires.

Cette nouvelle usine à gaz, qui ne pourra fonctionner sans l’embauche de quelques milliers de fonctionnaires supplémentaires, s’annonce extrêmement néfaste à plus d’un titre. Le plus visible immédiatement en est le coût massivement sous-estimé. Alors que Cécile Duflot annonce un coût de 400 à 700 millions €, une nouvelle étude de l’assureur immobilier Galian vient souligner que le coût réel sera jusqu’à 5 fois supérieur, entre 1,5 milliards et 2 milliards €.

Dans un communiqué, le groupe « alerte les pouvoirs publics sur les risques d’un tel dispositif. En effet, dans une approche optimiste (scénario économique et social porteur) et sur la base d’une taxe sur les loyers de 1,5% à 2%, selon les chiffres avancés par la ministre, GALIAN et la FFSA ont évalué le besoin de financement pour l’État, en rythme de croisière (coût des sinistres après déduction des recours), entre 1,5 milliard et 2 milliards d’euros par an ».

Le groupe arrive à ces sommes en prenant une hypothèse de 180.000 à 300.000 sinistres déclarés par les propriétaires chaque année sur l’ensemble du parc locatif privé (6,5 millions de logement), avec un taux de cotisation de 2 % et un coût moyen de sinistre de 7.000 euros (voir ici). Le tout « dans une approche optimiste (scénario économique et social porteur) ». Autrement dit, si la situation économique devait continuer à se détériorer, la dépense publique exploserait de bien plus que 2 milliards, à vos frais bien sur.

Ce qui fait dire à Galian que : « Cécile Duflot en proposant la création d’une sécurité sociale du logement entièrement prise en charge par l’État et financée par une taxe levée sur les loyers, met manifestement en danger l’effort de remise en ordre des finances publiques poursuivi par le gouvernement. »

Ces estimations plus réalistes et argumentées que la communication ministérielle sont probablement trop basses car elles oublient l’effet de long terme de la Garantie Universelle des Loyers sur les comportements individuels. Cette loi va en effet renforcer la déresponsabilisation des acteurs du marché immobilier :

  • Pourquoi désormais faire attention à qui l’on loue si l’on sait que quoi qu’il arrive l’État paiera pour vous en cas de problème ? Oubliez toute prudence, louez au prix le plus élevé possible, le contribuable vous rembourse en cas de problème !
  • Pourquoi chercher un appartement moins bien mais à un prix que vous pouvez acquitter alors que, si vous n’arrivez pas à payer, l’État fera tout pour « prévenir les risques d’expulsion » ? Cherchez l’appartement le plus cher possible, et cessez de payer au plus vite !

Devant ce nouvel aléa moral supplémentaire, il y a tout lieu de s’inquiéter d’une nouvelle dérive dans le secteur de l’immobilier, déjà largement perturbé par un interventionnisme massif. Pourtant, les vraies réponses sont connues, mais moins démagogiques que les promesses gouvernementales :

Le gouvernement osera-t-il ces mesures de bon sens ?

A lire aussi :