Petites dépenses entre amis des communes aux bancs de l’assemblée nationale

Depuis les communes jusqu’à l’Assemblée Nationale, tout est fait pour que l’élu dépense joyeusement l’argent du contribuable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Petites dépenses entre amis des communes aux bancs de l’assemblée nationale

Publié le 4 août 2013
- A +

Les mois d’été, traditionnellement plus calmes, sont l’occasion de s’attarder sur des sujets qu’on n’a pas toujours l’occasion de traiter dans le flot normal de l’actualité trépidante des autres mois de l’année. Je profite donc de ce début de mois d’août pour revenir sur les récentes péripéties de nos élus concernant l’utilisation souvent douteuse de ces fonds qui leur sont généreusement attribués…

Bien sûr, ici, je pourrais revenir en détail sur les affaires récentes qui ont vaguement secoué le parti socialiste. Guérini, Andrieux, Kucheida, tant de noms qui sentent bon le terroir et la solide corruption politique, et qui n’ont pourtant entraîné aucun vent de panique dans le Camp du Bien, faiblement impacté par de tels scandales. Je dis faiblement, puisqu’apparemment, le fait que des députés soient mis en examen et condamnés, éventuellement plusieurs fois de suite, ne semble pas émouvoir les instances dirigeantes de ce parti.

Ainsi, Harlem Désir, toujours très prompt à jouer le Petit Père La Morale lorsqu’il s’agit de juger des politiciens des autres partis, a toujours fait preuve d’une souplesse de gymnaste ukrainien dès que l’affaire concerne un membre de sa propre écurie et il ne faut sans doute pas y voir une coïncidence puisque c’est probablement ce trait de caractère qui lui vaut, maintenant, d’en être le patron. Je dis ça avec d’autant plus d’assurance qu’on constate la même souplesse et le même détachement face à l’honneur et à la décence chez son prédécesseur, François Hollande, lui qui s’étonnait récemment que Guérini, justement, soit encore membre du PS alors qu’il traîne toute une batterie de cuisine derrière lui. On attend de voir sa surprise quand il sera mis au courant que Sylvie Andrieux a été condamnée mais est toujours sur les bancs de l’Assemblée.

Malgré ces rappels, croustillants s’il en est et qui montrent fort bien à quoi servent effectivement vos impôts, le but de ce petit billet n’est pas de repasser en détail chacune de ces affaires, ou de revenir, une fois encore, sur le feu d’artifice qui nous fut offert par Cahuzac. En réalité, je voulais évoquer ces cas plus discrets de détournements de fonds, de gabegies, de gaspillages honteux qu’on trouve tant chez les parlementaires nationaux que dans les communes dont la taille, restreinte, et la notoriété, modeste, leur permet de passer sous le radar de l’actualité nationale. Vous, lecteur, en connaissez certainement pas loin de chez vous et si vous avez des liens sur des articulets de presse, je suis toujours intéressé pour faire un pot-pourri de ces petites largesses que tel ou tel élu s’accorde pour édifier le bon peuple sur sa gloire locale et assurer sa réélection.

corruption.jpg

À titre d’exemple, je vous propose le cas, récent et assez symptomatique, de Cugnaux.

Pour Cugnaux, charmante commune de Haute-Garonne proche de Toulouse et comptant 15.000 habitants, quelques faits furent rapportés dans les journaux locaux concernant les dépenses somptuaires du maire. Ce dernier, à la tête d’une commune que la crise ne semble pas avoir touchée ni de près, ni de loin, vit suffisamment dans l’opulence pour proposer d’endetter fermement sa commune auprès des banquiers habituels (Crédit Agricole, Banque Postale et Caisse d’Épargne) pour y bâtir un magnifique Pôle Culturel Qui Construit l’Avenir Avec Une Belle Dette Qui Ronfle. Je ne connais pas la nature des prêts qui sont envisagés ; espérons simplement que ceux-ci ne sont pas indexés sur le Franc Suisse comme certaines autres communes dont les maires, incompétents notoires, viennent maintenant pleurnicher devant les sommes faramineuses à rembourser. Mais à lire les articles consacrés aux débats sur ce Pôle Culturel, on comprend qu’il s’agit bien là, à 13.000.000 d’euros (excusez du peu) d’une dépenses que certains n’hésitent pas à qualifier – oh ! – d’inutile.

Et il est vrai qu’à bien y réfléchir, on se demande ce qui justifie exactement d’endetter 15.000 personnes, d’un coup, pour un bidule cultureux dont manifestement, ils se passent assez bien. Et puis en ces temps de crise, on se demande si ces habitants ont les moyens de claquer chacun 900 euros supplémentaires pour une telle réalisation… En tout cas, du point de vue du maire dont la réélection n’est pas assurée et alors que les municipales approchent, la réponse est, elle, toute trouvée : il faut ce pôle.

Cette désinvolture dans la dépense des fonds publics, lorsqu’elle n’est pas, justement, placée sous les feux médiatiques, se retrouve tout autant à l’Assemblée Nationale. C’est logique, du reste, puisque les députés sont souvent des maires qui sont « montés en grade » à la faveur d’une élection. Les habitudes contractées dans une commune ne se perdent donc pas si facilement (surtout les mauvaises), et on les retrouve rapidement dans l’hémicycle. Et ce, d’autant plus facilement qu’un mécanisme particulièrement choupinou leur permet justement de se lâcher sur le sujet.

Il s’agit de la réserve parlementaire.

Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, disons simplement que c’est une dotation financière utilisable par les sénateurs et députés, issue du budget de l’Assemblée Nationale et du Sénat, qui sert à financer des associations et des collectivités de leur circonscription. Quelques mots ont filtré à ce sujet pendant le mois de juillet, à la suite de la parution plus ou moins volontaire de l’emploi de ces sommes dans différents documents. Parution qui avait permis au journal Le Monde de produire une infographie, et à deux ingénieurs, Charles Miglietti, Kilian Bazin, de réaliser un site web, ReserveParlementaire.fr, interactif et illustrant assez bien comment et par qui est utilisée cette réserve d’argent public qui échappe assez bien aux tensions médiatiques habituelles dès qu’on parle d’argent en France.

réserve parlementaire

Il faut comprendre qu’on parle de 150 millions d’euros dans lesquels piochent gentiment nos élus, pour aider qui sa commune d’origine, qui telle école, institution ou monument qui en aurait besoin. L’utilisation des fonds est à discrétion des élus et personne ne s’inquiète vraiment de savoir si tout ceci est bien règlementaire. Sur le papier, ça l’est, bien sûr : chaque député, chaque sénateur, va venir attribuer un montant, plus ou moins gros, pour telle réalisation à tel endroit. Très généralement, la somme est bien employée pour ce à quoi elle est destinée, et le tout se fait avec, on le suppose, le minimum de contrôle qui évite que certains indélicats se servent au passage (chose purement hypothétique, je vous l’assure, tant est rikiki le nombre de cas d’un député ou d’un sénateur ayant fraudé).

Mais on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi cette réserve fut si longtemps gardée secrète, et pourquoi elle continue d’exister à l’heure d’une crise sans précédent où l’État, on le rappelle, se doit à la fois de réduire ses dépenses et montrer l’exemple en matière de transparence fiscale. On peine à comprendre pourquoi aucun mouvement d’agacement franc et massif ne s’est fait jour dans la presse lorsqu’on a appris, à la suite de ces jolies « data-visualisations » du Monde et de ReserveParlementaire.fr, par exemple,

  • que les députés sont très généreux pour leurs propres communes, et les sénateurs encore plus, alors que ceci pourrait bien constituer un beau conflit d’intérêt,
  • qu’il y a une dizaine de communes qui ont reçu des financements venant de personnes qui ne sont élues ni de l’assemblée Nationale ni du Sénat.
  • que les ministres et le président utilisent aussi cette réserve, malgré là encore quelques évidents conflits d’intérêts, et le tout, dans l’opacité la plus complète.

Rassurez-vous : ce système, parfaitement inique, de distribution de bonbons aux frais du contribuables, perdurera tant qu’il sera possible. Bien sûr, les parlementaires eux-mêmes reconnaissent volontiers que « ce n’est pas acceptable d’utiliser ainsi l’argent du contribuable ».

Mais, on le comprend aisément, s’il fallait qu’une habitude soit légitime et saine pour durer, il n’y aurait rapidement plus aucune incitation à devenir élu.

Assemblée : CPEF
—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Ma grand-mère ne sait pas nager et elle ne joue ni au foot ni au tennis.
    Dans les petites villes patoisantes, l’entretien de la culture loco-artisanale à fin électoraliste est évidente.
    De la braderie annuelle qui mobilise les communaux à la fête du saint patron local, tout est bon pour les petits maires de rappeler à leurs électeurs qu’ils existent, le tout dans la plus grande inefficacité.
    Les surfaces de ventes modernes avec parking et climatisation s’installent en périphéries, reste le boulanger qu’on ose pas bouder.
    Le centre-ville refait avec pavé et fioriture passéiste ne sont que fard sur figure ravagée.
    Sans évoquer corruption et concussion, le cas type est celui du commerçant de matériels de sport qui, adjoint au maire, est président de la commission des sports….
    Les maires des petites villes patoisantes bichonnent les commerçants souvent au détriment objectif des clients. Si les maires des petites villes patoisantes étaient un peu cultivés et sachant en économie, ils ne seraient pas élus. Vu d’en bas c’est pas glorieux.
    Quant à la culture subventionnée par les communes, c’est tout simplement insultant.
    Il y a aussi les piscines municipales, même gérées par le privé, dont le budget est en équilibre, chaque villes y participe à hauteur de sa population et par les scolaires, de même pour les équipements sportifs et les subsides aux clubs et associations 1901.

    •  » Le centre-ville refait avec pavé et fioriture passéiste ne sont que fard sur figure ravagée »

      Vous préfériez les centres-villes délabrés de la fin de la seconde guerre mondiale ?

      • @ harrisburg.

        Pourquoi des centre-ville tournés vers le passé ?

        On sait faire des sols performants qui auraient probablement la vertu de signer notre époque, d’être performants, d’être moins chers et de n’être pas une révérence à des époques révolues.

    • Du coup, si elle ne veut vraiment pas jouer au foot, ne faut-il pas apprendre à nager à votre grand-mère ? Peut-être ces cours de natation pourraient-ils faire l’objet d’une subvention, ou, à défaut, d’un crédit d’impôt (à vérifier).

  • Bien vu cet article publié un QUATRE AOUT, si vous voyez ce que je veux dire…

  • Il faut faire « la Grève », et vite.

  • La distribution d’argent va continuer, jusqu’a q’il n’y ait plus d’argent à distribuer aux copains…

  • Une crèche de 15 enfants pour 2 000 000 € aux normes écolo truc, si c’est possible : St didier de Formans 01600+ un centre ville entièrement refais à neuf par l’intermédiaire de l’entreprise du maire. Si c’est possible. Et puis les terrains, ça va ça vient, suivant le besoin….
    Maire: c’est un escroc qui représente les escrocs au pouvoir. Il y a une compétition à celui qui va faire péter la machine à fabriquer du pognon, le tout avec l’accord des Français….Mais si !

  • Je trouve que la petite corruption locale a son charme et est même indispensable à l’heure de la globalisation et des délocalisations, car c’est un peu le « contrepoint » de ces mouvements globaux encore plus corrompus. Ne nous tirons pas une balle dans le pied en étant trop naïfs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles