Dans les coulisses du « Grand Journal » de Canal+

Dans un pamphlet contre "Le grand journal", Ollivier Pourriol dénonce une télé qui préfère "déconner avec les invités au lieu de penser avec eux".
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ollivier-Pourriol_pics_390

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans les coulisses du « Grand Journal » de Canal+

Publié le 16 juillet 2013
- A +

Dans un pamphlet contre « Le grand journal », l’ancien chroniqueur Ollivier Pourriol dénonce une télé qui préfère « déconner avec les invités au lieu de penser avec eux ».

Par Francis Richard.

Ollivier Pourriol enseigne la philosophie. Il fait des conférences. Il écrit des livres. Un jour, il est invité au « Grand Journal » de Canal Plus pour « la promo d’un bouquin ». Il se fait remarquer. C’est pourquoi, par la suite, on lui propose d’y jouer le rôle de « l’intello de service ». Il accepte. L’appât du gain n’y est pas étranger. Il est difficile de refuser un salaire mensuel de dix à quinze mille euros brut (500 euros brut par jour). Son silence télévisé – la parole va lui être de moins en moins donnée – vaudra plus que tous les mots qu’il aura dits ou écrits précédemment.

Mais Ollivier Pourriol ne comprend pas les règles d’un jeu qu’on ne lui explique d’ailleurs pas. Pendant le temps d’une saison – 2011/2012 –, il va cependant participer, puis surtout assister muet à cette émission, qui est diffusée en clair, la première partie en direct de 19 heures à 20 heures et la deuxième partie en différé de 20 heures 30 à 21 heures.

Alors qu’il est censé parler de livres, il a la naïveté de vouloir les lire. Ce n’est pas ce qu’on lui demande. Son rédacteur en chef, qui lui dira un jour qu' »on ne parle pas de poètes morts » [sic], lit toujours les livres de cette manière : « La première page, la dernière page et la page 100. » Pourquoi ces seules pages ? « Comme ça, je connais le début, la fin, et si on parle du livre, je parle de la page 100. Quelqu’un qui arrive à la page 100, c’est qu’il a lu le livre. » Ollivier Pourriol demande plus tard à un adjoint du même rédacteur en chef : « Comment tu veux que je conseille un livre que je n’ai pas lu ? » Il s’entend répondre, sans rire : « Tu peux le respirer, le livre. »

Ollivier Pourriol est une erreur de distribution. Il n’arrive pas à admettre qu’il ne faut pas se poser de questions, mais en poser aux invités et surtout finir l’échange avec eux par une dernière question, et qu’il ne faut surtout pas qu’il dise ce qu’il pense s’il veut rester… Comme il intervient finalement en deuxième partie, ses propos sont souvent coupés au montage…

En réalité, comme le lui dit son ami André, l’équipe de l’émission, Michel Denisot en tête, n’a qu’un objectif : « Ils veulent déconner avec les invités, pas penser avec eux. »

En définitive il va tenir un an, en intervenant de moins en moins, tout en étant payé. Ce qui lui fera dire à un moment qu’il aura occupé « l’emploi fictif le mieux payé de France », à un autre qu’il aura été « pendant un an le téléspectateur le mieux payé de France ». Pour se donner bonne conscience il considérera son « salaire excessif » comme un pretium doloris.

Ollivier Pourriol avait appris son recrutement en lisant Libé. Il apprendra qu’il est viré « en le lisant sur Internet » : ça, c’est de la communication ! Il est viré non pas parce qu’il a été mauvais, mais parce qu’il ne correspondait pas au format, parce qu’on n’avait que faire de son intelligence. Le titre s’explique ainsi : « On, tu existes. Off, tu n’existes pas. » Il n’existe plus.

À lire les scripts des émissions reproduits dans le livre, cela ne vole pas haut, c’est superficiel, ce n’est même pas drôle, ou rarement. Sans doute parce que c’est trop facile – il n’y a que la contraction du temps qui est difficile –, parce que c’est factice, clinquant, sans profondeur, dérisoire. De quoi amuser les bobos et ceux qui veulent leur ressembler. A contrario les dialogues que l’auteur a avec le rédacteur en chef, ou un de ses adjoints, avec le directeur des programmes, avec son producteur ou encore avec ses amis, tels que Jérémie ou André, sont souvent désopilants.

Il faut lire ce livre plaisant, et non complaisant, de la première à la dernière page, n’en déplaise à d’aucuns. Car il dévoile – ce qui était nécessaire – les coulisses de Canal Plus et confirme, de l’intérieur, que ce média est parmi les plus affligeants qui soient… et qu’il devrait s’appeler Canal Moins.

• Ollivier Pourriol, On/Off, NiL, 2013, 360 pages.


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Si la télé en général et Canal+ en particulier pouvait aider à penser, ça se saurait. La télé actuelle estune vaste entreprise de distraction au vrai sens du terme, elle a pour but de « distraire » les citoyens et non de les faire réfléchir. Les règles du jeu y sont bien établies, il faut claironner haut et fort que l’on est de gauche, que le pauvre qui regarde (parce qu’il n’a rien d’autre à faire) est aimable et que le riche lui est haïssable.
    Le contenu, que ce soit en politique, en culture et en social, n’a aucune sorte d’importance, car le seul sujet de la télé est la télé elle-même. Les gens de la télé s’amusent et sont grassement payés pour le faire, le téléspectateur, n’est que le témoin de cet amusement.
    Le grand journal fait un peu plus habillé, poli et brillant que la concurrence, mais c’est du pareil au même.

    • Mais pourquoi, pensez-vous que la télé se résume à TF1 ou Canal Plus? Avec un abonnement au cable ou au satellite, vous avez 300 chaines à disposition et il y en a pour tous les goûts. Je ne comprends pas ceux qui résument la télé, généralement pour la dénigrer, à 1, 2 ou 3 chaines seulement. Les gens devraient arrêter de mépriser leur voisin parce que celui-ci regarde un programme ou une chaine qu’eux-mêmes n’aiment pas. D’autre part, y a t-il une loi qui dit que la télé a pour mission exclusive de rendre intelligent?

  • D’un autre côté, aller à Canal plus en espérant réfléchir, non, mais, allô, quoi…

  • « Les règles du jeu y sont bien établies, il faut claironner haut et fort que l’on est de gauche, que le pauvre qui regarde (parce qu’il n’a rien d’autre à faire) est aimable et que le riche lui est haïssable. »

    Il me semble que la cible de canal + c’est plutôt les CSP+. En gros, les bobos à plus de 3000 euros par mois, qui votent à gauche.

    •  » En gros, les bobos à plus de 3000 euros par mois, qui votent à gauche. »
      Et il y en a beaucoup? parce qu’il en faut quand même quelque millions.

    • @ jayzman

      Oui mais c’est ce que les bobos aiment entendre, même s’ils sont loin d’être pauvres. Ca leur donne bonne conscience pour pas un rond (ou si, l’abonnement à C+)

    • Il faut aussi ajouter le ciblage sur les spectateurs du type rap/racaille et assimilés dont la culture est hypertélévisée, du genre des Kevin qui parlent comme Booba. On peut aisément remarquer les mèmes que cette population véhicule telles que les crétineries de Groland.

  • Les culs lisses du grand journal. 😀

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérard-Michel Thermeau.

Les 5 Dernières minutes offre une image sinon fidèle du moins très intéressante de la France gaulliste. Entre 1958, qui marque l'arrivée au pouvoir du Général, jusqu'en 1973, à la fin de la présidence pompidolienne, cette mythique série policière a charmé les téléspectateurs français. La médiocre qualité de l'image, qui va du presque pas visible au très correct, frappe autant que la qualité du son. Nul besoin de sous-titres pour comprendre ce que disent les acteurs. Heureux temps où les comédiens français sa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Alexandre Dumas est mort le 5 décembre 1870. À l’occasion du 150e anniversaire de la mort de ce merveilleux conteur, je vous propose un petit panorama des adaptations de son œuvre au cinéma. Aujourd'hui une revue nécessairement incomplète de divers romans, de la reine Margot à Joseph Balsamo.

Le cycle des Valois

Après les Mousquetaires et Monte-Cristo, Dumas avait entrepris une nouvelle trilogie autour des derniers Valois et des guerres de religion. Seuls deux volets ont intéressé le c... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Monte-Cristo : qui connaitrait le nom de cette île méditerranéenne sans Alexandre Dumas ? Dumas est mort le 5 décembre 1870, il y a 150 ans. À l’occasion de l'anniversaire de la disparition de ce merveilleux conteur, je vous propose un petit panorama des adaptations de son œuvre au cinéma. Aujourd’hui, le comte de Monte-Cristo.

Edmond Dantès, dit Monte-Cristo, est incontestablement, après d’Artagnan, le plus populaire des personnages créés par Dumas. Ce personnage de vengeur tout-puiss... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles