Delphine Batho virée !

Sur proposition du 1er ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Mme Delphine Batho, ministre de l’écologie.

Sur proposition du 1er ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Mme Delphine Batho, ministre de l’écologie.

Un article du Parisien libéral.

Qui eut crû que sur Contrepoints on relaierait avec plaisir un communiqué de presse de la Présidence de la République ? Sur proposition du premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Mme Delphine Batho. Enfin ! Les contribuables et les parisiens ont tant souffert de la présence de cette personnalité au sein du gouvernement. Souvenez-vous de l’arrogance de l’ex-députée Batho qui avait le culot de garder son HLM alors qu’elle gagnait un peu plus que la limite haute du salaire des riches dans ce pays [1].

Mais ça n’est pas pour cette impertinence que Batho a été virée. C’est pour avoir critiqué le budget du gouvernement, qui prévoyait une baisse de 7% du budget consacré à l’écologie en 2014.


Delphine Batho : « Le budget 2014 est mauvais »
par rtl-fr

Pour une fois, le président Hollande a respecté une promesse, celle que le centriste Lagarde (UDI) rappelait cette après-midi (voir Le Figaro).

De toute façon, Delphine Batho n’aura pas été une bonne ministre, souvenez vous de la catastrophique gestion de la crise de l’émission de gaz Lubrizoil à Rouen ! [2].

Maintenant, cette fin de fonction ne constitue nullement une réponse aux problèmes qui se posent encore à ce gouvernement :

  • Les députés socialistes, dont la majorité absolue s’amenuise de semaine en semaine, ne suivent pas le gouvernement. La preuve en est qu’ils refusent de faire appliquer la proposition du candidat Hollande sur le cumul des mandats, quand ils ne rechignent pas à être transparents sur leur patrimoine immobilier ou financier (il est vrai qu’en la matière, l’exemple vient de très haut et de très loin !).
  • Le gouvernement n’a toujours pas de ligne claire. Au-delà de la critique du budget formulée par Delphine Batho, quelle est la cohérence d’une équipe gouvernementale composée de Valls et Duflot ? Taubira et Conway ? Pinel et Pellerin ? Belkacem et Touraine ?

Hollande semble avoir composé son gouvernement comme il gérait le PS : avec finesse. L’équilibre instable est désormais un château de cartes. Batho partie, c’est l’édifice qui s’écroule, sans parler de la promesse de parité qui vole en éclats. Seule une dissolution pourrait contribuer à sortir la France du mauvais pas dans lequel le gouvernement Ayrault s’évertue à l’y plonger.

Mais il n’y a pas qu’au sein du gouvernement que l’on attend des démissions. Où en est Yacine Chaouat, l’adjoint socialiste à la mairie du XIXeme arrondissement de Paris qui a été condamné par la justice pour avoir battu sa femme ? Où en sommes-nous dans la plainte de Xavier Kemlin contre la Présidence, en rapport avec l’ISF du président de la République ? Où sont les explications de Valls, Ayrault et Moscovici sur l’affaire Cahuzac ? Savaient-ils dès le 15 décembre, ou pas ?

Quant à l’écologie, on ne sait pas encore si le gouvernement va adopter un point de vue moins favorable au principe de précaution et moins complaisant avec les thèses de décroissance. Une chose est sûre, quand on pense que EELV s’est associée au PS pour promouvoir « un autre modèle de croissance » et « une France apaisée », il y a au final de quoi sourire, quand on voit ceci.

Source : « Notre Dame des Landes sera le Vietnam du gouvernement », sur le blog « Écologie Libérale ».

Quant à Philippe Martin, député du Gers propulsé ministre de l’Écologie, une grande militante libérale et candidate UMP dans le Gers, Douce de Franclieu, est bien placée pour dire qu’il n’y a pas grand chose à attendre de lui.


Sur le web.

Notes :