Les solutions à la crise de l’euro par l’ex-gouverneur de la banque d’Angleterre Mervyn King

Selon le gouverneur de la banque d’Angleterre, il y a quatre options de sortie de crise de l’euro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mervyn-King-Governor-of-t-007

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les solutions à la crise de l’euro par l’ex-gouverneur de la banque d’Angleterre Mervyn King

Publié le 3 juillet 2013
- A +

Selon le gouverneur de la banque d’Angleterre, il y a quatre options de sortie de crise de l’euro.

Un article d’Open Europe.

Le Financial Time a récemment publié un long et intéressant entretien de Mervyn King, l’actuel gouverneur de la banque d’Angleterre, avec le journaliste Martin Wolf. De nombreux sujets d’actualité ont été traités, mais c’est un court échange sur la zone euro qui a sans surprise retenu notre attention. Interrogé sur les solutions à apporter à la crise de l’euro, King a résumé brièvement les options, et ce, sans avoir recours aux termes techniques propres aux personnes directement impliquées dans la crise.

Je pense, qu’il y a quatre solutions. La première est de continuer avec le chômage massif dans le sud. Le but étant de déprécier les salaires et les prix jusqu’à ce qu’ils soient à nouveaux compétitifs. La deuxième est de dire : pour nous débarrasser de ces déséquilibres de compétitivité, nous avons besoin d’inflation en Allemagne. Cela semble peu attrayant, en particulier pour les allemands.

La troisième est d’abandonner l’idée de restaurer rapidement la compétitivité et d’accepter que nous sommes dans une union européenne des transferts. Cela nécessite que les pays du nord donnent de l’argent au pays du sud, tandis que les pays du sud acceptent que des conditions leurs soient imposées pour limiter la taille des transferts.

La quatrième est de changer les conditions d’adhésion. À l’heure actuelle, j’ignore quelle est la meilleure solution. Cela va dépendre de leurs objectifs politiques. Mais d’un point de vue économique, la réponse à apporter devrait ressembler à une combinaison de ces quatre solutions.

Comme je l’ai dit, une réponse concise et précise de King. Bien entendu chaque solution peut être nuancée et modifiée, mais les principes généraux sont là. Cependant nous pouvons pousser l’analyse plus loin. L’option une (qui est actuellement mise en œuvre) n’apparaît guère acceptable politiquement ou socialement. Des pays comme la Grèce, le Portugal ou Chypre auront des difficultés à redevenir compétitifs de cette manière. De plus cela n’effacerait pas les failles de la zone euro, la laissant incroyablement vulnérable aux futures crises.

Même si elle était acceptable politiquement, il est peu probable que l’option deux suffise à résoudre la crise. Si certains aspects de cette solution sont probablement nécessaires pour la zone euro, ils sont loin de suffire à résoudre la crise. Cela pourrait en outre créer une « union de la non compétitivité », chose que l’Allemagne craint le plus ; en effet, même si les déséquilibres de la zone euro s’en trouvaient diminués, la compétitivité de l’union européenne en souffrirait dans son ensemble. De plus nous ignorons toujours à quel point la croissance des pays en pleine crise économique bénéficierait d’une telle approche – comme nous le discutons ici. Et une fois encore cette solution ne résout en rien les problèmes institutionnels.

Cela nous laisse donc avec les options trois et quatre – ce que nous avions déjà noté.

En préalable à toute résolution de crise des choix fondamentaux doivent donc être fait dans la zone euro. Espérons que certains dirigeants de la zone euro liront l’interview de King.


Sur le web. Traduction : Émeric T. pour Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Vachement enthousiasmant!…

    • Surtout vachement stupide : ne pas comprendre un problème est la certitude d’obtenir des solutions foireuses aggravant les difficultés.

      L’euro n’est pas en crise, loin s’en faut. Les Etats obèses, oui. Ce sont bien ces derniers qui accablent leurs populations de taxes inouïes, de réglementations ubuesques, de montagne de dettes et d’injustices socialistes. Pas l’euro !

      Cette crise est celle des Etats obèses. Elle prendra fin le jour de leur disparition.

      • c’est vrai, mais c’est parfaitement inimaginable par ceux qui proposent les « solutions », puisque pour eux l’état obèse n’est pas le problème, c’est une fin en soi, supérieur à toute autre

  • La solution est de dégrossir l’état et baisser les taxes surtout…

  • Contrairement à Cavaignac, je pense que le problème est l’obésité de certains états ET l’euro qui ne peut marrcher que dans une Europe Fédérale dirigée par les eurocrates dont personne ne veut.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
vers de farine
8
Sauvegarder cet article

Sapristi, les habitudes culinaires européennes évoluent de plus en plus vite ! La nouvelle a fait quelques remous sur les réseaux sociaux : depuis quelques jours, l’Europe autorise l’utilisation de deux insectes dans l’alimentation humaine à savoir le ver de ténébrion (ver de farine) et le grillon domestique.

En pratique, cette introduction d’insectes dans le catalogue des substances autorisées dans la nourriture humaine n’est pas nouvelle puisqu’il y a deux ans, en janvier 2021, l’Europe avait déjà autorisé les larves de scarabée moli... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Pour soutenir son industrie et lutter contre l’inflation, Washington a déclenché un plan massif de subventions : l’Inflation Reduction Act (l’IRA). Promulgué en août, il prévoit une enveloppe de 430 milliards de dollars.

En pratique, l’IRA consiste à subventionner la production nationale (automobile électrique, batteries, énergies renouvelables) et à verser des crédits d’impôt aux industriels du monde entier pour les inciter à s’installer sur le sol américain. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles