Les solutions à la crise de l’euro par l’ex-gouverneur de la banque d’Angleterre Mervyn King

Selon le gouverneur de la banque d’Angleterre, il y a quatre options de sortie de crise de l’euro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mervyn-King-Governor-of-t-007

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les solutions à la crise de l’euro par l’ex-gouverneur de la banque d’Angleterre Mervyn King

Publié le 3 juillet 2013
- A +

Selon le gouverneur de la banque d’Angleterre, il y a quatre options de sortie de crise de l’euro.

Un article d’Open Europe.

Le Financial Time a récemment publié un long et intéressant entretien de Mervyn King, l’actuel gouverneur de la banque d’Angleterre, avec le journaliste Martin Wolf. De nombreux sujets d’actualité ont été traités, mais c’est un court échange sur la zone euro qui a sans surprise retenu notre attention. Interrogé sur les solutions à apporter à la crise de l’euro, King a résumé brièvement les options, et ce, sans avoir recours aux termes techniques propres aux personnes directement impliquées dans la crise.

Je pense, qu’il y a quatre solutions. La première est de continuer avec le chômage massif dans le sud. Le but étant de déprécier les salaires et les prix jusqu’à ce qu’ils soient à nouveaux compétitifs. La deuxième est de dire : pour nous débarrasser de ces déséquilibres de compétitivité, nous avons besoin d’inflation en Allemagne. Cela semble peu attrayant, en particulier pour les allemands.

La troisième est d’abandonner l’idée de restaurer rapidement la compétitivité et d’accepter que nous sommes dans une union européenne des transferts. Cela nécessite que les pays du nord donnent de l’argent au pays du sud, tandis que les pays du sud acceptent que des conditions leurs soient imposées pour limiter la taille des transferts.

La quatrième est de changer les conditions d’adhésion. À l’heure actuelle, j’ignore quelle est la meilleure solution. Cela va dépendre de leurs objectifs politiques. Mais d’un point de vue économique, la réponse à apporter devrait ressembler à une combinaison de ces quatre solutions.

Comme je l’ai dit, une réponse concise et précise de King. Bien entendu chaque solution peut être nuancée et modifiée, mais les principes généraux sont là. Cependant nous pouvons pousser l’analyse plus loin. L’option une (qui est actuellement mise en œuvre) n’apparaît guère acceptable politiquement ou socialement. Des pays comme la Grèce, le Portugal ou Chypre auront des difficultés à redevenir compétitifs de cette manière. De plus cela n’effacerait pas les failles de la zone euro, la laissant incroyablement vulnérable aux futures crises.

Même si elle était acceptable politiquement, il est peu probable que l’option deux suffise à résoudre la crise. Si certains aspects de cette solution sont probablement nécessaires pour la zone euro, ils sont loin de suffire à résoudre la crise. Cela pourrait en outre créer une « union de la non compétitivité », chose que l’Allemagne craint le plus ; en effet, même si les déséquilibres de la zone euro s’en trouvaient diminués, la compétitivité de l’union européenne en souffrirait dans son ensemble. De plus nous ignorons toujours à quel point la croissance des pays en pleine crise économique bénéficierait d’une telle approche – comme nous le discutons ici. Et une fois encore cette solution ne résout en rien les problèmes institutionnels.

Cela nous laisse donc avec les options trois et quatre – ce que nous avions déjà noté.

En préalable à toute résolution de crise des choix fondamentaux doivent donc être fait dans la zone euro. Espérons que certains dirigeants de la zone euro liront l’interview de King.


Sur le web. Traduction : Émeric T. pour Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Vachement enthousiasmant!…

    • Surtout vachement stupide : ne pas comprendre un problème est la certitude d’obtenir des solutions foireuses aggravant les difficultés.

      L’euro n’est pas en crise, loin s’en faut. Les Etats obèses, oui. Ce sont bien ces derniers qui accablent leurs populations de taxes inouïes, de réglementations ubuesques, de montagne de dettes et d’injustices socialistes. Pas l’euro !

      Cette crise est celle des Etats obèses. Elle prendra fin le jour de leur disparition.

      • c’est vrai, mais c’est parfaitement inimaginable par ceux qui proposent les « solutions », puisque pour eux l’état obèse n’est pas le problème, c’est une fin en soi, supérieur à toute autre

  • La solution est de dégrossir l’état et baisser les taxes surtout…

  • Contrairement à Cavaignac, je pense que le problème est l’obésité de certains états ET l’euro qui ne peut marrcher que dans une Europe Fédérale dirigée par les eurocrates dont personne ne veut.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles