NSA : l’indignation sélective des politiques européens

Où étaient donc tous ces indignés lorsque c'était la vie privée des citoyens lambda que l'on espionnait ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nsa eagle

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

NSA : l’indignation sélective des politiques européens

Publié le 2 juillet 2013
- A +

Où étaient donc tous ces indignés lorsque c’était la vie privée des citoyens lambda que l’on espionnait ?

Un article du Parisien Libéral.

Belle unanimité que celle que le Monde rapporte : Espionnage de la NSA : la classe politique française estomaquée ! Le ministre des Affaires étrangères va même convoquer l’ambassadeur US en France, d’après BFM TV.

Est-ce que cette même classe politique nous prend pour des idiots ? Où étaient-ils quand, fin 2010 déjà, on a appris par Wikileaks et le Monde, que les États-Unis avaient un programme de collecte systématique des données personnelles des ambassadeurs et personnels diplomatiques travaillant pour l’ONU, à New York ?

C’est vrai qu’il était gênant, à l’époque, d’apprendre que ces politiciens, Sarkozy, Villepin ou Royal, se critiquaient entre eux devant l’ambassadeur US, au sein de l’ambassade US (voir Libération).

Les gesticulations du jour de la classe politique française ont quelque chose de comique. Que va faire la France ? Envoyer quelques Mirage 2000 et Rafale tirer des coups de semonce au dessus de Washington D.C. ? Elles ont surtout quelque chose de très inquiétant pour nous, les citoyens. Quand, il y a deux semaines, Edward Snowden a révélé que PRISM passait au tamis numérique de manière systématique Facebook, Twitter et aussi les fournisseurs d’e-mails (privés …?), le gouvernement français n’a rien dit du tout.

Pourquoi ? Parce que tant que ça concerne les gueux les citoyens et non pas les institutions, c’est moins grave ? Peut-être parce que la police et la DCRI font de même, vis-à vis des citoyens français notamment.

Souvenez-vous : depuis mars 2011, un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d’achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d’enquêtes, ainsi que le fisc ou l’URSSAF. (source RMC)

Mais pas de problèmes, en France, on surveille les citoyens pour « lutter contre le terrorisme » et « combattre la fraude fiscale ». Tiens, c’est le motif que la NSA a donné, elle aussi, pour justifier son action …

Oui, chers lecteurs, vous avez bien compris : quand l’État (les états, en fait) dit travailler à notre sécurité, il travaille surtout à son propre maintien, quelque soit le coût pour nos libertés.


Sur le web.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • c’est pas des politiques que nous avons en france , ce sont des vierges éffarouchées…….chochotte va …nous prennent vraiment pour des cons…..

  • Dès que vous donnez à un état la possibilité d’écouter et d’espionner tout le monde, il le fera !
    D’ailleurs tout le monde crie au scandale mais pendant ce temps, la surveillance continue. Je n’ai pas vu que la NSA allait démanteler PRISM ?!

  • Très bonne remarque, c’est juste dommageable à la fin la petite pub pour un parti néo-conservateur.

  • Tout ça pour amuser la galerie!J’aimerais bien les voir nos politocards demander à la FED et aux autre banques centrales d’arrêter de faire tourner le planche à billets ,tiens!Et obliger les USA et l’Europe à revenir au standard-or et argent!

  • A lire ce genre d’article, nos gros naïfs finiront par croire que la France et d’autres n’écoutent pas du tout ce qui se passe à l’étranger ?
    USA , Big Brother version 201x ? Imaginez-vous être écoutés jusqu’au coin de l’oreiller ? Restons sérieux SVP !

    Dans la même fibre, l’émission Cdansl’Air sur La5 d’aujourd’hui 2 juillet traitait de ce sujet avec 4 interlocuteurs typiques de l’hexagonale … CNIL en tête de peloton.

    Et ces petits chinois, russes, européens, et même les marsiens Verts de Greenpeace & Co, que font-ils donc de tous leurs espions ? Et les médias de tous leurs PJ et paparazzis et indiscrets divers ? Prépension pour tous et l’autruche française restant le cul en l’air et la tête dans les sables mouvants ? La paranoïa guette le peuple. Et ses dirigeants raffolent que nos lambda se détournent de problèmes bien plus graves au sein de l’Europe; p.ex. les ravages de l’islamisation rampante, dont les mêmes dirigeants s’accommodent lâchement, vous en faites quoi ???

    • Aucun humain ne vous écoute, ne soyez pas parano. La surveillance et l’archivage des donnés est faite par des programmes automatisés. En revanche, ces informations sont consultable si nécessaire (en cas de suspicion de fraude fiscale par exemple).

  • Durant la guerre d’Irak, – cela ne date donc pas d’hier – la seule délégation européenne à Bruxelles disposant d’une salle « blindée » contre toutes sortes d’écoutes, était l’Allemagne. Le Spiegel avait évoqué comment Chirac était obligé de demander la clé à Schroeder pour l’emprunter de temps en temps…. Bon, après, le maillon faible c’est lorsque Jacques envoyait un mail à Bernadette pour tout lui raconter, …
    L’Etat de la DDR a espionné systématiquement par tous moyens ses propres citoyens « à risque » dès 1950 (par exemple, ceux qui avaient « fait des études »).

  • ce pauvre gars va finir suicidé ou dans une prison Américain alors que c’est un lanceur d’alerte. et personne ne va bouger pour lui offrir l’asile politique! Ceci dit les écoutes illégales américaines servent parfois aussi, par exemple pour espionner des conversations discrètes au sommet de l’état français, la preuve: http://0z.fr/bV-p5

    • ce « pauvre gars » est un tordu partageant des schémas mentaux analogues aux vôtres !
      en matière de « preuves », laissez de côté ce qui se jargonne via Internet (un média aussi accommodant envers les activistes de tout poil … que le sont nos médias ordinaires asservis à 95% par les pouvoirs gauchistes ). Un bon rinçage du mental pourrait-il vous aider ?

  • un citoyen comme les autres
    5 novembre 2013 at 13 h 27 min

    C’est un plaisir de fin gourmet que de voir un Libertarien dénoncer le pays qui aime le plus le libéralisme au monde et se réfugier chez Poutine dans l’un des pays les plus centralisés du monde. Quelle époque formidable.

  • Mais les Français s’en foutent de la vie privé, ils veulent moins de libertés et plus d’égalitarisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de l'article ici

L'augmentation des prix et les embouteillages dans la chaine logistique vont finir par s’atténuer une fois que les retards accumulés au cœur de la crise seront résorbés ; les prix de l’énergie redeviendront à un niveau plus proche de celui d’avant la pandémie (partie gauche de la Figure 2 et de la Figure 3).

Voilà pour l’immédiat. Ceci aura eu le mérite de montrer combien est essentielle l’énergie dans notre vie quotidienne et surtout de révéler à ceux qui l’ignoraient que la demande en énergie n... Poursuivre la lecture

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles