NSA : l’indignation sélective des politiques européens

nsa eagle

Où étaient donc tous ces indignés lorsque c’était la vie privée des citoyens lambda que l’on espionnait ?

Où étaient donc tous ces indignés lorsque c’était la vie privée des citoyens lambda que l’on espionnait ?

Un article du Parisien Libéral.

Belle unanimité que celle que le Monde rapporte : Espionnage de la NSA : la classe politique française estomaquée ! Le ministre des Affaires étrangères va même convoquer l’ambassadeur US en France, d’après BFM TV.

Est-ce que cette même classe politique nous prend pour des idiots ? Où étaient-ils quand, fin 2010 déjà, on a appris par Wikileaks et le Monde, que les États-Unis avaient un programme de collecte systématique des données personnelles des ambassadeurs et personnels diplomatiques travaillant pour l’ONU, à New York ?

C’est vrai qu’il était gênant, à l’époque, d’apprendre que ces politiciens, Sarkozy, Villepin ou Royal, se critiquaient entre eux devant l’ambassadeur US, au sein de l’ambassade US (voir Libération).

Les gesticulations du jour de la classe politique française ont quelque chose de comique. Que va faire la France ? Envoyer quelques Mirage 2000 et Rafale tirer des coups de semonce au dessus de Washington D.C. ? Elles ont surtout quelque chose de très inquiétant pour nous, les citoyens. Quand, il y a deux semaines, Edward Snowden a révélé que PRISM passait au tamis numérique de manière systématique Facebook, Twitter et aussi les fournisseurs d’e-mails (privés …?), le gouvernement français n’a rien dit du tout.

Pourquoi ? Parce que tant que ça concerne les gueux les citoyens et non pas les institutions, c’est moins grave ? Peut-être parce que la police et la DCRI font de même, vis-à vis des citoyens français notamment.

Souvenez-vous : depuis mars 2011, un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d’achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d’enquêtes, ainsi que le fisc ou l’URSSAF. (source RMC)

Mais pas de problèmes, en France, on surveille les citoyens pour « lutter contre le terrorisme » et « combattre la fraude fiscale ». Tiens, c’est le motif que la NSA a donné, elle aussi, pour justifier son action …

Oui, chers lecteurs, vous avez bien compris : quand l’État (les états, en fait) dit travailler à notre sécurité, il travaille surtout à son propre maintien, quelque soit le coût pour nos libertés.


Sur le web.