Batho coulée

Avis aux Verts avides de prébendes : leur poids électoral surestimé ne les met plus à l'abri d'un PS fragilisé par ses échecs récurrents.

Le regard de René Le Honzec.

Le capitaine de pédalo, selon l’heureuse définition de Mélenchon, qui s’y connaît en Titanics rouges coulés, a piqué sa crise contre une pauvre plante verte qui ne faisait que son boulot de complaisance. La chère a cru qu’elle pouvait en placer une et s’est ramassée une claque dans sa parité qui lui a fait perdre une partie de sa retraite anticipée de ministre. À part ça, un ministre « ça ferme sa gueule ou ça démissionne », dixit papy Chevènement : ouais, mais Hollande adapte en lui la fermant en la démissionnant.

Avis aux Verts avides de prébendes : leur poids électoral surestimé lors des accords Sapin-Placé ne les met plus à l’abri d’un PS fragilisé par ses échecs récurrents.

Lire aussi : Delphine Batho virée !