La France bloque le libre-échange UE-USA

La France insiste pour que tout accord comprenne des mesures de protection pour ses films et son industrie télévisuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Union Européenne Etats-Unis

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France bloque le libre-échange UE-USA

Publié le 18 juin 2013
- A +

La France insiste pour que tout accord comprenne des mesures de protection pour ses films et son industrie télévisuelle.

Un article d’Open Europe.

David Cameron veut utiliser le rassemblement des leaders du G8 en Irlande du Nord cette semaine pour entamer des négociations formelles sur la proposition d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis. Mais l’avancée du projet dépend de la levée du blocage dans les discussions depuis que la France insiste pour que tout accord comprenne des mesures de protection pour ses films et son industrie télévisuelle face aux productions importées des États-Unis. Ces premières discussions ont pour but de donner à la Commission européenne un mandat pour entamer les négociations.

Cependant, le pouvoir de négociation des Français est important. Les traités européens (art 207) ont mis en place des procédures encadrant l’ouverture et la conclusion d’accords de libre-échange dans le cadre de la politique commerciale commune.

La commission fait des recommandations aux gouvernements nationaux, qui l’autorisent à ouvrir des négociations. Ensuite, la commission conduit les négociations tout en consultant un comité spécialement nommé par les ministres.
En principe, les accords commerciaux sont négociés et conclus par un vote à la majorité qualifiée. Toutefois, il existe un certain nombre d’exceptions pour lesquelles l’unanimité – et donc le veto national – s’applique toujours ; parmi elles, « le domaine du commerce de services culturels et audiovisuels, où de tels accords risquent de porter préjudice à la diversité culturelle et linguistique de l’Union ».

Afin de sortir de l’impasse, la Commission européenne et la présidence irlandaise de l’UE ont proposé de demander aux États membres d’accepter à l’unanimité toutes les parties du projet ayant des conséquences sur l’industrie audio-visuelle uniquement après que les négociations sur ce secteur particulier seront terminées. Toutefois, Le Figaro cite une source venant du bureau du Ministre du Commerce et de l’Industrie français Nicole Bricq disant : « Nous mettons déjà un veto sur la conclusion de l’accord, donc cette offre ne change rien pour nous ».

Dans un monde où les accords commerciaux ont des applications de plus en plus larges englobant tous les aspects de l’économie, cela donne à la France une influence considérable.


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Et pourtant qu’est e que l’on s’enquiquine en regardant les films français, mauvais pat rons, bons arabes jeunes incultes scènes de b…, homos qui se roulent des pelles, que des poncifs éculés,, joués en imitant (mal )les américains. Nous conserverons chèrement notre exception française.

  • Si la classe politique étaient réellement en faveur du libre-échange, elle décrèterait purement et simplement une levée unilatérale et immédiate des barrières douanières. Nulle besoin de négociations. Les accords de « libre-échange » cachent souvent des mesures protectionnistes/étatistes perverses.

  • Personnellement, stupidité socialiste ou pas de notre gouvernement, je trouve totalement anormal qu’on fasse négocier le traité de libre-échange avec les USA par la Commission Européenne non-élue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles