Roland-Garros : un bon cru 2013, mais pas pour tout le monde

Après une belle finale dames et avant le duel Nadal-Ferrer, petit bilan de Roland Garros 2013 pour les parisiens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Roland Garros (Crédits : Passion Leica, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Roland-Garros : un bon cru 2013, mais pas pour tout le monde

Publié le 9 juin 2013
- A +

Après une belle finale dames et avant le duel Nadal-Ferrer, petit bilan de Roland-Garros 2013 pour les Parisiens.

Par le Parisien Libéral.

Du grand spectacle, cette édition de Roland-Garros. Les spectateurs ont pu apprécier samedi après midi le match entre Williams et Sharapova avant une finale messieurs opposant aujourd’hui Rafael Nadal à David Ferrer. La vainqueur de la finale dame, l’Américaine, repartira avec un beau chèque et une belle coupe.

En revanche, ceux qui sont moins souriants, ce sont les riverains, les habitants de la Porte d’Auteuil et de Boulogne, mais surtout ceux du XVIème sud.

Pourquoi ? Parce que pour le moment, on ne sait pas du tout où en est le projet d’extension de Roland-Garros.

Rappelons : tout le monde s’accorde à dire que le stade de Roland-Garros est trop petit. Surtout en 1ère semaine de la quinzaine, la foule des spectateurs rend le stade peu pratique.

La solution qui a été trouvée par la Ville de Paris : étendre Roland-Garros en direction des Serres d’Auteuil, plutôt que de privilégier le déménagement (Versailles, Gonesse et Marne-la-Vallée étaient candidates) ou la couverture de la A13 (lire Sauver Roland-Garros à Paris et préserver les Serres d’Auteuil).

Il y a une sorte de consensus entre les décideurs, Claude Goasgen et Bertrand Delanoë sur le sujet, alors que d’autres élus, comme Jean-François Martins (Modem Paris XIV) ou Pierre-Christophe Bagué (UDI Boulogne)Valérie Sachs (UDI Paris) tentent de faire explorer des solutions alternatives sur le sujet de l’extension de Roland-Garros.

Et alors, le contribuable (parisien) dans tout ça ? N’est-il pas content si Roland-Garros reste Porte d’Auteuil ? Pas forcément. Pas du tout, en fait. Le Delanopolis montre que la Mairie de Paris, et donc nous tous, avons perdu ce que les économistes appellent un coût d’opportunité (lire Roland-Garros : un tournoi en perdition) car la FFT a réussi a faire signer à la Mairie de Paris un contrat très avantageux.

Conclusion : après la finale hommes de cet après-midi entre Nadal et Ferrer, il ne faudra pas que les Parisiens laissent les seuls politiques s’occuper du dossier Roland-Garros.


Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
autolib'
0
Sauvegarder cet article

Par Serge Federbusch.

Circulation et déplacements sont pour la mairie de Paris des sujets de communication et même de propagande plus que des questions sociales, techniques et économiques à traiter rationnellement. Depuis 2001 c’est un jet quasi continu de pseudo innovations, travaux et systèmes complexes qui envahissent les rues de la capitale : tramway des Maréchaux, Velib', voies de bus dilatées, places (notamment celle de la République) sens dessus dessous, potelets, bitoniaux et séparateurs omniprésents…

À chaque fois, le p... Poursuivre la lecture

Par Serge Federbusch.

L’ouverture du tournoi de Roland-Garros est l’occasion de rappeler à ceux qui prétendent gouverner Paris leurs faits et méfaits. Et à ceux qui liront cet article de ne pas bronzer idiots s’ils fréquentent ces gradins glamour.

Il est un jardin extraordinaire aux marches du bois de Boulogne appelé jardin des Serres d’Auteuil. Lesdites serres sont une merveille d’architecture de verre et de métal. Certaines des sculptures qui ornent les bâtiments de pierre qui les jouxtent ont été taillées par Rodin.

On... Poursuivre la lecture

Paris-plages
0
Sauvegarder cet article

Par Serge Federbusch.

Tout a commencé, judiciairement parlant, par un rapport salé de la Chambre régionale des comptes qui pointe les dysfonctionnements de l'opération Paris-Plages :

" ... la Ville de Paris n’a pas été en mesure de fournir (à la Chambre) une évaluation du coût des éditions de 2009 à 2011. Pour 2012 et 2013, elle a produit un tableau très sommaire (15 lignes) présentant une estimation des coûts, au demeurant plus de deux fois supérieurs aux chiffres communiqués aux membres du conseil d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles