Un avis plus… tempéré sur le climat

Tim Yeo.

Le député conservateur britannique Tim Yeo, autrefois partisan de mesures radicales pour lutter contre le réchauffement climatique, a récemment exprimé un avis plus modéré.

Le député conservateur britannique Tim Yeo, connu pour ses positions contre le réchauffement climatique, a récemment exprimé un avis plus modéré.

Par Jo Moreau.

Tim Yeo.

Tim Yeo est un député conservateur britannique qui préside le comité de la Chambre des Communes chargé de superviser la politique gouvernementale contre les changements climatiques.

Ministre de l’environnement de John Major, il fut initiateur de la lutte contre le réchauffement climatique et comme tel, un partisan convaincu de mesures radicales pour réduire les émissions de CO2. Il se situait dans la droite ligne de la politique pro-nucléaire de Margaret Thatcher.

Ainsi déclarait-il en 2009 : « Les derniers souffles des climato-sceptiques (« deniers » ) s’éteindront bientôt. Dans cinq ans, plus personne ne doutera de la contribution humaine dans les changements climatiques ».

Interrogé mardi sur le choix politique qui se présente, soit atténuer les effets du changement climatique, soit carrément l’empêcher, il a modéré ses positions antérieures en déclarant que : « Ce changement ne représente pas du tout une menace pour la survie de la planète. Celle-ci a survécu à des changements beaucoup plus importants que n’importe quel changement climatique qui se passe aujourd’hui. Bien que les preuves d’un changement de climat soient maintenant écrasantes, les causes n’en sont pas tout à fait claires, et les variations naturelles pourraient en être une ».

Il a déclaré vouloir continuer à promouvoir des mesures destinées à lutter contre la menace de changements climatiques, car ceux-ci sont évidents et mettent en cause les habitudes de vie dans le monde, mais il a ajouté que la responsabilité humaine n’est qu’une des causes possibles.

Toutefois, il a poursuivi en prônant une politique prudente notamment dans le domaine de l’énergie et des combustibles fossiles, même si leur implication dans l’évolution climatique n’est pas une certitude.

« Il existe une forte probabilité pour que les activités humaines contribuent à des concentrations de gaz à effet de serre ».

Ben oui…

Source : http://www.telegraph.co.uk/earth/environment/climatechang…


Sur le web.

Sortie du livre « Climat, les 15 vérités qui dérangent » : malaise pour l’establishment.