L’annexion de Monaco par la France, c’est maintenant ?

Monaco parviendra-telle à survivre à l’appétit grandissant de l’État français ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
monaco

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’annexion de Monaco par la France, c’est maintenant ?

Publié le 22 mai 2013
- A +

À la suite d’un intéressant échange d’email avec un monégasque (que je remercie au passage), je vous propose une petite incursion à Monaco, dans le monde footballistico-bancaire qui sera l’occasion de découvrir les visées hégémoniques de la France sur la principauté et la préfiguration assez dramatique de ce qui attend les Français en matière fiscale dans les prochains mois.

Ah, Monaco ! Ses hôtels, ses yachts, son grand prix automobile, son prince, ses stars, ses paillettes, et son club de foot ! Si l’on y ajoute son traitement fiscal de faveur, sa petite taille et son PIB/habitant joyeusement élevé, la petite principauté aura toujours déclenché le plus vif intérêt des puissants en place, au premier rang desquels les éternels jaloux socialistes qui lorgnent sur le rocher depuis un moment.

monaco

L’histoire en atteste, et il n’y a même pas besoin de revenir sur les années 60, pendant lesquelles l’État français entendit accroître son emprise sur ce petit bout de territoire au travers de sa télévision (TMC) et de sa radio (RMC) : depuis l’essor des sociétés de crédit monégasques, la France entend en effet, par tous les moyens et de façon assez régulière, récupérer une partie du bel argent qui s’entrepose en principauté et qui échappe ainsi à l’impôt. Ainsi, en avril 1962, les Français tenteront de renégocier les accords fiscaux les liant aux monégasques ; Nice matin du 12 avril 1962 explique ainsi :

« La France voulait obtenir (…) l’alignement fiscal de la Principauté sur son propre régime fiscal. Elle estime en effet que le régime fiscal privilégié monégasque, étant donné l’essor économique de la Principauté, porte préjudice aux intérêts français. »

Toute ressemblance avec l’actuelle chasse aux exilés fiscaux français n’est absolument pas fortuite, d’autant plus que s’est accru le contraste entre la situation économique monégasque et la française, au détriment évident de cette dernière. Du reste, difficile de ne pas se rappeler que ce furent, en 2000, deux socialistes bon teint qui déclenchèrent une crise entre les deux pays, troublions excités de l’impôt qui ne sont autre que Sa Grande Frétillance Arnaud Montebourg (pour qui « Monaco n’est qu’une extension fiscale de la France ») et le laïcard de combat, Vincent Peillon et qui avaient gratifié le peuple français d’un énième et pénible rapport sur les moyens indispensables à mettre en place pour lutter contre la fraude fiscale. Que voulez-vous, les socialistes sont obsédés par l’argent (surtout celui des autres).

monaco : la traque fiscale s'intensifie

Bien sûr, les développements récents de nouvelles tensions entre la principauté et la France ne sont en rien étrangers à la présence de ces deux mêmes politocards de compétition dans l’actuel gouvernement ; l’affaire tient en peu de mots : l’arrivée du club de foot de Monaco en Ligue 1 lui imposerait, sur un fumeux principe d’une égalité fiscale, de venir s’installer sur le territoire français. Eh oui, que voulez-vous : comme d’habitude en Socialie, il faut que tout le monde coure avec les mêmes boulets aux pattes, sinon c’est honteusement avantageux pour ceux qui ont les jambes libres !

La traque fiscale, ici du côté du club de foot monégasque, est donc ouverte, et comme les communiqués de presse, début mai, le prouveront, le but est limpide : pomper le bon argent frais d’un club bénéficiaire vers une fédération (la FFF) déficitaire, le tout, sous la férule d’un État français décidément très interventionniste.

Du reste, c’est un mouvement d’ensemble qui ne peut tromper personne. On ne se refait pas : en janvier dernier, le gouvernement français avait nettement durci ses positions vis-à-vis de ses ressortissants expatriés en Suisse, ce qui n’avait pas manqué de faire des vagues, tant la modification unilatérale d’accords fiscaux était cavalière. En avril, les amusantes opérations de fermetures bancaire à Chypre suivies de ponctions sur les dépôts ont permis de montrer ce qu’il était possible de faire en matière d’intervention étatique décomplexée. S’en était suivie la mise en route d’une directive européenne destinée à faciliter ce genre d’opération sur toute l’Europe.

Dès lors, on comprend que si la France (ie. les minustres au pouvoir) veut vraiment croquer des avoirs monégasques, il n’y aura pas l’épaisseur d’une feuille à cigarette pour l’empêcher de procéder.

Les petites bisbilles avec le club de foot monégasques ne sont qu’une première passe d’arme entre la France et la principauté. Il faut en effet savoir que les banques installées en Principauté sont, pour la plupart, des sociétés anonymes monégasques et donc relèvent du droit monégasque, mais sont pourtant assimilables à des banques françaises : elles sont en effet toutes sous la coupe de la Banque de France. Mieux : il n’y a pas de secret bancaire monégasque, et chaque compte ouvert est déclaré à la Banque de France, ainsi que chaque transfert supérieur à 10.000€.

Le fait que des ministres français se mêlent ainsi ouvertement des négociations en s’appuyant sur la Ligue de football professionnel (LFP) et la Fédération Française de Foot (FFF) d’un côté et que de l’autre côté, le Prince suive directement ce dossier depuis le début pointe assez clairement vers une future crise majeure, d’autant plus que les montants des dépôts dans les banques monégasques sont intéressants, avec pas loin de 82 milliards d’euros qu’on pourrait, moyennant une réévaluation unilatérale des accords fiscaux, imposer (aussi sauvagement que possible). Rappelez-vous bien qu’avant Avril 2013, un scénario chypriote était impossible.

Ici, le club de football monégasque servirait alors de déclencheur d’une opération médiatique du gouvernement français, visant à donner une image de paradis fiscal honteux à la Principauté et la légitimité des outragés au gouvernement français pour « intervenir » : il y a tant de riches et de banques privées à Monaco qu’il faut y mettre bon ordre, morbleu ! Arnaud, on n’attend plus que toi !

Ce scénario n’est pas irréaliste : Monaco est, en apparence au moins, une proie facile pour le gouvernement français ; en s’attaquant au club de football, il teste la résistance et la capacité de défense de la Principauté, ainsi que l’opinion publique française en essayant de la retourner contre Monaco. Ces gesticulations inquiètent toute la hiérarchie monégasque, d’autant que, comme d’habitude avec les décisions socialistes, on pourrait s’attendre à des effets de bord assez dramatiques : par exemple, plus de 35.000 personnes viennent tous les jours travailler à Monaco ; la Principauté leur assure une source de revenus indispensables, de même qu’elle draine un public touristique considérable sur toute la Côte d’Azur. L’intervention française aurait un impact immédiat et signerait à plus ou moins courte échéance, la fin de la principauté : les riches partiraient, le prix de l’immobilier s’effondrerait rapidement et la plupart des entreprises monégasques mettraient la clé sous la porte.

françois hollande fait du foot

Interviendra ? Interviendra pas ? Au moment où j’écris ces lignes, on est dans la pure spéculation. Peut-être Monaco passera à côté de l’appétit grandissant d’un État Français au bord de la faillite. Mais dans quelques heures (à partir du 23 mai), ce sera le Grand Prix de Formule 1  la manifestation, prompte à attirer le strass et les paillettes sera peut-être l’occasion pour nos minustres d’en remettre une couche sur la fiscalité trop arrangeante de la Principauté pendant que la population française doit faire le gros dos sous l’averse de taxes qu’ils lui imposent.

Quoi qu’il en soit, s’il faut parier sur la mauvaise foi et l’absence totale de scrupules et de toute honte d’un gouvernement aux abois, on ne prendra jamais de gros risques.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Vivement l’annexion, vivement la fin de cette îlot de la décadence, vivement la fin de cette tour de Babel kafkaïenne.
    Après avoir marcher sur Monaco, il faudra marcher sur le Luxembourg. Laissons la Suisse aux Suisses.
    Cette élite qui se retrouve à Monaco, n’est absolument pas doté d’une liberté de mouvement qui lui permet d’être plus efficace, elle est doté d’une liberté d’action qui lui permet de vivre sa décadence comme bon lui semble, elle est doté d’une liberté d’asservissement qui lui permet de sous traités ses responsabilité, et son argent lui permet d’acheter des bons d’honorabilité. Cette élite d’HEC, de SciencePo, de la London Business School est incapable de voir venir le monde de demain, car ils ont grandi dans l’unique soucis d’eux même, dans l’unique amour de leur nombril, et dans l’unique compétence de savoir utiliser son argent. Counterpoints et autres think tanks conservateur, tellement convaincu de leur supériorité n’arrive pas a voir ce qu’il y a au bout de leur nez, et précipiterons l’âge de ténèbres d’où surgira cette espoir qui mettra a bas cette élite oisive. Ces élites sont des loosers, incompétent et oisifs. Aucune créativité, aucun courage, aucune force de caractère et aucun bon sens. Faute a des bourgeoises siliconé qui n’élève pas leurs enfants et les construits en affreux égocentriques oisifs, en incapable imbécile, en incompétent dirigeant d’inutile institution de l’égoïsme. Cette élite n’a pas le rang pour le monde qui se prépare, ce monde appartient bientôt aux Geeks, aux inventeurs créatifs et soucieux de demain, aux courageux passionnés forgeant dans le bon sens un monde plus intelligents. Aucun politique n’a saisi cette nuance du futur. Mais soyez sûr que le règne des bien nés est bientôt fini, et que bientôt commence le règne des biens élevés. La jeunesse doré a

      • Excellent !
        Ce qui est effarant c’est que cette doctrine a été essayée plein de fois et a toujours été au mieux source de misère, au pire de génocide !
        Le schéma est toujours le même :
        Tu veux pas partager, on te taxe, tu veux pas être taxé, on t’empêche de fuir et ensuite on te zigouille.

    • t’as pas pris tes cachetons ce matin, Erwan?

  • J’espère la Principauté de Monaco et les dirigeants de l’AS Monaco ne cèderont pas à cet odieux chantage venant de ce pays moisi par la jalousie et l’égalitarisme ! Je suis sure que le Calcio sera ravi d’accueillir l’AS Monaco !

  • Pfff, vite supprimons la liberté des autres. Quand Monaco et la Suisse prouvent que la fiscalité attractive créee de la richesse, il est évident qu’il faut vite exterminer cette vilaine habitude. Tous égaux, tous pauvres et malades. Voilà la France de demain. Un monde où fraternité et égalité n’aura plus besoin de liberté, un monde communiste en gros. On va avoir le plein emploi, aucun chomeur et que des pauvres….jusqu’à la prochaine guerre civile, où le mot liberté sera plus important que le reste. En attendant ça fait mal là où ça passe.

  • L’AS Monaco devrait transférer son siège au Qatar.

  • Monaco , ville située sur la Mediterranée où il n’y a même pas de plage pour se baigner tellement la spéculation immobilière dérégulée (avec recyclage d’argent sale) envahit de béton de poutrelles métalliques et de verrières industrielles, le moindre cm2 de territoire.
    Une honte ! La la loi littorale française non respectée par les dirigeants monégasques qui , par ailleurs,se font passer pour des écologistes.

    • Depuis quand la loi littorale française s’applique en dehors de la France ??

      • Faut quand même pas être très net, pour approuver ce massacre apocalyptique de la côte (cf. photo de l’article) qu’on retrouve plus ou moins en Espagne ( Costa Brava et Costa Dorada ) où la mafia a profité de l’absence de loi littorale, pour détruire le paysage en l’espace d’un quart de siècle.
        En France, grâce à la loi littorale , une partie de nos impôts servent, chaque année, à racheter des hectares de propriétés en bord de mer pour restituer le rivage à son légitime propriétaire : » Mr Tout le Monde »..
        .

    • Monaco est tellement une ville horrible qu’aucun touriste n’y met les pieds et que personne ne veut y habiter.

  • TRABUC IS BACK AGAIN !!!!!!!!!!!!

    Avant de retourner dans votre grotte (www.grotte-de-trabuc.com) où il n’a pas de gratte-ciel ni d’autres « massacres apocalyptiques », je vous informe que le « recyclage d’argent sale » se fait aussi dans votre Belle et Douce France : combien d’appartements de luxe parisiens, combien de produits de luxe fabriqués en France sont achetés par l’argent sale des roitelets africains/arabes ou des apparatchiks rapidement enrichis ?
    Cet argent sale est partout et vous savez bien qu’il est impossible de l’extirper de la société. Monaco n’a pas le monopole.

    Concernant le « massacre apocalyptique de la côte » que vous invoquez, en quoi il diffère de New York, Chicago, Londres ou même de Paris ? c’est sûr que vers le Xème siècle de notre ère on pouvait se baigner dans les eaux de la Seine, de l’Hudson ou de la Tamise. Peut-être regrettez-vous l’existence de ces grandes villes …
    Je suis d’accord pour réglementer la construction sur une partie de la côte maritime, mais je ne vois pas quel est le problème d’avoir une ville comme Monte Carlo : cela représente un faible pourcentage de la côte méditerranéenne.

  • Monaco c’est surtout un bon exemple des problèmes auxquels sont soumis les micro-états : l’influence excessive des autres puissances.

    Ils ne peuvent s’en tirer qu’en s’alliant à un pays plus fort avec le risque de dépendance politique que cela implique* ou en comptant sur un équilibre des pouvoirs entre puissances avec le risque permanent d’une instabilité qui les laisserait sans défense ou d’une coalition qui se retournerait contre eux.

    *cas de Monaco avec la France, de Andorre avec la France et l’Espagne, des îles Anglo-normande avec le Royaume-Uni, du Liechtenstein avec la Suisse…

  • La Principauté de Monaco est un état SOUVERAIN n’en déplaise a la ripoublique française!Monaco qui a la juridiction constitutionelle la plus ancienne d’Europe( le tribunal suprême)!!!Qui ne torture pas dans ses prisons!Et enfin qui ne punit pas les « riches »!Et qui respecte la liberté d’expression pas comme Dubai!

    • Toput est juste sauf la liberté d’expression. Il y a un comité de censure qui fait partie de la police. En fait, ils s’assurent que les journaux vendus à Monaco n’écornent pas trop la famille princière. En de très rares cas (comme Daniel Ducruet et filly houtteman) les journaux publiant des photos inadéquates sont censurés. Chacun sait qu’on a que quelques centaines de mètres à faire pour aller l’acheter.
      Maintenant à notre ami trabuc! Oui il a des plages à Monaco, il y en a même une qui est une réserve naturelle, c’est le larvotto. Contrairement à ce qu’on pense il y beaucoup d’espaces verts à Monaco, des parcs, une roseraie, un jardin exotique, etc…
      Et puis voilà quoi les lois littorales françaises on s’en tamponne total!

      D’ailleurs je tiens à soulever le débat, comment fait la France pour avoir encore un poids en Europe? Souvent les français arrivent à imposer leur vision des choses en Europe ou à d’autres pays. ça me sidère.

      •  » comment fait la France pour avoir encore un poids en Europe »
        Ta question prouve que tu ignores bien des choses de la France. Gavé que tu es d’idées de declinologues des cafés du commerce.
        La preuve ton irresponsabilité lorsque tu dis « on » (parles tu au nom de la gouvernance monégasque ?) s’en tamponne de la loi littorale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles