« L’armée mexicaine » française et le livre blanc sur la défense

Vision minarchiste du livre blanc au vu de la récente actualité concernant le trop grand nombre de généraux dans l’armée française.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Défilé du 14 juillet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’armée mexicaine » française et le livre blanc sur la défense

Publié le 20 mai 2013
- A +

Vision minarchiste du livre blanc au vu de la récente actualité concernant le trop grand nombre de généraux dans l’armée française.

Par Quentin Georges

Défilé du 14 juillet

Vous le savez tous, d’ici la fin du mois de juillet la loi de programmation militaire 2014-2019 sera très certainement votée au Parlement. Celle-ci va bouleverser de manière importante la défense nationale française puisque sa vocation première est de rénover notre armée, autrement dit de diminuer massivement les effectifs militaires. En effet, 5 000 postes seront supprimés chaque année en plus des fermetures de casernes qui ont lieu depuis bientôt 4 ans maintenant. Et oui, réduction du déficit oblige, tout le monde se doit de contribuer à l’effort national…

Pourtant, une information révélée sur le site La Voix de la Russie a retenu particulièrement mon attention, et je doute d’ailleurs que vous n’en ayez pas eu vent. Titre bien évidemment accrocheur, « 5 500 généraux en France : quand Hollande se prend pour Zappata », cela nous promet une belle tirade (sans mauvais jeux de mots) contre le haut de la hiérarchie militaire, reste à savoir si elle est justifiée.

La situation est un peu plus complexe qu’il n’y parait au prime abord, l’armée française comporte à l’heure actuelle deux types de généraux, les actifs que l’on appelle dans le jargon militaire première section, et les inactifs qui sont donc dans la deuxième section. Il est important de savoir qu’un général n’est pas mis en retraite, cela constitue une sanction disciplinaire à ce rang, il est simplement admis en deuxième section. On peut se demander l’utilité d’avoir une section « inactive », et bien c’est tout simple, suite à sa création en 1839 par Louis Philippe, son but était de pouvoir rappeler plus facilement en cas de conflit ce personnel qui était qualifié en la matière. Par conséquent, malgré leur statut sans emploi réel, ces généraux sont considérés comme étant en activité et ce, sans limite d’âge et de nombre. Au vu du contexte actuel, est-il nécessaire d’avoir ce corps d’armée d’autant plus que le rapporteur des armées a comptabilisé 95 rappels annuels d’activités en 2009 soit 2% de rappel ?

Ainsi, pour 498 généraux actifs (donc sur le terrain) en première section fin 2012, nous avons en contrepartie près de 5 500 généraux inactifs payés par l’État en échange d’un rappel qui n’aura sans doute jamais lieu. Ce chiffre est gigantesque, il est égal au nombre de légionnaires tous régiments confondus. C’est aussi un problème de proportion, avec ce nombre nous devrions avoir au minimum plus de 2,5 millions de combattants sur le terrain car ce grade permet de commander une division. Pourtant, c’est loin d’être le cas et cela le sera encore moins dans les années futures au vu du livre blanc présenté à François Hollande. Pour vous donner une idée à titre de comparaison, la Gendarmerie qui fait partie également du corps armée compte un peu plus d’une cinquantaine de généraux pour 105 000 hommes.

Alors oui, il est vrai que jadis cette seconde section était justifiée puisque nous possédions une armée de conscription et de mobilisation générale ce qui permettait à la France de disposer de gros bataillons. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Avons-nous besoin d’un tel corps, ne faut-il pas évoluer, revenir sur cet acquis social pour éviter une fonctionnarisation de l’armée ? Ce pays va-t-il enfin montrer de la modernité dans ses réformes, évoluer, pour enfin frapper ce socle de l’intouchable « avantage acquis » ?

Être libéral ne signifie pas abandonner l’armée, l’État doit garantir nos libertés individuelles et nous protéger, or ce type d’avantage nuit gravement à nos capacités opérationnelles sur le terrain puisque cet argent devrait servir à fournir en équipement nos soldats ce qui est en plus aggravé par la diminution des effectifs actifs. L’armée française possède sans doute l’une des meilleures infanteries au monde, le savoir-faire de la Légion étrangère est reconnue aux yeux de tous, et pourtant notre pays n’est même plus capable de payer ses troupes et de les fournir en matériel !

Oui, nos militaires du rang ne sont plus payés depuis des mois, un dysfonctionnement du système informatisé Louvois est soit disant invoqué pour cacher la misère des caisses du gouvernement, et pendant ce temps la France va embaucher 40 000 fonctionnaires supplémentaires dans l’Éducation nationale… Il m’attriste de voir cette situation, notre pays possède une grande tradition militaire, notre armée ne mérite pas ce pays et ce pays ne mérite pas cette armée. Le cas de ces généraux est le même que pour les hauts fonctionnaires ou autres conseillers d’État, la vaillance d’un Driant a laissé place au système fonctionnaire dans la hiérarchie.

Frédéric Bastiat a dit un jour, « N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième », utilisons cet argent gaspillé pour entretenir le matériel défectueux confié à nos soldats et non à des fins inutiles. Le libéralisme, le vrai, a besoin d’une armée forte pour assurer notre sécurité qui est une vraie prérogative régalienne de l’État.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Le fond du problème c’est la paupérisation du corps militaire et de son encadrement, qui a été plus ou moins compensé par l’inflation des grades. Le remède était stupide, mais c’était le seul disponible.
    Et ce n’est pas spécifique à l’armée : toute la fonction publique fonctionne comme ça.

  • Les fameux généraux 2ème section sont de facto sinon de jure à la
    retraite! Je ne vois vraiment pas l’utilité de supprimer cette 2ème section , si ce n’est de supprimer le 1/4 de place à la SNCF!!!!

    • Et quelques primes à l’air pour les généraux PN….

      (salutations, M. Frémiot, si vous êtes celui avec qui j’ai eu l’honneur de travailler au SHAA)…

  • La mexicanisation de l’armée Francaise?Ou plus exactement sa soviétisation qui touche à la fin en raison de effondrement généralisé?Déjà que notre armée devrait défendre le territoire Francais au lieu de faire des guerres coloniales à l’autre bout du monde…A quand la neutralité Française,comme la Suisse?

  • Pourquoi se soucier de 5500 généraux quand nous avons 2 ou 3 millions de fonctionnaires en trop ? :

  • De jeunes officiers s’inquiétaient déjà début mars de cette dépense absurde faite au dépens de espions essentiels :
    http://mobile.francetvinfo.fr/nous-jeunes-officiers-sommes-inquiets-des-gaspillages-et-des-coupes-budgetaires-commis-au-detriment-de-la-capacite-operationnelle_274895.html

  • Mauvaise foi ou incompétence? C’est une tradition datée de 1839 qui veut qu’on ne parle pas de » retraite » mais de « seconde section »pour les généraux qui ne sont plus d’active.Ils ne touchent plus leur solde pleine, mais une « solde de réserve »,’équivalent d’une « pension » de retraite calculée selon l’échelon indiciaire de la fonction publique, qui ne devient effectivement « retraite » sur le plan fiscal qu’à partir de 67 ans.Parmi les 5500 « 2S », il y a d’honorables officiers de 80 ans et plus. Ainsi le général Goupil (2S) de la Légion est décédé le 6 avril 2013: il était né en 1925.M. Quentin , vous ne connaissez pas grand’chose à la chose militaire, et vous n’êtes pas le seul.

  • Il suffit juste de changer « 2ème section » en « retraite », ce qui implique deux choses : la fin du 1/4 de place et des 10 % d’abattement pour les concernés et fin de la polémique.

    En comparaison, combien de haut-fonctionnaires dans toute notre fonction publique qui atteignent les mêmes indices de traitement que les généraux ?
    Combien d’inspecteurs généraux, de conservateurs généraux, d’administrateurs civils hors classe… dans tous les ministères ???

    Pourquoi les militaires n’auraient-ils pas autant de chances que leurs camarades des autres corps de la fonction publique d’atteindre ces mêmes niveaux d’indice, les mêmes avantages afférents ???

    Il est vrai que les militaires sont un des rares corps dont les effectifs décroissent, là où presque partout ailleurs, les corps civils augmentent, ou à tout le moins ne diminuent guère. Et quand ils diminuent, les économies leur sont redistribuées à 60 %…

    Bref, il faut aller au delà des clichés.

    • Combien d’inspecteurs généraux, de conservateurs généraux, d’administrateurs civils hors classe… dans tous les ministères ??? Pourquoi les militaires n’auraient-ils pas autant de chances que leurs camarades des autres corps de la fonction publique d’atteindre ces mêmes niveaux d’indice, les mêmes avantages afférents ???

      ***

      Parce que le but souhaitable est de diminuer massivement la dépense publique, pas de l’augmenter ni même de la maintenir.

      On voit par ce commentaire que la réthorique du « pourquoi pas moi, puisque les autres y ont droit » se porte à merveille.

  • L’information de la Voix de la Russie est biaisée étant donné que les généraux placés en 2e section peuvent être considérés comme étant à la retraite, même si, par ce statut, certains d’entre entre eux peuvent être rappelés pour des missions ponctuelles. Pour comparer ce qui est comparable, faudrait voir le total des généraux en Russie (actifs + retraités). Tout est expliqué ici : http://www.opex360.com/2013/05/19/manipulation-sur-le-nombre-de-generaux-en-france/

  • C’est un record : un avantage acquis injustifié qui date de 1839… et qui non seulement n’a pas été supprimé en 180 ans, mais dont tout le monde ignorait l’existence jusqu’à il y a quelques mois.

    Ca fait peur. On imagine les millions de cancrelats fonctionnariaux qui doivent grouiller en silence et dans l’obscurité, sous le roc inébranlable du « service public à la française ».

  • L’appel des dix lieutenants (de l’armée française, pas de l’armée russe…) dit ceci :

    « Aujourd’hui dans cette armée, 5 500 généraux qui devraient être à la retraite sont artificiellement maintenus en activité dans un statut appelé la « 2e section ». »

    Donc, visiblement, « 2e section » n’est pas équivalent à « en retraite ». Merci à nos amis militaires d’être un peu plus transparents sur leurs avantages, et de rendre compte à la nation.

    Et puis il serait intéressant, aussi, de se pencher sur les conditions de retraite des militaires : partent-ils toujours à un âge aussi scandaleusement bas, genre 45 ans, leur permettant d’embrayer aussi sec sur une carrière dans le privé, en cumulant avec leur pension ?

    Si un tel système peut être justifié pour les soldats ayant combattu, il est parfaitement abusif pour la majorité d’entre eux, qui sont juste des pousseurs de crayon avec un plus bel uniforme que celui des postiers (qui n’en ont plus, d’ailleurs).

  • En tant que libéral une seule chose m’intéresse, le résultat et incidemment le coût/efficacité – Alors ? Waterloo, dérouillée – 1870, dérouillée – 1914, dérouillée – 1940, bref – puis Indo… Algérie…

    • le cout du sang des militaires n’est en aucun cas négociable, les critiqueurs de tout bords n’ont qu’a donner de leur temps au même titre que tous ces jeunes gens sur des fronts lointains et oubliés de la république où pourtant ils risquent leur vie tous les jours alors un peu de décence on ne calcul pas le rapport cout/ efficacité sur l’histoire. Une histoire militaire, qui en outre, comporte bien plus de succès que de défaites mais en France on préfère parler que de ce que l’on a raté plutôt de ce que l’on a réussi.

  • « sa vocation première est de rénover notre armée, autrement dit de diminuer massivement les effectifs militaires »… Puisque l’austérité c’est embaucher, alors rénovons! Rénovons le secteur publique, l’administration, les hauts fonctionnaires, le code du travail, la fiscalité, le périmètre de l’Etat, etc.

  • Je vais vous faire une révélation le nombre hallucinant de généraux s’explique en vérité pour 1 seule raison:
    Avant de partir en « retraite », les colonels sont systématiquement promus généraux juste quelques mois avant la date fatidique.
    Ce particularisme se retrouve dans toutes les administrations françaises, merci au mode de calcul de leurs retraites!

  • Je me suis mal exprimé dans cet article par souci de brièveté, le but de celui-ci était de dénoncer la fonctionnarisation de l’armée dans le sens où bon nombre de cadres administratifs se voient promulgués général de seconde section quelques mois avant leur « retraite » même si ce terme n’est pas approprié. Certes ils ne touchent pas autant qu’un général en première section qui lui est en activité mais cela reste toujours considérable.

    Je ne visais en aucun cas les « véritables » généraux qui ont commandés sur le terrain bien avant d’être « mis à la retraite » mais plus la coutume visant à promotionner à ce grade peu de temps avant celle-ci, ce qui vous en conviendrez n’a pas le même mérite.

    Enfin, concernant le 1/4 de place de la SNCF, l’armée paie un forfait chaque année pour cela à la SNCF qui s’élève à 192 millions d’euros selon le dernier rapport de la cour des comptes, cela reste très élevé à mon sens surtout quand on voit que nos militaires n’ont pas un matériel adéquat à leur mission.

  • Chaque chose, chaque être change de statut et de fonctionnement avec le temps. Purgeons !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jonathan Frickert.

Quel est ce climat de « menaces à l’égard des institutions républicaines » dénoncé par un journal qui a pourtant pleuré la mort d’un des dictateurs les plus sanguinaires du XXe siècle ?

Des « menaces » cependant soutenues par une pétition réunissant plus de 78 000 signatures et appuyées par près de 58 % des Français.

En quelques semaines, les deux tribunes de militaires ont agité le petit monde parisien. Réelle menace ou simple déclaration d’intention, les deux textes ont en tout cas eu le mérite de... Poursuivre la lecture

France au Sahel
0
Sauvegarder cet article

Par Marc-Antoine Pérouse de Montclos[1. Directeur de recherches, Institut de recherche pour le développement (IRD).]. Un article de The Conversation

L’Élysée n’a annoncé aucun calendrier de retrait et certains posent la question très crûment : l’ancienne puissance coloniale est-elle vraiment la mieux placée pour stabiliser la zone ?

Défiance des populations locales

À l’international, en l’occurrence, on estime souvent que la France a la capacité d’agir en Afrique car elle connaît bien le terrain et pourrait donc mieux répondre a... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Adoumadji Madjastan Magloire[1. Adoumadji Madjastan Magloire est expert en Défense et sécurité.]. Un article publié en collaboration avec Audace Institut Afrique.

Après d’âpres négociations avec des groupes armés radicaux du Mali, notamment le GSIM d’Iyad Ag Ghali, la junte malienne vient d’obtenir, le 8 octobre 2020, la libération de Soumaïla Cissé et de trois autres ressortissants étrangers dont Sophie Pétronin contre la libération de 200 éléments djihadistes.

Cette libération n’est pas du tout du goût des forces étrangère... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles