Du Musée Juif au Musée de la Stasi

Poignant témoingnage du père de Yoani Sanchez qui visite le musée de la Stasi après avoir été dans les griffes du régime castriste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
museo_judio

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Du Musée Juif au Musée de la Stasi

Publié le 13 mai 2013
- A +

Poignant témoignage du père de Yoani Sanchez qui visite le musée de la Stasi après avoir été dans les griffes du régime castriste.

Par Yoani Sanchez, depuis La Havane, Cuba.

Le bâtiment a la forme d’une étoile de David disloquée. Il est gris, avec une façade couverte de zinc et de petites ouvertures qui donnent une sensation de claustrophobie. Le musée n’est pas seulement conçu pour présenter ce qui est exposé sur ses murs et dans ses vitrines ; le musée est tout, chaque espace que l’on peut parcourir et aussi les endroits vides –sans présence humaine- que l’on entrevoit par certaines fentes. Il y a des photos de famille, des livres avec des reliures en lettres d’or, des instruments de médecine et des photos de jeunes en costumes de bain. C’est la vie, la vie des juifs allemands avant l’holocauste. On pourrait s’attendre à voir seulement le témoignage de l’horreur, mais l’aspect le plus dramatique provient de ce que l’on trouve d’abord le témoignage de la vie quotidienne. Les rires captés des années avant la tragédie se révèlent aussi douloureux à regarder que les corps amaigris et les cadavres empilés. Le témoignage des instants de bonheur, rend plus effrayant celui des plaintes et de la douleur.

Après avoir passé un moment dans les couloirs étroits de ce lieu, parmi son architecture déconcertante, je sors et je respire. Je regarde le printemps verdoyant de Berlin et je pense : nous ne devons pas laisser ce passé se reproduire.

Non loin de là se dresse le Musée de la Stasi. Je m’enferme dans ses cellules, dans les pièces servant aux interrogatoires. J’y entre comme un Cubain qui a été détenu dans ce même lieu, où une fenêtre avec vue sur l’extérieur devient un rêve inatteignable. Un cachot était doublé de caoutchouc, les marques des ongles des reclus peuvent encore se voir sur les murs. Pourtant, encore plus sinistres me semblent être les officines où on arrachait –ou simplement fabriquait- une confession aux détenus. Je les connais, je les ai vues. Elles sont une copie de leur contrepartie à Cuba. Elles ont été copiées au détail près par les excellents élèves de la Sécurité de l’Etat RDA, formés au Ministère de l’Intérieur de Cuba. Impersonnelles, avec un siège que le détenu ne pouvait pas bouger parce qu’il était fixé au sol et un soi-disant rideau derrière lequel étaient cachés le micro ou la caméra pour le filmer. Et les bruits métalliques  permanents provenant du claquement des grilles et des verrous, pour rappeler aux prisonniers là où ils étaient, à la merci de leur geôlier.

Après ça j’ai eu de nouveau besoin de sortir de ces murs et de prendre l’air. Je quitte ce lieu avec la conviction que ce qui pour eux est un musée du passé, nous autres nous le vivons encore aujourd’hui. Un « aujourd’hui » que nous ne pouvons pas nous permettre de voir durer jusqu’à demain.

—-

Traduit par Jean-Claude Marouby – L’article de Yoani Sanchez sur Generacion Y.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Deux musées qui exposent la réalité du socialisme (de tous les collectivismes) dans son expression normale : la haine absolue envers l’humanité, la volonté permanente de la déchéance de l’individu par la privation de son essence, la liberté. La devise fondamentale du socialisme, qu’il soit démocratique, nationaliste ou internationaliste, sera toujours « Gott ist tot ».

    • Nietzsche était fasciste?
      Ceci dit j’ai été frappé par cette architecture du Musée « Juif » pendant un voyage à Berlin. Son extrême laideur extérieure met mal à l’aise. Il m’a été complètement impossible d’y pénétrer tant j’appréhendais au vu de l’extérieur ce qui s’y trouverait. Mes parents l’ont trouvé intéressant cependant même dedans. Le nom semble mal lui convenir d’ailleurs: c’est le Musée de la persécution juive plutôt… un thème étrange à célébrer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Fidel Castro
0
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Nous pensons souvent que le consensus est gage de certitude. On évoque le consensus des experts sur tel ou tel sujet pour avancer avec confiance dans une direction donnée. C’est oublier les leçons de l’histoire qui a régulièrement démenti, parfois brutalement, cette croyance un peu naïve. Un bon exemple est celui de la crise des missiles de Cuba. C’était il y a soixante ans, mais les mêmes mécanismes jouent encore aujourd’hui.

Le 16 octobre 1962, l’Amérique découvrait stupéfaite que les Soviétiques étaient en train d’installer secrètem... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles