Chypre prêt à puiser dans ses réserves d’or ?

Lingots d'or (Crédits : Agnico-Eagle Mines Limited/Creative Commons)

Chypre serait prêt à vendre une partie de ses réserves d’or pour financer sa part du plan de sauvetage du système bancaire du pays.

Chypre serait prêt à vendre une partie de ses réserves d’or pour financer sa part du plan de sauvetage du système bancaire du pays.

Par Charles Sannat.

Selon le Financial Times, Chypre considérerait vendre pour 400 millions d’euros de valeur une partie de ses réserves d’or afin de contribuer au plan de sauvetage international. Les investisseurs redoutent que les marchés de métaux précieux soient perturbés par une telle action. Cela pourrait contraindre d’autres nations de la zone euro déjà confrontées aux mêmes difficultés à puiser dans leurs propres réserves d’or.

Une décision aussi importante que vendre une grande partie de ses réserves d’or nous rappelle la crise de la Corée du Sud en 1997-1998 quand le pays demanda à ses citoyens de donner tous leurs bijoux à la banque centrale pour le bien de la nation.

Jonathan Spall, Directeur de Métaux Précieux chez Barclays Capital pense que cela pourrait être un tournant décisif. Les stocks d’or des banques centrales jusqu’alors écartés des processus de sauvetage pourraient rentrer dans la danse maintenant. Un projet du plan de sauvetage, vu par le Financial Times, stipulait : « Les autorités de Chypre se sont engagées à vendre l’excédent des réserves d’or détenues par la République. »

Depuis que la crise a commencé au sein de la zone euro, soit voilà trois ans, Chypre est le premier pays membre à vendre ses réserves d’or. Afin d’arriver aux 400 millions d’euros, il leur faudra vendre plus de 10 tonnes de métal jaune alors que la banque centrale n’en détient que 13,9 tonnes. Les avoirs de la banque centrale représentent environ 62% du total des réserves officielles, selon le World Gold Council. La banque centrale italienne détient 2451 tonnes soit 70% du total des réserves alors que le Portugal en détient 383 tonnes soit 90% du total des réserves. La décision de Chypre sème la tourmente sur les marchés. Ce serait une première pour Chypre et certainement la dernière. Certains analystes déclarent qu’il est presque improbable de voir des grandes nations se mettre à vendre leur or pour réduire leurs dettes. L’approbation d’une telle action demeure dans les mains du Parlement allemand où doit se réunir un Comité de finances du Bundestag et qui donnera lieu à une session pléniaire avant la fin d’avril. L’économie de Chypre se montre bien morose : une récession plus grave serait attendue.

Les banques centrales européennes avaient convenu en 1999 de limiter leurs ventes d’or afin de conforter les prix après que le métal jaune eut connu son prix le plus bas en 20 ans, soit à 250 dollars l’once troy. Depuis, les banques centrales, auparavant vendeuses, sont devenues acheteuses, poussées par les achats massifs en Asie. L’année dernière, les banques centrales n’avaient jamais acheté autant d’or en ces 48 dernières années.


Sur le web.