Chypre prêt à puiser dans ses réserves d’or ?

Chypre serait prêt à vendre une partie de ses réserves d'or pour financer sa part du plan de sauvetage du système bancaire du pays.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingots d'or (Crédits : Agnico-Eagle Mines Limited/Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chypre prêt à puiser dans ses réserves d’or ?

Publié le 29 avril 2013
- A +

Chypre serait prêt à vendre une partie de ses réserves d’or pour financer sa part du plan de sauvetage du système bancaire du pays.

Par Charles Sannat.

Selon le Financial Times, Chypre considérerait vendre pour 400 millions d’euros de valeur une partie de ses réserves d’or afin de contribuer au plan de sauvetage international. Les investisseurs redoutent que les marchés de métaux précieux soient perturbés par une telle action. Cela pourrait contraindre d’autres nations de la zone euro déjà confrontées aux mêmes difficultés à puiser dans leurs propres réserves d’or.

Une décision aussi importante que vendre une grande partie de ses réserves d’or nous rappelle la crise de la Corée du Sud en 1997-1998 quand le pays demanda à ses citoyens de donner tous leurs bijoux à la banque centrale pour le bien de la nation.

Jonathan Spall, Directeur de Métaux Précieux chez Barclays Capital pense que cela pourrait être un tournant décisif. Les stocks d’or des banques centrales jusqu’alors écartés des processus de sauvetage pourraient rentrer dans la danse maintenant. Un projet du plan de sauvetage, vu par le Financial Times, stipulait : « Les autorités de Chypre se sont engagées à vendre l’excédent des réserves d’or détenues par la République. »

Depuis que la crise a commencé au sein de la zone euro, soit voilà trois ans, Chypre est le premier pays membre à vendre ses réserves d’or. Afin d’arriver aux 400 millions d’euros, il leur faudra vendre plus de 10 tonnes de métal jaune alors que la banque centrale n’en détient que 13,9 tonnes. Les avoirs de la banque centrale représentent environ 62% du total des réserves officielles, selon le World Gold Council. La banque centrale italienne détient 2451 tonnes soit 70% du total des réserves alors que le Portugal en détient 383 tonnes soit 90% du total des réserves. La décision de Chypre sème la tourmente sur les marchés. Ce serait une première pour Chypre et certainement la dernière. Certains analystes déclarent qu’il est presque improbable de voir des grandes nations se mettre à vendre leur or pour réduire leurs dettes. L’approbation d’une telle action demeure dans les mains du Parlement allemand où doit se réunir un Comité de finances du Bundestag et qui donnera lieu à une session pléniaire avant la fin d’avril. L’économie de Chypre se montre bien morose : une récession plus grave serait attendue.

Les banques centrales européennes avaient convenu en 1999 de limiter leurs ventes d’or afin de conforter les prix après que le métal jaune eut connu son prix le plus bas en 20 ans, soit à 250 dollars l’once troy. Depuis, les banques centrales, auparavant vendeuses, sont devenues acheteuses, poussées par les achats massifs en Asie. L’année dernière, les banques centrales n’avaient jamais acheté autant d’or en ces 48 dernières années.


Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • ah oui !! en gros, pour qu’ils lachent le morceau, il faudrait que la vermacht fassent mouvement, comme en 40. belle mentalité !

  • C’est pourtant à cela que servent les réserves d’or : à ré-équilibrer les finances quand tout va mal, plutôt que de rester assis sur ses réserves, en tuant l’économie à coup de prélèvements fiscaux.

    Et bien entendu, les premiers vendeurs obtiendront les meilleurs prix.

  • Chypre est actuellement dans l’obligation de céder 11 tonnes d’or, cette tractation fait suite au cas de la Grèce que le FMI et la BCE ont dépossédé de 111 tonnes d’or. Un bien précieux que le pays ne possédait même pas dans ses propres coffres, mais à l’étranger principalement dans 2 banques centrales, la FED et la Banque d’Angleterre. L’or grec a été vendu via des opérations d’actifs (swaps). Aux 111 tonnes s’ajoutent 389 tonnes d’or (500 tonnes au total) appartenant à d’autres pays en difficulté qui ont été soumis aux mêmes opérations d’actifs en échange d’une aide financière sous forme de devises (dollars& euros).

    Une aide sans réelle valeur puisque ces devises sont l’objet de création monétaire expansive – quantitative easing aux USA (planche à billets) & Création monétaire en Europe sous forme de prêts colossaux accordés par la BCE aux banques privées à taux quasi nul. Par le rachat de dettes toxiques des banques privées en difficulté, par le rachat d’obligations souveraines de peu de valeur. Des opérations entreprises par la BCE sans contrepartie d’actifs, ce qui revient à de la pure création monétaire. Tout ceci pour éviter la faillite du système bancaire et alléger la dette de certains États en favorisant l’emprunt obligataire sur les marchés financiers à des taux les plus bas possible.

    Désormais, en contrepartie, le FMI et la BCE, compte tenu de la perte de valeur des principales devises (dollars & euros), ces opérations de secours ne se font plus qu’en échange du seul actif qui a encore de la valeur, le stock d’or physique des pays ayant sollicité cette aide. Des réserves de métal jaune qui paradoxalement n’étaient même plus contenues dans les coffres de ces nations en perdition. C’est dire qu’un mouvement insoupçonné de réforme économique et financière se prépare à l’échelle mondiale. Maintenant, la question cruciale n’est pas tant de connaître le stratagème en cours d’exécution, mais surtout de savoir ce qui se profile derrière tout cela.

    Plus généralement, au travers de ces tentatives désespérées, de ces tractations imposées par ces institutions supranationales aux ordres de la véritable gouvernance mondiale, ces États européens étranglés par l’endettement extrême essaient avant tout 1) de sauvegarder le système bancaire, générateur de crédit. 2) De sauver l’euro. 3) D’enrayer la crise de la dette publique. Cependant ces actes forcés de secours, sans calendrier, sont pris dans l’urgence, à l’emporte-pièce, juste dans l’espoir du lendemain. Désormais, pour le cartel mondialiste, tous les États ne sont plus que de gros gibiers apeurés et déstabilisés par les rabatteurs, les chiens de meute, les spéculateurs. Une scène de chasse qui effraie les chefs de gouvernement, ils redoutent d’être cernés de trop près et d’être pris à la gorge dans l’antre des marchés de la finance mondiale. Tandis que les écuyers, les maîtres de la haute finance, après avoir organisé magistralement la battue, ont mis leurs chevaux de cross au repos et se sont installés aux tribunes d’honneur pour mieux assister à cette nouvelle scène de chasse. Ils attendent de les voir très bientôt leur abandonner ce qui reste de leur souveraineté nationale.

  • Voici le lien de Bullion Vault détaillant le mouvement de vente d’actifs sur la base des 500 tonnes d’or dont sont dépossédés de plus en plus d’Etats : http://delor.bullionvault.fr/la_gr%C3%A8ce_devratelle_vendre_son_or09081

    • Etre dépossédé d’un truc qui ne sert à rien, un truc qui est le comble de l’absurde économique (on le déterre pour l’enterrer illico dans des coffres), paraît une bonne opération.

      En outre, les Etats dépourvus d’or auront un accès plus difficile à la dette sur les marchés, ce qui garantit plus de liberté et de bonheur pour les populations.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Charles Sannat.

De nombreux experts de l’or que nous suivons parlent souvent de « réhypothécation », à savoir des lingots qui sont attribués à plusieurs propriétaires, ce qui signifie qu’un même lingot peut être comptabilisé plusieurs fois sur le bilan de différentes banques centrales.

Les banques se prêtent de l'or

Aujourd’hui, nous avons la preuve qu’il s’agit d’une pratique courante, sachant que la banque du Mexique vient de le reconnaître.

Jusqu’à présent, cette pratique reste entourée d’une très grande opacité. C... Poursuivre la lecture

Par Chloé Lourenço. Un article de Trop Libre

[caption id="attachment_280851" align="aligncenter" width="590"] Cyprus flag By: Leonid Mamchenkov - CC BY 2.0[/caption]

Selon la légende, Chypre serait le lieu de naissance d’Aphrodite, déesse grecque de l’amour. Et pourtant, cette petite île méridionale d’à peine 9250 km² est un pays profondément divisé par un conflit qui dure depuis 42 ans et qui oppose les Chypriotes grecs au sud, et les Chypriotes turcs au nord. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de l’Allemagne au mo... Poursuivre la lecture

L'information est passée presque inaperçue. Comme l'explique Victoria Masson dans Le Figaro, à partir du 1er janvier 2016, les comptes clients dotés de plus de 100.000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque, selon une directive européenne transposée en France cet été.

Discrètement mais sûrement, certaines mesures politiques récentes laissaient déjà entrevoir la mise en place à venir d'un contrôle des capitaux, que ce soit en matière de retrait des achats en liquide, du contrôle des re... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles