Pour aider, faut-il donner de l’argent ou créer des entreprises ?

Bill Gates a-t-il davantage aidé le monde en créant Microsoft ou en distribuant sa fortune ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bill Gates

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour aider, faut-il donner de l’argent ou créer des entreprises ?

Publié le 21 avril 2013
- A +

Bill Gates a-t-il davantage aidé le monde en créant Microsoft ou en distribuant sa fortune ?

Par Robert Barro, depuis les États-Unis.
Article paru initialement dans le Wall Street Journal du 19 juin 2007.

Bill Gates

Bill Gates, l’homme le plus riche du monde, a contribué à la création d’une société de logiciels informatiques révolutionnaires. Ce mois-ci, il a été fait docteur honoris causa de l’université Harvard. Cependant, il semble ne pas comprendre le rôle vital que la création de richesses joue dans la société.

Lorsqu’il reçut son diplôme, M. Gates prononça un discours, centré non sur l’ère de l’information, l’avènement des ordinateurs personnels ou l’efficacité durable que son logiciel a permis d’apporter à presque toutes les industries.

À la place, il insista sur sa propre philanthropie. Son thème implicite était que, jusqu’à présent, ce qu’il a réalisé a pu être bon pour lui et pour les actionnaires de Microsoft, mais reste une contribution limitée pour la société. Il suggéra qu’avec une fortune d’environ 90 milliards de dollars (prenant en compte ce qu’il a donné à sa fondation), il était temps pour lui de donner quelque chose en retour à la société.

Je trouve cette perspective difficile à comprendre. Selon n’importe quelle estimation rationnelle, Microsoft a été une bénédiction pour la société et la valeur de ses logiciels dépasse très largement le montant des efforts philanthropiques de M. Gates.

Voici l’ébauche d’un modèle simple de la valeur sociale de Microsoft : la capitalisation boursière de l’entreprise a récemment atteint les 287 milliards de dollars. En 2006, elle faisait un chiffre d’affaires de 44 milliards avec un bénéfice de 13 milliards. Seuls les concurrents de Microsoft pourraient croire que cette capitalisation boursière, ce chiffre d’affaires et ces bénéfices ont été rendus possibles en vendant des produits de faible valeur pour la société.

Supposons qu’une copie d’une nouvelle version de Windows soit vendue pour 50 dollars (elle est généralement facturée dans le prix d’un ordinateur personnel). Le revenu tiré par Microsoft de Windows serait alors égal à 50 dollars multiplié par le nombre de copies que les consommateurs achètent. Les bénéfices de Microsoft sont égaux au revenu moins les coûts de production et de développement. Mais cela n’est pas la valeur sociale. Cette dernière provient de l’augmentation de la productivité que permet le logiciel pour les entreprises et les foyers qui l’utilisent. Le bénéfice social est égal à la valeur apportée par le produit, moins le prix payé. Quasiment par définition, ce bénéfice doit être positif. Autrement, pourquoi les consommateurs payeraient-ils volontairement pour Windows ?

Une estimation basse est que le bénéfice social du logiciel de Microsoft est au moins égal aux 44 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel de Microsoft. En utilisant le même multiple que celui que le marché boursier applique au bénéfice (22), ce chiffre donne une valorisation de 970 milliards. Ainsi, avec les opérations futures de Microsoft, M. Gates crée pour le reste de la société un bénéfice d’environ un trillion de dollars, soit plus de 10 fois le montant prévu de ses dons. Et cela en ne prenant en compte que les probables bénéfices futurs, sans prendre en compte le passé.

M. Gates a souligné qu’il était difficile de donner un montant si important de façon productive. Ce n’est pas tout à fait exact. Il pourrait faire un chèque de 300 dollars à chaque Américain, ou faire un chèque au Trésor afin de réduire la dette nationale. La dernière méthode est plus facile mais a des effets différents sur la distribution des revenus.

Mais, à la place, M. Gates a l’intention d’utiliser la Bill and Melinda Gates Foundation pour réduire la pauvreté dans le monde, en insistant sur l’amélioration de la santé. C’est un but noble. Cependant, il ne fera probablement que s’ajouter aux programmes existants d’aide et de remise de dette, aux montants bien plus importants qui ont été conduits depuis de nombreuses années par les organisations internationales et les gouvernements. Ces programmes ont, au mieux, un bilan mitigé. Bien que M. Gates soit probablement plus intelligent et motivé que le bureaucrate lambda de la banque mondiale, il ne fera probablement pas beaucoup mieux.

Pour trouver des politiques qui ont lutté efficacement contre la pauvreté, il est préférable d’examiner les succès et les échecs réels.

Dans les dernières décennies, le principal succès est la croissance économique en Chine après 1979 (post-Mao). Xavier Sala-i-Martin (The World Distribution of Income, Quarterly Journal of Economics, Mai 2006) trouve que le nombre de personnes vivant en dessous d’un seuil de pauvreté standard a baissé de 250 millions entre 1970 et 2000. Cette réduction massive de la pauvreté a eu lieu malgré une augmentation de la population chinoise de plus de 400 millions et des inégalités croissantes dans le pays. La deuxième meilleure histoire est celle de la croissance économique indienne, ou le nombre de pauvres a chuté de 140 millions entre 1970 et 2000.

Également éclairante est la plus grande tragédie pour la pauvreté mondiale : la faible croissance économique de l’Afrique subsaharienne. Dans ce cas, le nombre de personnes pauvres a augmenté de 200 millions entre 1970 et 2000.

Ces exemples suggèrent que la question-clef pour faire disparaitre la pauvreté est de savoir comment faire se développer l’Afrique comme l’ont fait la Chine et l’Inde. Un indice important est que les succès en Inde et en Chine sont dus principalement à des améliorations de gouvernance, en particulier dans l’ouverture au marché et au capitalisme. Pareillement, la tragédie africaine découle principalement de défaillances des États. Un autre indice est que l’aide au développement n’est nullement responsable des succès et n’a pas évité la tragédie africaine.

Une raison est que l’aide au développement est généralement gérée par les gouvernements et, par conséquent tend à promouvoir des secteurs publics pléthoriques, corrompus et qui n’aident pas les acteurs du marché. La fondation Gates conduira peut-être des programmes d’aide plus efficaces que ceux observés dans le passé, mais je doute de cela.

Ironiquement, l’idée de restitution de M. Gates semble venir de la seconde personne la plus riche du monde, Warren Buffett, qui a promis récemment de faire don de la plus grande part de sa fortune à la Fondation Gates.

Je parle d’ironie car il est bien plus défendable philosophiquement de défendre la décision de M. Buffett de rendre 52 milliards que les 90 milliards de Bill Gates. M. Buffett doit principalement sa fortune à sa capacité à miser sur les bonnes actions en bourse. Que sa fortune découle de la chance ou du talent, les bénéfices sociaux sont durs à percevoir. Ces bénéfices doivent découler d’amélioration des pratiques managériales de l’entreprise ou de décisions d’investissement.

Évidemment, M. Gates est libre de faire ce qu’il veut de ses 90 milliards. Mais je pense qu’il se leurre s’il croit que les efforts de la fondation Gates pourront accomplir autant pour la société que les succès passés et futurs de Microsoft. Et, en toute honnêteté, je préférerais une bourse Gates de 300 dollars par personne.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Clairement, Bill Gates sous-estime son apport sociétal majeur.

    Un peu comme si on limitait l’éclairage électrique au nombre d’ampoules vendues, ou le téléphone au chiffre d’affaire des boites en bakélite avec cadran.

    Il n’a pas dû réaliser ce qu’il a cependant si incroyablement réussi 🙂

  • Internet, l’informatique et les nouvelles technologies en général vont faire bien plus que toutes les donations possibles pour les pays pauvres.

    Et sans transformer ces populations en quémandeurs…

  • Et pourtant quand il est parti sur l’idee « un ordinateur par foyer », au dela du business il savait tres bien qu’il s’appretait a changer la productivite, et a terme le niveau de vie de milliards de gens. Cette idee « un ordinateur par foyer », l’utilisation du PC standard ouvert a tous les fabriquants garantissant le plus haut niveau de competition possible… il avait forcement un but derriere.
    Sans quoi il aurait plutot fait comme Apple qui se veut moins universel, plus elitiste.

  • Bof! Microsoft n’est heureusement pas en situation monopolistique; les OS libres existent!
    Si entreprises et particuliers achètent toujours des ordinateurs équipés d’office avec windows c’est leur problème…
    Mais on ne peut qu’ être d’accord avec la Fondation Gates qui donne plus que beaucoup d’Etats . Mais, encore une fois, ce n’est pas difficile de donner beaucoup quand on est immensément riche.

  • « Panique chez les milliardaires à Monaco : des millionnaires rôdent dans les rues ! »
    Le Chat, Philippe Geluck

  • Le produit vaut-il le prix payé ?
    L’obsolescence des produits Microsoft est programmée sur 3 ans, à quand un boycotte de cette course en avant dans le marketing et le packaging pour des produits sans innovation ?

    • N’importe quoi, bien des personnes utilise encore windows XP 10 ans après qu’il est vu le jour et suivant l’utilisation qu’on en fait, windows 2000 ou 98 sont parfaitement utilisable, il suffit de trouver du matériel fonctionnant avec.
      Microsoft à été une bénédiction pour la micro informatique. je me souviens encore du temps ou chaque fabriquant de micro ordinateur avec sont propre OS, quelques fois chaque machine avait un os différent! l’incroyable perte de temps et de données à chaque fois q’un fabriquant faisait faillite ou bien qu’il sortait un OS incompatible…
      Merci M. Gates pour votre immense contribution au progrès.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Bill Gates microsoft
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts sur les revenus produisent une cascade complexe d’effets sur le système des prix.

En particulier, nous avons souligné dernièrement qu’ils distordent les effets sur les prix relatifs entre les biens présents et les biens futurs provenant du fait que ce type d’impôt est collecté su... Poursuivre la lecture

Par Olivier Rancourt et Antoine Hoizey. Un article de l'Institut économique de Montréal

Selon une étude réalisée par l’ONG ActionAid, parue le 20 mai 2021, les pays du G20 auraient dû percevoir 32 milliards de dollars de taxes supplémentaires si les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) payaient leur véritable part d’impôts. Cette même étude affirme qu’une telle somme permettrait de vacciner tous les humains sur la planète contre la Covid-19. Mais à y regarder de plus près, il semblerait que les chiffres avancés concern... Poursuivre la lecture

enchères
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

La théorie des jeux

Nos deux nouveaux lauréats ont commencé leur carrière dans la théorie des jeux.

Comme son nom l’indique, la théorie des jeux est l’étude des modèles mathématiques d’interaction stratégique entre décideurs, rationnels ou non, dont l’objectif est de maximiser une fonction de gain – en français, gagner le plus possible – au cours d’un « jeu » soumis à un ensemble de règles explicites connues de tous.

Le concept de « jeu » n’est pas restrictif. Ce peut être les échecs, le go ou les da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles