Enfer fiscal : les États-Unis comme modèle de chasse aux expatriés ?

Les socialistes aimeraient s'inspirer du système fiscal américain en vue de pourchasser les Français émigrés à l'étranger.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Enfer fiscal (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence CC-BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Enfer fiscal : les États-Unis comme modèle de chasse aux expatriés ?

Publié le 11 avril 2013
- A +

Les socialistes aimeraient s’inspirer du système fiscal américain en vue de pourchasser les Français émigrés à l’étranger.

Par Acrithène.

Une fois n’est pas coutume, le Parti Socialiste a trouvé aux États-Unis quelque chose qui l’inspire. Un Américain vivant à l’étranger doit à son pays d’origine le différentiel d’impôt avec le pays d’accueil.

Le concept fait rêver les socialistes, qui chiffrent à des dizaines de milliards le manque à gagner fiscal de l’émigration. À mon avis, leur estimation comptable est en réalité loin du compte, vu les retombées économiques immenses du fait qu’un grand nombre de nos têtes bien faites fuient à l’étranger. Mais ils prennent le problème essentiellement à l’envers, tant ils observent le monde à travers le filtre du fisc. La perte ne vient pas du fait que l’émigration des élites économiques réduit les recettes fiscales, mais du fait que la fiscalité, entre autre chose, fait perdre à la France des ressources humaines à forte valeur économique. 200 000 Français vivraient aux États-Unis, contre 30 000 Américains en France. Une dissymétrie qui devrait inquiéter.

Mais revenons à l’argument tacite de l’exemple américain. Si les États-Unis le font, c’est que l’idée n’est pas une vilaine chasse communiste. Mais l’analogie aux États-Unis est grotesque, car l’impôt revêt des deux côtés de l’Atlantique des réalités totalement différentes. Le taux de prélèvement obligatoire est  de 27% aux États-Unis, contre 45% en France. Certes, le problème est ici un peu plus complexe que le montant agrégé des recettes de l’État, mais c’est un bon proxy des différentiels d’imposition.

Pour visualiser la différence, je vous propose deux cartes. Chacune représente en rouge les pays dans lesquels le taux de prélèvement obligatoire est supérieur au pays considéré (respectivement les États-Unis ou la France), et les autres en vert. Ainsi le citoyen américain peut visiter l’essentiel du monde développé sans se trouver en un lieu fiscalement avantageux relativement à sa patrie. A contrario, une main suffit pour compter les cinq pays ayant un taux de prélèvement obligatoire supérieur à celui de la France.


Sur le web.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Tout est dit !!

  • en france , les entrepreneurs travaillent 6 mois par an pour l’état ; ce n’est pas normal ;l’état est un gouinfre , qui s’engraisse et impose un régime sévère à ceux qui paient leurs impots , taxes , prélèvements….on n’en voit pas le bout ….

    • je crois que 6 mois,c’est le français « moyen ».

    • Le jour de libération fiscale en France (moyenne) est le 28 juillet. Voir les exemples édifiants des autres pays. Seule la Belgique nous surpasse selon des instituts économiques internationaux et des pays concernés.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_de_lib%C3%A9ration_fiscale

      Il faut aussi connaître le 2009 Tax Misery & Reform Index de Forbes, immensément intéressant et très parlant symboliquement :

      http://www.forbes.com/global/2009/0413/034-tax-misery-reform-index.html

      Le 2012 existe mais j’ai pas eu le temps de le chercher. Les socialistes français n’ont qu’un modèle économique : URSS et Cuba. Avant la chute du mur en 1989, le pourcentage de prise de l’Etat sur le PIB Russe était de 70%. France 58% cette année. On approche ici du Graal socialiste. En ce moment, on en est au compte à rebours avant implosion du système, vermoulu de partout. Les gouvernants actuels essaient de mettre de l’argent « à gauche » car ils savent que le système est pourri et va s’écrouler, d’où la corruption tous azimuts du PS. La loi de moralisation est un paravent ou un cache misère. La technique socialiste face à au déni de réalité a toujours été la comm’.

  • Mauvaise langue.
    11 avril 2013 at 9 h 59 min

    On comprend pourquoi la noble France taxe le monde entier de « dumping fiscal » 🙂

  • J’ai eu la même pensée que Libex. En effet no comment.

  • Le système fiscal américain est donc à vomir.
    C’est bon à savoir.

  • un ricain en France
    11 avril 2013 at 12 h 54 min

    Il est préférable de comparer ce qui est comparable. Comparer 200000 expat Français avec 30000 expat américains en France est plutôt favorable a la France, à population égale… N’oublions pas que la France est a peine plus peuplée que la seule Californie.. N’oubliez pas non plus que dans certains Etats américains, les taxes locales peuvent être assez élevées (notament les taxes sur la propriété foncière qui sont à plus de 1% par an sur la valeur estimée, et reevaluée tous les ans, de votre maison ou appartement). Inutile de donner de mauvaises idées à nos collectivités locales a la recherche du moindre sous… Beaucoup d’américains râlent eux aussi (et particulièrement contre Obama, le socialiste local) parce que les taux d’imposition ont mal augmenté depuis 5 ans. Mais la dette américaine est proportionnellement bien plus importante que celle de la France… et la planche à billet continue de fonctionner…

    • Bonjour,

      L’argument de la taille n’est pas valide.

      Vous prenez deux pays de même taille, Amérique et Europe des 15 disons.

      Comme les deux ont la même taille, vous devriez avoir 100 habitants de chaque zone dans l’autre.

      Ensuite, vous divisez la zone Européenne par 5 pour avoir la France. 1/5 des Américains en Europe des 15 devraient y être. Ce qui fait 20 personnes.

      Symétriquement, 1/5 des Européens aux USA devraient alors être français, soit 20 français aux Etats-Unis.

      Donc cela fait 20-20.

      Autrement dit, les différences de tailles s’éliminent pas de simples règles de trois.

    • idem en France si vous êtes à l’ ISF

      ISF+TAXE FONCIERE+TAXE HABITATION

    • « N’oublions pas que la France est a peine plus peuplée que la seule Californie.. »
      65 millions en France et 37 millions en Californie, en effet la France est à peine plus peuplée que la Californie.

    • La dette américaine est proportionnellement bien plus FAIBLE que celle de la France.
      Ni les USA ni la France ne comptent la dette sociale correspondant aux droits légaux à pension de retraite accumulés, mais c’est moins grave aux USA qu’en France parce que les pensions légales y sont bien moindres (4% du PIB contre 13% en France).
      Ce truc est un hors bilan massif qui vaut à la grosse louche 100% du PIB aux USA et 300 % du PIB en France.

  • Belle représentation de ce qu’est l’enfer fiscal.

  • Je croyais qu’avec tous les nouveaux impôts votés, la France avait enfin battu la Suède et la Belgique ?

  • Thomas le bruxellois
    3 juin 2013 at 17 h 29 min

    Bonjour,
    Contretemps se trompe totalement dans sa démonstration visant à discréditer l’idée d’une imposition différentielle.

    Ce qu’il y a lieu d’examiner en premier lieu c’est le taux d’imposition sur les revenus du travail plutôt que le taux de prélèvements global. Et là vous aurez la surprise suivant: tant la Belgique, le Luxembourg que la Suisse taxent plus le travail que la France!
    Est-ce une surprise? Non car ces paradis fiscaux taxent très modérément les revenus issus du capital. Comme partout, il faut rééquilibrer la différence en taxant les travailleurs bien captifs!

    L’imposition différentielle sera un moyen de donner un coup d’arrêt à l’hystérie permanente de ces riches citoyens menaçant de quitter le pays à chaque mesure progressiste. Partez nouveaux réfugiés de Coblence, mais votre pression fiscale sera identique?

    Une telle mesure permettra également une solidarité entre Français de l’étranger riches et FE pauvres, grâce à une manne fiscale à même de financer des services publics spécifiques, comme la gratuité de l’éducation française par exemple

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles