Piscine de Saint Denis : histoire de petits et grands bains privés

La mairie communiste de Saint Denis a été obligée de privatiser le service de piscine suite à sa gestion déplorable.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
piscine la baleine

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Piscine de Saint Denis : histoire de petits et grands bains privés

Publié le 25 mars 2013
- A +

La réalité n’est décidément pas tendre avec les bisounours collectivistes. Et en temps de crise, la réalité a même tendance à cogner deux fois plus fort, et encore plus sur ceux-là même qui se sont fait fort de l’ignorer les années fastes. C’est ce que nous allons découvrir avec le cas amusant d’une piscine municipale.

Notre histoire, relatée avec la précision chirurgicale de Sylvia Zappi du MondeSylvia Zappi, on la zappe ou en rit – se déroule dans une mairie ouvertement communiste, Saint-Denis (je dis ici « ouvertement » dans le sens où le maire et l’équipe municipale, toute honte bue, s’affichent comme encartés au Parti Communiste, sans se cacher, au vu et au su de tout le monde). Les bases sont posées dès le début :

Comment reprendre le contrôle d’une piscine municipale passée sous la coupe de ses maîtres-nageurs ?

Apparemment, l’heure est grave ! La piscine municipale aurait-elle en effet été mise en coupe réglée par une mafia locale, composée notamment de maîtres-nageurs (et peut-être, chanteurs ? Allez savoir) ? Comment cela est possible, dans notre monde moderne, avec notre police adaptée, notre justice efficace, et dans une société française qui fait régulièrement du carpet-kissing (qui est au petit bisou républicain ce que le carpet-bombing est au bombardement tactique) ?

Heureusement, quelques précisions dans la suite de l’article nous permettent de nous faire une petite idée de ce qui s’est passé : en quelques années, la piscine municipale a été mise en coupe réglée par certains des maîtres-nageurs, transformant ainsi le gentil service public en lucrative association sportive privée méchante utilisant sans vergogne le matériel mis à disposition par la mairie et le contribuable. Le résultat est décrit de façon lapidaire : fermetures intempestives, absentéisme chronique, refus de dispenser des cours de natation durant les heures d’ouverture au public, intimidations sur les directeurs successifs de la piscine (dont l’un aura subi la crevaison de ses pneus de voiture), etc.

Au bout de trois années de dégradation de plus en plus rapide des prestations fournies et de cette dérive complètement mafieuse rebaptisée pour l’occasion d’un pudique « dysfonctionnement », le maire et son équipe se décident à bouger. Bien évidemment, sous la plume de la militante journaliste, cette « décision lourde » se traduit par de « la mort dans l’âme » et une grande compréhension pour cette pauvre municipalité qui, non contente d’être frappée d’anémie intellectuelle pour cause de communisme aggravé, a dû se fendre d’une auto-critique sur le mode « On a échoué à reprendre en main l’équipement », là où très manifestement, une bonne volée de plaintes au pénal pour détournement de fonds publics, intimidations et menaces et autre concussion auraient dû être déposée.

Et comment se traduit ce mouvement d’ensemble, aussi gracieux et coordonné qu’on peut l’imaginer pour des gens qui ont mis plusieurs années à comprendre qu’on pillait purement et simplement les ressources dont ils avaient la charge ? Par – horreur des horreurs, on en conviendra aisément – un passage en délégation de service public, ce qui veut dire en langage courant que c’est une société privée qui va reprendre le bazar laissé par l’équipe précédente, nettoyer les écuries d’Augias et tenter de remettre un peu de bon sens et de service vers le public dans cette piscine municipale.

une seule façon de couler

Je crois qu’on peut dire que c’est un Epic Fail comme seuls sont capables d’en réussir avec ce doigté si caractéristique des vrais incompétents : non seulement, les communistes du cru se sont plantés, mais ils vont devoir faire appel à une société privée (capitaliste) pour remettre de l’ordre dans leur foutoir, chose que, du reste, on a régulièrement vue à chaque effondrement de l’une ou l’autre initiative collectiviste joyeuse.

On pourra noter, au passage, la réaction ulcérée de l’UMP et du PS à l’idée de privatiser la piscine municipale, avec force opposition et contestation de la décision prise par les communistes ; soit ces derniers s’estiment plus couillus que l’équipe en charge et se croient à même de pouvoir remettre au pas les maîtres-nageurs maffieux (et, franchement, on ne peut que rire à cette idée), soit cette brochette de clowns pense sérieusement que la gestion publique des bassins a prouvé son efficacité et que rien ne vaut un bon statu quo (ce qui déclenche une autre bordée de gloussements). Autrement dit : avec des « anti-communistes » comme l’UMP et le PS, le pays et Saint-Denis, dans notre cas, ne sont pas sortis des ronces collectivistes.

Mais ce que cette histoire démontre pour qui en doutait encore (je sais qu’il y en a, ils lisent même Libération et Le Monde avec application), c’est qu’il est réellement illusoire de faire confiance à une équipe municipale pour bien gérer une commune, à plus forte raison si cette équipe est ouvertement collectiviste (et je n’évoquerai même pas le cas de Gatignon, parfaitement symbolique de l’idée que je veux exprimer ici). Certes, des fois, souvent même, cela se passe bien. Il y a des communes dont le budget est, contre toute attente, à l’équilibre. Mais c’est lorsque cela ne se passe pas bien que le problème s’illustre avec éclat : il faut l’agacement ou la colère de centaines ou de milliers de citoyens/contribuables, des lettres et des pétitions pour que les choses bougent (et encore : ici, il aura fallu trois ans).

En creux, cela montre aussi que seule la faible distance entre l’élu et ses électeurs assure que celui-ci devra un jour ou l’autre tenir compte, vraiment, des problèmes réels, physiques, tangibles et quotidiens de ceux-là. On comprend très bien, à travers cette histoire, pourquoi les députés, les sénateurs, et surtout les ministres sont à ce point détachés des réalités de terrains et des contingences réelles des Français : la distance qui les sépare de la plèbe qu’ils ponctionnent est astronomique.

Enfin, cette délicieuse affaire (qui pourrait presque faire un conte moderne si elle était imaginée) se termine par, bien sûr, un petit investissement d’un bon million d’euros pour rafraîchir un peu le site, et surtout par cette douce musique de foutage de gueule en stéréophonie puisqu’on apprend, dans la dernière phrase de l’article – qui refuse affectueusement de trouver tout ceci scandaleux – que, je cite :

« les onze salariés (…) doivent être reclassés dans d’autres services. »

Oui, ce personnel dont l’attitude aura été si irréprochable qu’elle aura conduit toute une équipe de gentils cocos à devoir pactiser avec le capitalisme (triomphant, pour le coup), ces salariés qui ont participé à des activités parfaitement indécentes sur le dos du service public… ne seront pas sanctionnés comme il se doit. Ils seront – bisous bisous – reclassés pour d’autres sévices.

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. En République des Bisounours, les pendards sont choyés.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Je ne sais pas ce qu’il y a de pire avec les piscines municipales, les verrues qu’on y choppe, ou celles qui y « travaillent »?

  • ça fait longtemps que ce genre de dérives mafieuses (que la gôôôche pleutrissime qualifiera de modestes gratifications normales pour des personnels fonctionnaires mal payés) se développent insidieusement, un peu partout dans les services publics en France.
    Des personnels véreux qui accroissent leurs revenus de base (payé par le contribuable) en récoltant illégalement les fruits d’entités qui appartiennent à la collectivité.
    L’argent étant détourné, la collectivité presentera des comptest en déficit, ce qui necessitera l’octroi d’une subvention………. payée par le contribuable.

    STOP A CE CERCLE INFERNAL ! ! !
    MILLE FOIS MARRE DE PAYER ! ! !

    Ces abus de biens sociaux sont favorisés par l’inaction des cadres de la fonction publique dont le degré de lacheté est devenu si grand qu’il est inconcevable d’attendre de leur part qu’ils sanctionnent ces pratiques.
    Du moment que leur salaire tombe le 25 du mois pourquoi vont-ils s’exposer à prendre des risques avec les personnels ?
    Il va falloir, un jour, taper fort
    Quelle est la façon la plus radicale ?
    Privatiser toutes les activités et les services dont l’Etat, les collectivités municipales départementales ou régionales ne doivent plus s’occuper.
    ça me semble la manière la plus efficace de procéder.

    • C’est le choix fait en 1990 en Suède. Tous les organismes d’Etat on été mis en concurrence avec le privé. Une grosse partie est donc devenue privée…. Transfert de compétences et responsabilisation du système. De là à dire que c’est parfait, hélas, non, car ils ont conservé la lourdeur du système socialiste. Résultat, par exemple, pour se faire soigner il faut telephoner à une infirmiere, rencontrer celle ci, puis prendre un Rdv avec un médecin si cela est nécessaire. Il y a souvent des gens qui claquent avant. Ceci dit une grosse partie des gastros et des grippes n’ont pas besoin de soins. L’un dans l’autre, c’est tout bénef…Le problème est que ces réformes faites en 1990 egalement au Canada et en Allemagne se basaient sur une economie plus florissante. Aujourd’hui, je suis pour l’explosion de la France : reset et reboot du système avec installation d’un bon linux genre Ubuntu….

  • Danstouslessens
    25 mars 2013 at 13 h 08 min

    Souvent on dit : la gestion des communes est lamentable. Non, c’est bien pire. Sans les fonds Europeens, la caisse ne serait pas rouge, mais rouge sang. Sans oublier les spéculations en bourse avec l’argent du contribuable. Il faut tous les mettre en taule et puis c’est tout.
    http://cartobenef.asp-public.fr/cartobenef/liste_benef_pdf.php?nivgeo=reg&codgeo=82&evenement=&order=LIB_DEPARTEMENT_BENEF&deb=&fi=&page=&typeFonds=&thematique=&bornMin=&bornMax=&anneeProg=&motClef=

    • Oui mais pas à rien foutre.
      En tôle, mais aux travaux forcés. Y’a bien des routes à refaire dans ce pays. Le costume orange, les fers et les gardes adéquatement armés.
      Ils veulent être des « travailleurs », on peut les aider dans le rôle.
      Pour l’instant ils sont pas crédibles.

  • Donc en gros le public n’est pas en mesure de résoudre ses problèmes, et il compte bien sur le privé pour y arriver.

    Des fois je me dis qu’Ayn Rand a visité la France des années 2010 avant d’écrire la Grève…

    • Pour appuyer ton propos, je suis en train de lire Ayn Rand Atlas Shrugged et c’en est effarant (ou effrayant) comme ça correspond à notre situation.

      Le post de h16 pourrait être un paragraphe du livre d’Ayn Rand.

  • Maintenant ce sont les communistes qui privatisent et les socialos, sociaux-démocrates qui s’y opposent, la guerre froide à l’envers.
    En tout cas, aller râler à la mairie pour la piscine municipale, il faut être barge.

  • Belle illustration du niveau de corruption qu’ont atteint les responsables de la gestion des finances « publiques »!
    Mais nous sommes encore trop fiers pour pouvoir admettre que ce pays, le phare du monde civilisé, est devenu la terre promise de tous les racketteurs patentés, lesquels agissent aujourd’hui au grand jour et ne parviennent même plus à dissimuler leur incompétence.
    Vous verrez que dans quelques jours, MoiLeMou vous dira qu’il faut encore et toujours être patient et que l’avenir est en jeu, bref la sempiternelle ritournelle des lendemains illuminés dont raffole la gauche (l’illusion c’est maintenant).
    Et pendant ce temps-là, les prédateurs assermentés poursuivront leur pillage des resources privées à grand coup de fiscalité juste et punitive pour « redistribuer » la manne dans les poches de leurs affidés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Par Thierry Godefridi.

[caption id="attachment_256135" align="aligncenter" width="640"] capitalism By: Jacob Bøtter - CC BY 2.0[/caption]

Corentin de Salle est probablement le principal expert contemporain ès libéralisme et capitalisme de langue française. Auteur d’un compendium en trois tomes de 500 pages chacun sur la Tradition de la liberté des origines de la pensée libérale à nos jours, il avait été invité à s’exprimer sur l’émergence du capitalisme en Europe dans le cadre des séminaires que le C... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Il existe une poignée de livres d’économie que tout le monde devrait lire.

Economics in One Lesson et Free to Choose, ces ouvrages classiques écrits respectivement par Henry Hazlitt et Milton Friedman, figurent sur cette liste. Un de mes favoris est Basic Economics de Thomas Sowell, un livre qui a éveillé mon intérêt pour l’économie il y a de nombreuses années.

De La Richesse des Nations (1776) à Freakonomics (2005), beaucoup d’autres ouvrages sont cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles