Sarkozy face aux juges

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013657 Sarkozy justice

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sarkozy face aux juges

Publié le 21 mars 2013
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Nicolas Sarkozy, l’ancien président de la République, a été mis en examen pour abus de faiblesse par le juge Jean-Michel Gentil dans le cadre de l’affaire Bettencourt.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Une mise en examen qui tombe à pic pour museler l’opposition en cachant une motion de censure de circonstance et pour faire oublier quelques situations d’ordre judiciaire et autres affaires gênantes pour le pouvoir en place.
    La reprise de son lynchage médiatique ne suffira pourtant pas à faire oublier l’action d’un Président de la République, dans ce qu’elle a eue de si différent de celle de son successeur, pas plus que le manque de pugnacité, les compromissions, les reniements, les erreurs incessantes et les échecs à répétition, en un mot l’incapacité de ce dernier à remplir sa fonction.
    Quant à l’indépendance des juges, garantie par la constitution, il suffit pour apprécier ce qu’il en est, de se souvenir des prises de position des syndicats de la magistrature lors de la présidentielle.
    Pour ce qui est de l’intervention du premier secrétaire du PS, il a raison, le cas Sarkozy est grave, mais l’est-il davantage qu’une autre vieille affaire, qui mérite tout de même d’être rappelée puisqu’il fut lui-même condamné (et non pas seulement mis en examen), le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux ? La preuve, et il en est bien d’autres – d’actualité – qu’un repris de justice a encore de l’avenir en politique.
    Aussi faut-il, dans le pire des cas et alors que joue la présomption d’innocence, se garder de vendre la peau de l’ours …

  • Je ne sais pas si la justice est rose mais ce dont je suis sûr c’est qu’elle pue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Le premier grand meeting de Valérie Pécresse au Zénith a fait salle comble mais n’a guère suscité l’enthousiasme. Son projet de « nouvelle France » se voulait rassembleur, il n’a pas convaincu les commentateurs qui l’ont accusé d’enchaîner les platitudes, de copier ses adversaires et même de surjouer l’autorité pour tenter de s’imposer.

Meeting tellement raté que des militants ont quitté la salle ! ?#PecresseZenith #ValerieDetresse pic.twitter.com/NNM1kxVHBt

— Goery_|?? (@Goery_) February 13, 2022

Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles