Chypre, après le vote du Parlement

Quel est l’état d’esprit du peuple chypriote après le rejet mardi par le Parlement du plan de sauvetage européen pour l’île ? Récit de l’intérieur par une Française installée sur place.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cyprus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chypre, après le vote du Parlement

Publié le 21 mars 2013
- A +

Quel est l’état d’esprit du peuple chypriote après le rejet mardi par le Parlement du plan de sauvetage européen pour l’île ? Récit de l’intérieur par une Française installée sur place.

Par San, depuis Chypre.

Vous êtes nombreux à me demander mon opinion sur la situation, alors je vous la livre.

Depuis hier soir je suis soulagée, car le parlement a écouté le peuple et n’a pas cédé à la pression.

Tout l’enjeu maintenant est de sortir une proposition blindée, et ça va prendre du temps car je suis certaine que les dirigeants (préparés à ce type de négociations comme pourrait l’être le conseil municipal de Bordeaux par exemple) n’avaient jamais envisagé être pris ainsi en otage deux semaines après leur prise de fonction. (notons en passant l’humanité de nos adversaires).

Le pays peut s’en sortir sans problème ; il est assis sur une mine d’or, pardon une réserve énorme de gaz et de pétrole. Il a une vraie culture du business et des affaires. Sa population est concernée et vigilante, et sait exactement ce qu’elle veut. Les habitants ont de l’argent, sont prêt à le donner pour refinancer leur pays (oui le donner, pas qu’on leur prenne, ils l’ont déjà fait lors d’une précédente crise, l’invasion de leur pays – pas moins), l’Église est richissime et soutient la démarche, bref, les partenaires financiers ne devraient pas manquer.

Mais les enjeux sont énormes (politiques, financiers, géo-stratégiques, etc.) et les pressions énormes.

Notre président, l’équivalent du maire d’une ville moyenne en France, doit tenir compte de Merkel & consorts, de Poutine, d’Obama (venu aujourd’hui), etc.

Je suis très fière du vote du parlement hier soir, qui a su résister aux pressions et à la corruption, mais pour combien de temps encore ? Parce-que vu les enjeux, on ne me fera pas croire que les enveloppes sont petites. Et elles doivent s’alourdir au fur et à mesure des discussions.

Je peux juste dire que s’ils font un plan qui ne respecte pas les souhaits du peuple, ils risquent très gros, de la part du peuple qui est déterminé. C’est un petit pays, tout le monde se connait, et le peuple gardera à l’œil et ne pardonnera jamais à un de ses politiciens de s’être fait acheter dans les circonstances actuelles, parce-qu’il en va de sa propre survie.

En refusant, les députés risquent très gros aussi, pour les raisons que l’on imagine et dont la presse se fait largement l’écho.

La pression doit être insupportable.

S’ils sortent un plan qui va dans le sens que le peuple souhaite, c’est-à-dire qui préserve la propriété privée, droit non négociable ici, et sécurise le système bancaire actuellement mis à mal, alors Chypre enverra un message puissant au monde. Elle enverra le message d’un pays qui sait faire ce qu’il faut faire pour protéger la propriété privée et d’un peuple intègre.

Chypre deviendra la place financière incontournable de la planète, et nous aurons un bank RUSH à la réouverture des banques. Oui, j’écris bien un bank RUSH, c’est-à-dire que nous verrons des capitaux affluer de partout vers la nouvelle poule aux œufs d’or.

D’ailleurs, pourquoi pensez-vous que l’eurogroupe a voulu imposer son diktat ? Parce-qu’il sait tout ça, et a horreur de la concurrence. C’était sur toutes les lèvres lors des manifestations : « La troïka veut nous ruiner (la loi qu’ils voulaient imposer en est la preuve), pour ensuite nous asservir et faire main basse sur notre pétrole. »

Voilà comment je vois les choses ce soir.

J’ai eu un flash tout à l’heure en rentrant du travail. la fameuse loupe d’Astérix, avec le village d’irrésistibles Gaulois… Sous la loupe, Chypre. Entourant le village, l’UE et sa Troïka, la Russie, les USA, etc. Je cherche encore la potion magique. Un dessinateur, humoriste, caricaturiste serait t-il inspiré ?

J’oubliais aussi, je demande aux lecteurs de cet article qui en sont encore aux histoires de lessive, croient au paradis et autres niaiseries de cet acabit de bien vouloir aller déverser leur fiel sur les pages en phase avec leurs vues. Par respect pour ma personne mais aussi et surtout par respect pour le peuple chypriote qui n’a que ma voix pour vous contredire (et je n’ai pas que ça à faire, j’ai un métier). Nous avons besoin de soutien, pas de leçons. Laissez les politiques que vous avez élus essayer de nous donner les leçons, nous nous employons à leur répondre, et consacrons toute notre énergie à cela. À bon entendeur.

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Tout avec vous, ne lâchez rien…

  • Chypre a été arrosée de subsides par l’UE, au point qu’un reportage, il y a deux ans, signalait que c’est avec le « bon coeur » de l’UE que les chypriotes s’étaient tous acheté des 4 x 4 !
    Tout cela, sans jamais payer d’impôts, et en obtenant de leurs dépots en numéraires un intérêt de 5 %, soit 3 fois plus que chez nous !!!

    A l’approche de la faillite, Chypre a reçu une propostion de Gazprom : apurer la situation en échange d’un monopole d’exploitation des présumées ressources offshore au sud de l’île.(et royalties plantureuses) En bons grecs, les chypriotes voulaient bien le pognon, mais sans aucune contrepartie. Exit Gazprom.

    Puis, Chypre est venu mendier l’aide européenne : ok, mais il fallait que le pays fasse aussi un effort. Et comme il n’y a aucune structure fiscale ni même résidentielle, la seule manière de faire l’était via les comptes en banque. Une « one shot operation » prélevant 6 % des liquidités (pas des biens)… après 40 ans sans impôts, et pour solde de tout compte.
    De qui faire rêver n’importe quel contribuable français ou belge !

    Et bien non, c’est encore trop pour les nerfs de ces prédateurs éternels.

    Le peuple danse, mais n’est guère avancé, et la faillite aproche.

    Mission en Russie, pour obtenir tout pour rien ? Peu de chance de convaincre.
    Mission à l’UE, pour obtenir de nouveaux subsides sans contrepartie ?

    Mon pronostic : l’UE va aider, mais mettre la gestion du pays sous tutelle, notamment en installant un vrai système fiscal … qui coûtera à ces crétins bien plus cher que ne l’aurait fait un simple prélèvement ultra modéré et ponctuel.

    En fait, le monde entier hausse les épaules … sauf les français, comme d’hab, toujours solidaires de ceux qui font pire qu’eux (il est vrai qu’ils sont rares).

    • sauf que la manière est totalitaire, les Français aiment, je sais !

    • Chypre a reçu des subsides de l’UE, certes. Et alors ? Déverser de l’argent sur un pays ne l’enrichit, ça ne fait que déformer la structure des prix à l’import-export pour ce pays, par rapport à ceux qui « l’aident ». En très simplifié: les subventions de l’UE ont permis à l’UE de s’approvisionner pour d’autant moins cher en pétrole et gaz chypriote (et aussi de créer un marché d’exportation pour les pays producteurs de l’UE).

      Regardez les faits de ces derniers jours: le parlement de Chypre a voté contre l’aide européenne et son inacceptable contrepartie criminelle (la spoliation en masse de tous les résidents). D’ailleurs ce « grand coup de rabot » financier était simplement un test en grandeur nature, pour l’UE, avant généralisation au reste du continent. Ne croyez pas qu’il s’agisse d’un prétexte pour faire accepter un début d’harmonisation fiscale européenne: les états sont à ce point aux abois que ce serait de toute façon trop peu et trop tard.

      La solution évoquée dans l’article plus haut, de créer les conditions d’un bank rush pour les capitaux étrangers, peut certainement renflouer Chypre pour peu que les politiciens locaux et européens s’assoient sur leur suprématie et laissent le marché faire.

    • Evidemment il faut refuser non seulement le vol de la population mais aussi les « aides » de l’UE.

      Je met des guillemets sur aides parce que dans ce cas ça se rapproche plus de la mafia qui « prête » de l’argent dans l’unique objectif d’asservir l’emprunteur.

    • « Chypre a été arrosée de subsides par l’UE »

      Vous, vous avez bénéficié de l’éducation nationale, de la santé, des routes, des services publics et probablement d’autres subsides.

      Vous êtes donc redevable éternellement à l’État et celui-ci a donc le droit de vous spolier, vous enfermer, vous humilier, vous assassiner.

  • Un témoignage digne. Merci.

  • Que se passe t’il si l’Europe ne fournit pas les 10 milliards? Est ce que toutes les banques chypriotes ferment, est ce que certaines ferment? Est ce que tous les clients perdent leurs avoirs ou juste une partie.
    Dès que l’on parle de problèmes bancaires, on a l’impression que c’est tout ou rien.
    Si la situation est si catastrophique que sans l’aide européenne et l’acceptation des conditions qui vont avec, les banques coulent complètement, les chypriotes ne paieront pas 6 % de taxes mais 100 % de taxes puisqu’ils perdront tout.
    Je ne vois pas où est l’alternative et je pense que le gouvernement chypriote non plus visiblement.

    • C’est pareil que dans tous les pays occidentaux. Soit ils acceptent la réalité, c’est à dire lancer la procédure de faillite, avec des faillites de banques locales, des prêts en défaut, une mise au ban de la finance (et de l’EU, FMI, etc) mondiale, et une dépression économique instantanée. Soit ils rackettent la population (plus qu’elle ne l’est déjà).

      Evidemment lancer le défaut face à toute la scène mondiale … c’est pas de tout repos.

  • Allez chiche, pas d’aide de l’Europe, pas de leçon, on verra bien ce qui va se passer…

    • Tout à fait, ce texte donne vraiment l’impression que l’Europe doit payer et ne pas la ramener. C’est très socialiste comme propos finalement.

      • Non. Elle dit juste ne pas accepter de se faire racketer par la troika. Ca vous choque ? Vous n’arrivez pas à imaginer qu’il existe d’autres solutions ?

        • Mais quel racket? L’europe va donner 10 milliards ! Qu’est ce qu’elle reçoit en échange? Je n’arrive pas à voir où est le racket de la part de l’Union Européenne, ouvrez moi les yeux!

          Je ne suis pas obtus et je lis ce qui se passe à Chypre avec intérêt sans aucune condescendance pour le peuple chypriote, cependant personne ne donne d’autres solutions visiblement.
          En avez vous une?

          • Le vol n’est jamais une solution. (point)

          • Vous mélangez 10 milliards venant de l’UE pour l’état Chypriote et des milliards pris dans les comptes en banques ouverts à Chypre.

          • Et la solution je l’ai déjà évoqué dans un commentaire précédent.

            C’est arréter de se mentir, et affronter le problème de la dette. Donc :
            1/ Se mettre en défaut (oui ça implique sortie de l’UE, euro, etc)
            2/ Empécher que la fuite de la dette reprenne (ie envoyer chier le FMI, l’EU et les politiciens démagos).

          • Pourquoi faire défaut de sa dette implique de sortir de l’UE ?
            Ce n’est pas un cas traité dans les textes il n’y a donc aucune raison à cela.
            Un état qui n’est pas en déficit chronique peut faire défaut sur sa dette sans sombrer dans un cauchemar économique, même si c’est moralement pas terrible et un très mauvais signal.

          • @ spm
            je ne mélange rien du tout. Si ils veulent une aide de 10 mds, la condition est qu’ils levent une taxe sur les comptes en banque. Si la condition ne leur plait pas, qu’ils refusent les 10 milliards et qu’ils se démerdent.

          • @spm
            La tribune du jour : »Sans un accord sur ce plan de sauvetage, l’île se verra refuser le déblocage des 10 milliards d’euros en provenance de la troïka pour compléter le plan de recapitalisation des banques de l’île. »
            les 10 milliards sont bien pour les banques et non pour l’état.
            ils ont encore besoin de 6 milliards d’où l’idée de la taxe.

  • Le pb de Chypre est le pb du monde de la finance, il n’y a pas plus de paradis fiscal à Chypre qu’en Suisse ou en Luxembourg. Mais imposer la taxation des dépôts des banques montre la dictature européenne, celle de Merkel qui essaie de se faire réélire mais c pas gagné pour la Betha. Finalement pourquoi un peuple devrait payer pour les erreurs de ses banques?

  • Enfin des politiques dignes de ce nom, ils défendent leurs concitoyens.

  • Et si la solution était de revenir aux monnaies nationales , comme autrefois ,avant qu’on nous fasse signer des traités que j’ai toujours refusé de signer , non par connaissance prémonitoire de la situation actuelle , mais par méfiance sur des textes incompréhensibles -( pour moi , du moins ) Il suffit de voir le délitement actuel de l’Europe de Bruxelles . confirmé par le silence ou les moqueries de tous ceux qui ne souhaitent qu’une chose : que ça continue ! Quitter cette Europe et cet euro là , est préconisé par beaucoup , et pas seulement par le FN !Contrairement à ce qui est parfois prétendu ,ce n’est pas une solution plus couteuse ( la dévaluation existe déjà ,)et ce n’est surtout pas être contre l’Europe ,indispensable pour la réussite de tous dans un monde qui change sous nos yeux N’ayons donc pas peur !!!

  • Bonjour,

    J’aurais bien aimé un récit de l’intérieur, plus semblable au premier. Que peut-il bien se passer après cinq jours sans aucune banque ouverte ? Tous les distributeurs vides ? Comment avoir du cash ? Est-ce que les cartes bancaires fonctionnent encore ? Est-ce que les commerçants les acceptent ? Est-ce que tout le monde reste chez soi et seuls les commerces de première nécessité fonctionnent ?

    Merci de votre vue de l’intérieur.
    Karizoc

  • Tenez bon à Chypre !
    Ce sont des méthodes de voyous de venir piquer dans la poche des gens sans leur consentement. On voit bien que pour l’Europe, c’est bien l’asservissement des peuples dont il s’agit.
    Soutien total

  • Je vois que le bal des comiques compassionnels continue !

    Ainsi Madelin qui prétendait que cette ponction ne tenait pas compte des revenus de chacun, comme si un pauvre avait autant q’un riche en liquidités !

    Pays 6 % d’impôts, une fois tous les 50 ans, et non sur sa richesse mais sur sa menue monnaie, ce serait confiscatoire ? C’était évidemment la seule bonne solution, tout le erste coûtra bien plus cher.

    Il ne s’agit pas non plus de « sauver les banques » qui vont bien merci, mais l’Etat chypriote, qui est en faillite.

    Comme d’hab, vos media vous désinforment totalement ! Savez-vous que les chypriote refusent depuis toujours de payer leurs énergies, et que comme l’Etat est en faillite, il a supplié la Turquie voisine de lui fournir de l’électricité à crédit ?

    Savez-vpus que tute l’aide européenne depuis des années, n’a servi qu’à faire la java ?

    Savez-vous que ces « pauvres chypriotes »attaquant actuellement les banques, parfois à 10 bulldozers de front, et n’enmènent pas que leur argent ?

    Vos médias subventionnées vous cachent la réalité, une fois de plus. Voyez la télé turque, qui est sur place !

    • La télé turque ? Vous êtes donc une mauvaise langue turque ! On comprend donc tous vos arguments : vous voulez que la Turquie avale la totalité de Chypre ! C’est clair

    • Le chypriote « grec » moyen serait-il, en vérité, un escroc qui se victimise ?

      Les banques chypriotes vont bien.
      ça parait logique puisqu’elles récoltent les flux massifs de liquidités de ressortissants russes qui ne veulent pas déposer en Russie.
      De ce fait, on ne comprend pas, ce que disent les médias français qui prétendent qu’elles sont au bord de la faillite et en manque de trésorerie.
      Comprend vraiment pas la situation..

      • les établissements bancaires du pays ont été plombés par la restructuration forcée par l’Eurogroupe de la dette grecque, qui leur a fait perdre beaucoup d’argent.

    • Oui, c’est confiscatoire, dans la manière dont ça a été fait.

      C’est criminel et en plus cela est contreproductif, vu que cela aboutit au bank run qui rend le sauvetage inefficace et détruit un peu plus la confiance dans le système banco-étatique.

      Maintenant, on sait qu’ils en sont capables. On va donc enlever nos sous et les banques seront bien plus fragilisées.

  • N’est-ce pas contradictoire, dans le texte, d’écrire que l’on est pour la propriété privée et que les banques doivent être sécurisées? Que signifie sécuriser ici? C’est l’inverse qu’il faut. Les mauvaises banques doivent faire faillite.

  • @chiquito

    « Les banques chypriotes vont bien. »

    Non : elles n’ont plus de liquidités !

    « ça parait logique puisqu’elles récoltent les flux massifs de liquidités de ressortissants russes qui ne veulent pas déposer en Russie. »

    Ah, ben, non, justement : ces liquidités ne sont pas à elles.

    « De ce fait, on ne comprend pas, ce que disent les médias français qui prétendent qu’elles sont au bord de la faillite et en manque de trésorerie. »

    Si rien n’est fait, lundi, les banques ouvriront… et les Chypriotes auront tout perdu, car il n’y aura plus de monnaie qui puisse circuler — pas un seul billet de banque de la BCE ne rentrera sur l’île —, sans compter un probable bank-run qui fera que vers midi, ceux qui n’ont pas réussi à récupérer quelques euros n’auront plus rien du tout (pas juste quelques pour-cents en moins, mais véritablement plus rien).

    « Comprend vraiment pas la situation.. »

    Tu comprends mieux ?

    Il faut donc faire quelque chose, sinon c’est l’explosion du système chypriote et la population devra attendre l’aide des ONG, pour pouvoir se nourrir, se soigner, et tout et tout.

    Que faire alors ? Il n’y a pas dix mille solutions :

    A/ Sortir violemment de la zone euro (et donc de l’EU, au passage), recréer une monnaie locale et imprimer des billets ?

    B/ Accepter de payer un pourcentage sur les liquidités (comprendre les comptes courants) — en respectant le droit bancaire européen de la garantie de 100.000€ — de manière à débloquer 6 milliards d’euros
    et recevoir, en contrepartie de cet effort, 10 milliards d’euro de l’EU.
    C/ Imaginer que l’URSS, euh…, pardon, la Russie donne gratuitement 16 milliard d’euros sans contrepartie.

    A : la monnaie locale n’a plus aucune valeur dans le monde, ce qui équivaudrait exactement à ne rien faire, voire pire.

    B : avoir une chance de pouvoir repartir, probablement sous tutelle de l’EU, c’est à souhaiter, sinon il faudra bisser rapidement.
    – leur (presque) seule activité économique étant d’être un paradis fiscal, il faut qu’ils trouvent autre chose, où alors il faut instaurer un système fiscal
    – Ils ont des ressources naturelles à foison qu’ils pourraient pré-vendre, par exemple.
    – Il faut bien comprendre que l’EU (pas la troïka, hein) ne veut pas donner de l’argent qui repartira direct et gratos en Russie, d’où la nécessaire contrepartie financière demandée qui limiterait les dégâts.

    C : on peut toujours rêver

    Si tu en as une autre (réaliste, c’est à dire qui permet au Chipriotes de survivre), ça m’intéresse…

    Je ne dis pas que c’est bien, ou mal, ou libéral ou pas, juste que ce sont les faits et que s’apitoyer sur leur sort ne leur fera, in fine, aucun bien.

    • Pour tous ceux pour qui « il n’y a pas d’autre solution que racketter toute la population »

      http://www.objectifeco.com/economie/dettes/dettes-europe/crise-a-chypre-les-faux-scandales-et-les-vrais.html

      TLDR :
      à condition de mettre les actionnaires, les créanciers et surtout la BCE à contribution, pour environ 2,4Mds, il aurait été possible de compléter les 10Mds du MES sans faire appel aux déposants, voire même de solder les 17 Mds sans toucher aux dépôts !

      Incroyable on peut résoudre le problème en faisant payer … ceux qui en sont la cause !

      • Bah, justement, c’est ce que demande l’UE :

        Les actionnaires ? Bof, ça ne représente pas grand chose en liquidités.
        Les créanciers, c’est justement ceux qui ont des comptes courants de plus de 100.000 € (hormis des tarés finis : quelle idée de laisser une somme pareille ou plus sur un compte *courant*, sinon pour des raisons glauques !)
        La BCE est alors prête à balancer 10 milliards d’euros.

        Donc, pas de grosse différence, in fine… « ma » stratégie B est peu ou prou identique !

        Que l’EU soit coupable d’avoir laissé faire, certainement : c’est un j’m’en foutisme politique caractérisé !

        La BCE coupable ? Pas vraiment, c’est aussi un problème de politique européenne (et c’est aussi nos sous et ça nous coûtera environs 2 milliards d’euros, alors même que François Mou 1er n’a pas encore réussi à gratter 5 milliards — qui sont il est vrai une infime partie de ce qu’il faudrait vraiment arriver à gratter — pour nous).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles