Chypre, après le vote du Parlement

cyprus

Quel est l’état d’esprit du peuple chypriote après le rejet mardi par le Parlement du plan de sauvetage européen pour l’île ? Récit de l’intérieur par une Française installée sur place.

Quel est l’état d’esprit du peuple chypriote après le rejet mardi par le Parlement du plan de sauvetage européen pour l’île ? Récit de l’intérieur par une Française installée sur place.

Par San, depuis Chypre.

Vous êtes nombreux à me demander mon opinion sur la situation, alors je vous la livre.

Depuis hier soir je suis soulagée, car le parlement a écouté le peuple et n’a pas cédé à la pression.

Tout l’enjeu maintenant est de sortir une proposition blindée, et ça va prendre du temps car je suis certaine que les dirigeants (préparés à ce type de négociations comme pourrait l’être le conseil municipal de Bordeaux par exemple) n’avaient jamais envisagé être pris ainsi en otage deux semaines après leur prise de fonction. (notons en passant l’humanité de nos adversaires).

Le pays peut s’en sortir sans problème ; il est assis sur une mine d’or, pardon une réserve énorme de gaz et de pétrole. Il a une vraie culture du business et des affaires. Sa population est concernée et vigilante, et sait exactement ce qu’elle veut. Les habitants ont de l’argent, sont prêt à le donner pour refinancer leur pays (oui le donner, pas qu’on leur prenne, ils l’ont déjà fait lors d’une précédente crise, l’invasion de leur pays – pas moins), l’Église est richissime et soutient la démarche, bref, les partenaires financiers ne devraient pas manquer.

Mais les enjeux sont énormes (politiques, financiers, géo-stratégiques, etc.) et les pressions énormes.

Notre président, l’équivalent du maire d’une ville moyenne en France, doit tenir compte de Merkel & consorts, de Poutine, d’Obama (venu aujourd’hui), etc.

Je suis très fière du vote du parlement hier soir, qui a su résister aux pressions et à la corruption, mais pour combien de temps encore ? Parce-que vu les enjeux, on ne me fera pas croire que les enveloppes sont petites. Et elles doivent s’alourdir au fur et à mesure des discussions.

Je peux juste dire que s’ils font un plan qui ne respecte pas les souhaits du peuple, ils risquent très gros, de la part du peuple qui est déterminé. C’est un petit pays, tout le monde se connait, et le peuple gardera à l’œil et ne pardonnera jamais à un de ses politiciens de s’être fait acheter dans les circonstances actuelles, parce-qu’il en va de sa propre survie.

En refusant, les députés risquent très gros aussi, pour les raisons que l’on imagine et dont la presse se fait largement l’écho.

La pression doit être insupportable.

S’ils sortent un plan qui va dans le sens que le peuple souhaite, c’est-à-dire qui préserve la propriété privée, droit non négociable ici, et sécurise le système bancaire actuellement mis à mal, alors Chypre enverra un message puissant au monde. Elle enverra le message d’un pays qui sait faire ce qu’il faut faire pour protéger la propriété privée et d’un peuple intègre.

Chypre deviendra la place financière incontournable de la planète, et nous aurons un bank RUSH à la réouverture des banques. Oui, j’écris bien un bank RUSH, c’est-à-dire que nous verrons des capitaux affluer de partout vers la nouvelle poule aux œufs d’or.

D’ailleurs, pourquoi pensez-vous que l’eurogroupe a voulu imposer son diktat ? Parce-qu’il sait tout ça, et a horreur de la concurrence. C’était sur toutes les lèvres lors des manifestations : « La troïka veut nous ruiner (la loi qu’ils voulaient imposer en est la preuve), pour ensuite nous asservir et faire main basse sur notre pétrole. »

Voilà comment je vois les choses ce soir.

J’ai eu un flash tout à l’heure en rentrant du travail. la fameuse loupe d’Astérix, avec le village d’irrésistibles Gaulois… Sous la loupe, Chypre. Entourant le village, l’UE et sa Troïka, la Russie, les USA, etc. Je cherche encore la potion magique. Un dessinateur, humoriste, caricaturiste serait t-il inspiré ?

J’oubliais aussi, je demande aux lecteurs de cet article qui en sont encore aux histoires de lessive, croient au paradis et autres niaiseries de cet acabit de bien vouloir aller déverser leur fiel sur les pages en phase avec leurs vues. Par respect pour ma personne mais aussi et surtout par respect pour le peuple chypriote qui n’a que ma voix pour vous contredire (et je n’ai pas que ça à faire, j’ai un métier). Nous avons besoin de soutien, pas de leçons. Laissez les politiques que vous avez élus essayer de nous donner les leçons, nous nous employons à leur répondre, et consacrons toute notre énergie à cela. À bon entendeur.