Le footballeur Giorgos Katidis : entre nazisme, bêtise et punition

Giorgos Katidis, joueur de football grec de l'AEK Athènes FC s'est distingué samedi en célébrant son but victorieux par un salut nazi.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
En plus il a enlevé le maillot, carton jaune direct !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le footballeur Giorgos Katidis : entre nazisme, bêtise et punition

Publié le 21 mars 2013
- A +

Giorgos Katidis, joueur de football grec de l’AEK Athènes FC s’est distingué samedi en célébrant son but victorieux par un salut nazi.

Par Stéphane Montabert.

Plutôt que de nous attarder sur les déboires chypriotes, sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir, allons faire un petit tour en Grèce où la polémique du moment concerne Giorgos Katidis, joueur de football grec de l’AEK Athènes FC.

Le joueur s’est distingué samedi en célébrant son but victorieux par un… salut nazi, face à un plein stade olympique, rien de moins. Les clichés et la vidéo laissent difficilement place au doute.

Le footballeur grec Giorgos Katidis
En plus il a enlevé le maillot, carton jaune direct !

Le milieu de terrain, ex-capitaine de l’équipe nationale grecque espoirs, est sorti de l’anonymat en célébrant le but de la victoire (2-1) contre Veroia à six minutes de la fin du match mais n’aura vraisemblablement plus l’occasion de se faire connaître davantage, ayant été banni à vie de toute participation à la sélection nationale par la fédération grecque de football, réunie en session extraordinaire.

Sa carrière prometteuse a basculé en une fraction de secondes.

Le footballeur grec Giorgos Katidis a-t-il fait un salut nazi ?Giorgos Katidis a rapidement regretté son geste ; il a plaidé l’innocence sur twitter, proclamant qu’il n’est pas un un fasciste et qu’il n’aurait jamais fait ce geste s’il avait su ce que cela voulait dire. Son coach Ewald Lienen a lui aussi tenté de prendre sa défense : « C’est un jeune garçon qui n’a pas d’idées politiques. Il a dû voir ce geste sur Internet ou ailleurs et l’a reproduit sans savoir ce que ça voulait dire. Je suis sûr à 100% que Giogios ne savait pas ce qu’il faisait. Il pleurait même dans le vestiaire en voyant les réactions qu’il a provoquées. »

Bêtise ? Ignorance ? Réelles sympathies nationales-socialistes ? On ne saura probablement jamais ce qu’il en est. Mais le problème n’est pas là.

Est-il correct qu’un tel geste mette instantanément un terme à une carrière ?

Avant cette soirée fatidique, Giorgos Katidis était promis à un bel avenir au sein de la sélection nationale grecque ; depuis, c’est un paria.

Le contraste est d’autant plus frappant avec d’autres comportements, dans le cours du jeu ou non. Des athlètes de haut niveau sont régulièrement démasqués pour des délits de dopage – c’est-à-dire rien de moins qu’une tricherie – et sont soumis à des peines avec sursis ou des interdictions de compétition qui, si elles leur nuisent, ne mettent pas systématiquement fin à leurs carrières.

En Suisse, suite à une charge ultra-violente, un joueur de hockey sur glace se retrouve paraplégique. Une procédure disciplinaire a été ouverte contre l’auteur de la charge, histoire de savoir si son acte était « conforme au jeu » (comme si envoyer un joueur dans un fauteuil roulant pouvait être considéré comme la conséquence d’une action techniquement adéquate…).

À aucun moment, personne n’a plaidé pour que l’agresseur soit banni des patinoires.

Quitte à aborder la symbolique elle-même, nous en avons des illustrations un peu partout, chez les supporters du PSG français par exemple puisque nous parlons de football. Point besoin d’aller en Grèce et d’évoquer le parti Aube Dorée pour voir des bras raides lors d’un match.

Ces doux amateurs de football sont-ils interdits de stade à vie ? Bien sûr que non, ils ne sont même pas inquiétés.

Dans certains milieux, le salut nazi ne rend pas son auteur infréquentable, loin de là. Je pense notamment au Hezbollah dont les troupes et les commandants semblent particulièrement friands de saluts nazis en toutes occasions, sans que cela ne gêne particulièrement la Suisse par exemple.

Les saluts nazis sont donc répandus, beaucoup plus que l’oukaze contre Giorgos Katidis ne pourrait le faire croire – et beaucoup plus que les bien-pensants ne le souhaiteraient.

Dans ces conditions, la sanction frappant le jeune (et stupide) joueur de l’AEK Athènes FC n’en paraît que plus arbitraire.

Nous avons un sérieux problème de priorité dans nos valeurs. Si aucune opinion politique ne devrait être exprimée dans le cadre d’une rencontre sportive, le manquement à cet usage ne devrait pas amener non plus de sanctions démesurées.

Je ne prends pas la défense de Giorgos Katidis par attrait envers le salut nazi, mais simplement parce qu’il est victime d’une punition particulièrement excessive. Sans avoir aucun goût pour le socialisme, qu’il soit rouge ou brun, je prône la cohérence. Alors que personne ne penserait à exclure à vie un individu de son milieu professionnel pour avoir chanté en public un couplet de l’Internationale, la différence de traitement avec un salut nazi saute aux yeux.

Si les manifestations d’extrémisme en public devaient être combattues de façon impitoyable, peut-être faudrait-il commencer par ne pas faire deux poids deux mesures. Le zèle sélectif laisse un profond sentiment d’injustice.


Sur le web.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Je vois une étrange analogie entre le droit d’une entreprise de spectacle nommée fédération de virer son joueur et celui d’une crèche de licencier une employée…

  • Le football est un spectacle et donc avant tout une histoire d image.
    En tant que tel, le geste de ce jouer porte un préjudice important à son équipe présente et surtout impacte son image.
    Je comprends parfaitement que l ‘équipe nationale qui gère son image ne souhaite pas le sélectionner. Ils décident de l exclure à vie de la sélection nationale pour améliorer leur image, c est leur droit absolu.
    Ce joueur est libre d afficher ses opinions politiques (meme celle ci qui est parmi les plus dégueulasses et stupides, et oui j assume ca) mais il doit en supporter les conséquences. Liberté ET responsabilité.

    • larry Golade: « Je comprends parfaitement que l ‘équipe nationale qui gère son image ne souhaite pas le sélectionner. Ils décident de l exclure à vie de la sélection nationale pour améliorer leur image, c’est leur droit absolu. Liberté ET responsabilité. »

      +1 Ils sélectionnent qui ils veulent

  • Tant qu’on y est pourquoi ne pas répertorier chaques actes, objets, pensées, habitudes, vétements qu’Hitler a utilisé/consommé/etc…?
    Donc Hitler portait des bottes et des chemises? Et hop, voila des bottes « nazies » et des chemises « nazies ».
    Il était moustachu? Allez hop, tous les moustachus sont des « nazis ».
    Etc etc etc…

    Commencent réellement à faire c…. avec toutes leurs
    billevesées sur les HPSDNH.

    Si on veut chipoter, pas de talons qui claquent, ni de bras le long du corps et de main sur le coeur avant que son bras ne se leve: ce n’est donc pas un « salut nazi ».

    Et hélas oui, un bras tendu avec la main ouverte => bannissement.
    Bras tendu poing fermé => vive le FDG.
    Bienvenue dans le « camp du bien ».

    Articles 6, 10 et 11 de la DDHC.
    On est en plein dans l’atteinte à la liberté d’expression.
    Vive les lois Gayssot, vive la fRance.

    • Vous oubliez qu’il était végétarien….

    • Florian: « On est en plein dans l’atteinte à la liberté d’expression. »

      Le jour ou tu ouvre une boite une association ou un club je suis sur que tu changera d’opinion très vite si un type veut tester une liberté d’expression du genre avec tes clients.

  • Oui… Le joueur véhicule une image autrememt différente des supporters. Il est payé par des gens qui viennent le voir jouer. Si ces gens ne viennent plus parce qu’il ne souhaitent pas ce type d’expression de liberté. Pourquoi vouloir interdire au club de le virer?

    Il pourra trouver un club plus proche de ses idées. Dieudonné a bien trouvé son public.
    Liberté rime avec responsabilité.

  • Le hooliganisme est partout : en nos villes, dans les tribunes des stades, et là-bas (en une Grèce de toutes les ignominies) sur la pelouse de foot !

    A en juger par la floraison de tatouages sur le corps de cet éphèbe attardé (…) nous devons conclure à une forme de régression psycho-sociologique. Elle trouve curieusement un symétrique parmi les instances de l’Europe en cours de déglingue !

    • Comment tous ces jeunes gens qui se sont fait faire des tatouages envahissants sur le corps vont-ils faire si, plus tard, ils veulent les faire retirer ?
      Pensez-vous qu’il va y avoir des recherches pour un marché juteux d’effaçage des tatouages car actuellement les techniques sont chères et ça laisse des traces.?

  • Je voudrais pouvoir zoomer sur la photo : les tatouages sont peut être une bonne indication. Quant aux yeux et au bras ils sont déterminés. Je penche donc pour un salut nazi. Après, la sanction, c’est pas mon truc. Chacun ses problèmes.

    • C’est clair quand on voit la video que son geste était prémédité et qu’il avait mis au courant plein de gens dans son club.
      Sinon comment expliquer la précipitation de tous ces mecs pour l’entourer et tenter de camoufler les faits ?.

  • Bon sang, c’est un môme.
    Qu’on le sermone et lui foute une grosse amende, ok, mais un bannissement à vie de la sélection nationale pour cette broutille …

    • Et le prince Harry qui s’était déguisé en uniforme nazi il a pas été banni de la famille royale non? 😛

  • Quel gâchis de voir les intelligents lecteurs de contrepoint perdre leur temps sur le cas Katidis.
    On s’en branle ?

  • Comparer l’internationale composée par un socialiste lillois à une musique d’un régime totalitaire serait comme considérer du Wagner comme la musique officielle du nazisme.
    De plus assimiler le socialisme avec un régime d’extrême droite que fut le nazisme ou le socialisme dans le sens actuel avec le stalinisme c’est du niveau de conversation de café du comptoir. Comment pouvez-vous donner des leçons d’humanité à un footballeur minable avec ce genre réflexion de frustre dt avec la suffisance qu’ont les beaufs !??

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thomas Renault.

[caption id="attachment_210426" align="aligncenter" width="640"] baby-foot d'extérieur credits frederic Bisson via Flickr ((CC BY 2.0)[/caption]

Il y a quelques temps, le génie John Nash, prix Nobel d'économie 1994, a perdu la vie avec sa femme Alicia dans un accident de voiture. Si vous ne connaissez pas la vie de John Nash, je ne peux que vous conseiller de regarder au plus vite le film A Beautiful Mind (Un homme d'exception en français), oscar du meilleur film en 2002. John Nash était un mathématicien bien... Poursuivre la lecture

football
0
Sauvegarder cet article

par h16

Dans un précédent billet, je m'interrogeais sur l'étonnante fréquence de certains troubles observés chez des athlètes de différents milieux, une augmentation du nombre de petits soucis chez certains footballeurs et l'étrange augmentation de la mortalité, toutes causes confondues, chez des populations jeunes plutôt habituées à ne pas trop mourir. Et ça tombe bien parce que, dernièrement, les contributeurs de Wikipédia ont mis à jour quelques listes intéressantes.

On trouve de tout, sur Wikipédia, depuis la vie passionnant... Poursuivre la lecture

Par Drieu Godefridi.

J’avais le fantasme de décharger un revolver dans la tête de n’importe quel Blanc qui se mettait en travers de mon chemin, d’enterrer son corps et d’essuyer mes mains ensanglantées tout en m’éloignant sans culpabilité excessive, le pas léger. Comme si j’avais fait une putain de faveur au monde. Dr Aruna Khilanani. [1. "I had fantasies of unloading a revolver into the head of any white person that got in my way, burying their body and wiping my bloody hands as I walked away relatively guiltless with a bounce in my s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles