Chômeurs ou esclaves… ou entrepreneurs ! Par Philippe Simonnot

Critique de Chômeurs ou esclaves: Le dilemme français, de Philippe Simonnot, ou comment la France a abouti à l'aliénation de tous, salariés, patrons, etc.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chômage recherche d'emploi (Crédits : TaxCredits.net, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômeurs ou esclaves… ou entrepreneurs ! Par Philippe Simonnot

Publié le 19 mars 2013
- A +

Par Pierre Chappaz.

J’ai commandé Chômeurs ou Esclaves, le dilemme français, le nouveau livre de Philippe Simonot, dont j’ai fait la connaissance récemment lors de sa remarquable conférence sur la monnaie à Genève. Je vous invite à prendre le temps de regarder sa vidéo ci-dessous si vous avez un peu de temps pour réfléchir au salariat et à son rapport avec l’esclavage.

Présentation de Chômeurs ou esclaves : le dilemme français

La thèse de Philippe Simonnot peut être résumée ainsi – j’espère sans le trahir : L’hyper-réglementation du travail en France est une vaine tentative pour chasser le fantôme de l’esclavage. Le résultat en est un énorme Code du travail, qui grossit depuis 1860. Toute cette réglementation produit des salariés « protégés » mais « angoissés », et des chômeurs de longue durée qui n’ont plus aucun espoir de rentrer dans le système.

Depuis 150 ans, les politiques français, de droite comme de gauche, se sont donc appliqués à édicter des règles censées protéger les salariés…. et aujourd’hui les entrepreneurs français s’arrachent les cheveux pour appliquer le Code du travail, 3600 pages, qui continue d’augmenter d’une page tous les 3 jours.

Pour les taxes sur le travail, aussi appelées charges sociales, c’est comme pour l’épaisseur du Code : la France détient le record du monde. Ces taxes y sont égales à 82% du salaire net.

Une situation qui empire

Et ça monte encore, puisqu’on compte déjà trois augmentations des charges sociales depuis l’élection de Hollande : la première pour financer la retraite à 60 ans, la seconde pour décourager les contrats à durée déterminée, et la troisième annoncée il y a peu pour boucher le trou des retraites complémentaires. Il parait qu’un crédit d’impôt les fera baisser en 2014 pour les salaires de moins de 2,5 fois le Smic, on attend le mode d’emploi.

Marc Simoncini le fondateur de Meetic tweetait ce matin.


Un système aliénant

Dans mon entreprise, nous avons 200 salariés dans toute l’Europe. La réglementation du travail est différente dans chaque pays et je peux vous dire que ce n’est pas simple à gérer, et la France encore moins que les autres.

Les « bons sentiments », nés à l’époque du capitalisme de Zola et renouvelés à la Libération en 1945, y ont abouti à créer une énorme machinerie : sécurité sociale (300.000 employés, c’est l’un des plus grands employeurs du monde, qui détient également le record de l’absentéisme), Ursaff, ministères et comités en tous genres…

Voulant éviter l’aliénation des ouvriers, la France a abouti à l’aliénation de tous, salariés, patrons, et chômeurs, au bénéfice de la bureaucratie. Car le système français ruine ceux qui ont un emploi (les charges leur coûtent près de la moitié de leur salaire – rappelons-le, c’est 82% du net, avant impôt !), cependant qu’il désespère ceux qui sont au dehors, au chômage. Les patrons, au milieu, ne savent plus trop comment faire vivre leur entreprise.

Pourtant c’est tout simple. Comme nous le savons en Suisse, ou le taux de chômage est à 3%, et où il n’y a pas de Code du travail ni de sécurité sociale étatique, le meilleur moyen de lutter contre les quelques employeurs aux tendances esclavagistes est de créer les conditions d’un marché du travail dynamique. Dans un marché normal, j’allais dire libéral, les salariés s’estimant mal traités ont l’opportunité de voter avec leurs pieds en changeant facilement d’emploi. Et ceux qui perdent leur emploi en retrouvent un rapidement.

Chacun son chemin

Pour finir ce billet sur une note plus personnelle, je dois dire que le sujet du rapport entre salariat et esclavage me touche particulièrement, car mes parents, tous deux enseignants et communistes, m’ont élevé dans l’idéologie du refus de l’aliénation. Quand j’étais ado, imaginer de travailler pour un patron, c’était accepter d’être aliéné par le grand capital. Vendre sa « force de travail » c’était quasiment perdre son âme. Ma mère, qui était prof de Latin, me répétait souvent que travail vient du mot latin tripalium qui signifiait torture.

Cette idéologie anti-entreprise m’a sérieusement perturbé dans ma jeunesse. Quand j’ai commencé à travailler, je comptais les années, en expliquant à mes amis que je prendrais certainement ma retraite au plus tard à 35 ans. Évidemment à cet âge-là j’étais toujours salarié, j’avais un job intéressant, mais toujours un patron avec lequel je m’entendais plus ou moins bien. Je ne me sentais pas suffisamment libre.

Ce n’est qu’en devenant entrepreneur à 40 ans que j’ai pu me libérer tout à fait de ce sentiment d’aliénation.

Aujourd’hui, je n’ai plus de patron, j’ai des associés, des actionnaires et des salariés. Je ne suis pas totalement libre, car je travaille beaucoup et je ressens fortement ma responsabilité vis-à-vis des hommes et des femmes qui participent à l’entreprise, les salariés, et aussi les actionnaires qui nous ont fait confiance. Mon rapport au travail a plus à voir avec l’addiction qu’avec l’esclavage, car mon travail me passionne, je ne fais plus vraiment la distinction entre travail et loisir.

Au sein de l’entreprise, j’essaye de créer les conditions pour que nos salariés soient heureux et s’épanouissent le plus possible. J’essaye de promouvoir les meilleurs. Et pour ceux d’entre eux qui un jour décident de tenter leur chance et de créer eux aussi leur société, je les applaudis.

C’est à chacun d’entre nous de trouver sa voie pour se réaliser.

 


Sur le web.

Lire aussi :

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Il n’y a pas du tout de code du travail en Suisse ?

  • Que voulez vous, pour 80% des Francais votre discours est percu comme de l’ultra-libéralisme sauvage. Ils baignent en permanence dans le bain étatique et ne connaissent pas autre chose.

  • Si le salaire net est à 50 000 euros et la Taxe sur le travail = 82 % du salaire net, le salaire versé par l’employeur est de 50 000*(1+0,82) = 91 000 euros.
    On peut donc écrire :
    Salaire versé 91 000 euros
    Salaire net 50 000 euros
    Impôts sur revenu = 4500 euros
    Impôts locaux = 4000 euros
    Reste à dépenser = 50 000 – 4500 – 4000 = 41 500 euros
    Si tout est dépensé, on enlève encore 20 % de TVA soit 41 500*0,2 = 8 300 euros

    La somme véritablement gagnée est de 41 500 – 8300 = 33 200 euros
    Somme de tous les prélèvements obligatoires : 91 000 – 33200 = 57 800 euros.
    Les prélèvements obligatoires sont donc à 57800/91000*100= 63,5 % du salaire versé par l’employeur.

  • a @Daniel PIGNARD
    Oui , est si on ajoute les 75% de taxes sur l’essence pour ce déplacer..
    SI , en plus on est fumeur… on devient citoyen modèle !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles