Hollande veut forcer sa nature

Le président de la République procrastine, ajourne ses décisions, dans l’espoir d’opportunités de réformes indolores.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande veut forcer sa nature

Publié le 15 mars 2013
- A +

Le président de la République procrastine, ajourne ses décisions, dans l’espoir d’opportunités de réformes indolores.

Par Marc Crapez.

Au bout de dix mois d’exercice du pouvoir, il faut se rendre à l’évidence. Tout reste à faire. François Hollande le reconnaît enfin. Après avoir admis qu’il n’inverserait pas la courbe du chômage dès septembre prochain, comme il l’avait promis dans un premier temps, le voici qui veut « forcer l’allure » des réformes. Se voit-il en tortue de la fable ?

Il préconise même un « choix courageux » devant permettre « d’alléger les normes et de raccourcir les délais » et de secouer un peu « l’administration, les banques, les décideurs publics ». Fichtre, c’est le langage de la droite ! Visiblement, Hollande est en train de se faire un mental. Mais est-il capable de passer à l’acte ? On en doute pour plusieurs raisons (je les avais esquissées dans « Hollande entre Mitterrac et Chirand » , puis « Hollande veut être ‘au plus haut’ »).

Primo, si l’on retrace la carrière de Hollande, il ne fut au service du pouvoir exécutif que durant la période archaïque du parti socialiste. Au moment de mettre en application le tournant du réalisme, en 1983, il se déroba pour se réfugier dans le ministère de la parole (comme journaliste puis premier secrétaire du PS). Il ne prend pas le risque de déplaire, n’assume pas ses responsabilités, ne sait pas refuser. C’est son tempérament cette propension à louvoyer, rester évasif, ménager la chèvre et le chou, contourner les difficultés, repousser le moment fatidique de la décision.

Réformer à la dérobée

Secundo, il a prétendu que Gerhart Schröder avait réformé « dans le consensus ». Le leader social-démocrate allemand affronta pourtant des manifestants et même une scission dans son propre parti. Hollande, lui, n’est capable de tenir tête qu’à des opposants au mariage gay. N’a-t-il pas déjà reculé devant les ambulanciers et chauffeurs de taxi ? Pour affronter la colère des corporatismes, il faut l’audace d’un socialiste d’origine ouvrière, tels Schröder ou Göran Persson en Suède, qui surent imprimer un destin à leur pays.

Tertio, il s’est fié aux prédictions d’une économiste, Karine Berger, qui assurait que 2013 serait un nouveau 1997. Hollande se voyait déjà, comme Lionel Jospin, porté par une conjoncture mondiale favorable qui allait le dispenser d’opérer des choix douloureux. Gouverner, c’est choisir. Mais comme l’enfant avec la piqûre de l’infirmière, qui commence à pleurer à la seule vue de l’aiguille, le seul mot de rigueur fait hurler les syndicats comme s’il s’agissait déjà de réelles mesures d’austérité. Et la seule idée d’avoir à les affronter fait claquer des dents François Hollande.

Sa tactique consiste, dès lors, à réformer à la dérobée, en s’abritant derrière d’autres initiatives. Il comptait avancer dans la roue de la croissance mondiale promise par certains, puis dans la roue d’un volet croissance de l’Union européenne. Aujourd’hui, son projet démagogique de taxation à 75% étant inapplicable, il se met dans la roue de l’initiative suisse sur la surveillance accrue des très hautes rémunérations. Demain, il compte se mettre dans la roue des initiatives de David Cameron annonçant, à Davos, qu’il va mettre à l’agenda du G8, qu’il va bientôt présider, l’élaboration de nouvelles règles internationales contre l’évasion fiscale des grandes entreprises.

Il y a un an, durant la campagne présidentielle, Hollande jugeait que « l’impopularité révèle la défiance des Français à l’égard de ceux qui les dirigent ». Effectivement, s’il est aujourd’hui encore plus impopulaire que Sarkozy, c’est à cause de sa démagogie. L’impopularité est l’effet boomerang de la couardise des élites qui dupent le peuple au lieu de lui dire la vérité.

—-
Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Flamby@c, on doit l’écrire Flanby ou Flamby ? En tout cas je ne mange plus de flan depuis qu’il est Président. A la place de la marque je serais triste que l’on parle de moi comme ça…..manger Hollande; berk ! Enfin à voir comme notre Président gonfle on peut en déduire que la bouffe est bonne et que le vin coule à flot….ouf on est rassuré 🙁

  • Beaucoup demandent qu’Hollande agisse enfin. Pour ma part je demande qu’il n’agisse surtout pas, les malheureuses (et courageuses !?) initiatives qu’il a prises jusqu’à présent n’ont réussi qu’à plonger encore un peu plus la France dans le gouffre et à la mettre carrément en récession.
    Et de toute façon, que l’État bouge le moins possible, ce serait déjà un grand pas dans la libéralisation de la société, de l’économie et des Français en général..

    • si, qu’il agisse sur les réformes structurelles de l’état. mais… comme le dit l’article, il a cédé devant ambulances et taxis, je ne le pense pas capable de réformer sa clientèle majeure :les fonctionnaires.
      A moins qu’ on soit en train de chuter dans le gouffre.

    • La France c’est comme la chèvre de Mr Seguin. Il vaut mieux qu’elle reste attachée à son piquet que d’aller découvrir le monde libre et dangereux car elle va se faire bouffer tout cru……chose qui serait finalement souhaitable pour abréger les souffrances de ce peuple !

      • Ah ! La chèvre de M Seguin. La métaphore des légionnaires dans le désert !

        Inutile de me chercher, je suis déjà dehors 😀

    • Rassurez-vous, même s’il veut forcer sa nature, ce qui me surprendrais : je met au défi de me prouver que des gens ayant un caractère en acier trempé, charismatiques avec une forte personnalité, deviennent du jour au lendemain pour raison X, des tous mous ! donc inversement.

      Il restera un socialiste dogmatique, qui plus est, ligoté par ses principaux électeurs :  » ses chers partenaires sociaux », tous les fonctionnaires et assimilés, tous les gens profitant de l’état providence, qui n’ont aucun intérêt à ce que quoi que se soit ne change justement.

      Même s’il a compris, qu’il veuille changer, il est coincé, d’autant que ses vrais et principaux opposants sont ses extrêmes qui lui feront un tir de barrage, en absence de la fausse droite, déjà baptisée la plus bête du monde et qui se force à nous le prouver sans arrêt.

      C’est pure utopie, que de croire le contraire.
      Nous sommes foutus.

  • Si Hollande est incapable d’être un Homme d’ Etat, s’il est constamment voué à tergiverser, lâche et fuyant, qu’il démissionne !
    qu’ils partent, lui et sa cohorte de ministres tous aussi nuisibles que lui. La seule chose dont ils sont capables, c’est pondre des taxes, de nouvelles contraintes. Le système est à bout de souffle il faut le changer complètement de la tête aux pieds. Pour faire peau neuve, il faut que les abonnés du système de droite comme de gauche, partent et laissent la place à du sang neuf dont les tenants mettront sur pied un système nouveau d’auto-gestion. Que les fossoyeurs de la France s’en aillent, notre pays refuse de mourir, il se battra jusqu’au bout et malheur aux vaincus !

  • Je suis chrétien et j’étudie la Bible depuis de nombreuses années, tant sur la plan prophétique que sur les plans historiques et exégétiques. Je dois dire que Monsieur Hollande et tous les gouvernements oxidentaux attirent la malédiction de dieu et donc la ruine sur nos pays du fait des rejets des lois divines.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux dernières rencontres d’Aix, notre ministre de l’Économie Bruno le Maire expliquait à juste titre qu’il n’y avait rien de plus choquant que tant d’entreprises cherchent des salariés et au même moment toujours autant de chômage. Pour lui cette inadéquation était le deuxième sujet à traiter après la priorité du pouvoir d’achat.

Et si ces deux maux étaient tout simplement les deux conséquences d’un problème plus profond à régler ?

 

Le poison du keynésianisme à long terme

Appliqué trop longtemps le keynésianisme n’es... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Nataliya Melnyk.

Nataliya Melnyk est Ukrainienne et directrice de la communication pour le Bendukidze Free Market Center, un groupe de réflexion ukrainien créé pour promouvoir la liberté, un État limité, une société ouverte et un marché libre, par l'analyse et le développement d'options politiques nouvelles et modernes, l'introduction de programmes éducatifs et l'eng... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles