Lutter contre le chômage avec des mots

À regret pour François Hollande, l’économie ne cède pas à la rhétorique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lutter contre le chômage avec des mots

Publié le 8 mars 2013
- A +

À regret pour François Hollande, l’économie ne cède pas à la rhétorique

Par Guy Sorman.

Le vocabulaire comme politique : François Hollande nous promet de « lutter » contre le chômage par la multiplication des déclarations. À regret, l’économie ne cède pas à la rhétorique : la récession française – le revenu par habitant, actuellement, diminue – détruit des emplois. L’investissement privé baisse, l’investissement public va baisser, en particulier celui des communes parce que l’État réduit leur dotation. Aucune innovation spectaculaire n’invite les entrepreneurs à se lancer dans de grandes aventures en France. L’augmentation des impôts sur les entrepreneurs et sur les entreprises réduit les marges pour investir dans l’avenir. Le verrouillage du code du travail qui, de fait, interdit de licencier, décourage tout recrutement à risque.

Tout ceci, qui est mécanique, incontesté, est la raison incontournable d’une progression inéluctable du chômage : les plus affectées sont les jeunes générations qui arrivent sur le marché du travail et n’y entrent pas. L’augmentation incessante du chômage est donc certaine.

Ce que l’on ne comprend absolument pas, mais pas du tout, est la pensée magique du gouvernement. François Hollande croit-il vraiment que le chômage va baisser alors qu’il augmente ? Pareille négation de la réalité, toute considération partisane mise de côté, ne relève plus de l’économie, mais de l’analyse psychologique.

Un précédent vient à l’esprit : François Mitterrand, de 1981 à 1983, crut aussi échapper à la réalité, en engageant un repli de la France sur elle-même, avec dévaluations répétitives (impossible aujourd’hui grâce à l’Euro, ouf !), nationalisations (tout aussi impossibles en raison de la mobilité du capital), voire retrait de l’Europe. Jusqu’à ce que la catastrophe fut si évidente que Mitterrand en 1984 appela Laurent Fabius à Matignon et Jacques Delors aux Finances, pour en revenir au réel. Mitterrand, dès lors, ne se mêla plus d’économie. Mais Fabius est passé à gauche-gauche et Delors est loin : qui d’autre ? On trouverait, bien entendu, une relève rationnelle mais au préalable, François Hollande devrait se retirer dans sa bibliothèque comme Mitterrand sut le faire à partir de 1983.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Malheureusement, il est possible que Mollande arrive à respecter en apparence son objectif d' »inversion de la courbe du chômage » en fin d’année. cela ne sera qu’une illusion et un mensonge mais les statistiques pourraient bien le servir.

    En effet :
    – les très nombreux contrats aidés prévus vont se concentrer vers la fin de l’année. Il y a actuellement 20 000 chômeurs supplémentaires par mois. Avec 100 000 emplois d’avenir, il est théoriquement possible d’annuler le chômage sur 5 mois. Il faut cependant tenir compte de l’effet d’aubaine …
    – statistiquement, en décembre, le chômage augmente moins que sur le reste de l’année grâce à l’activité généré par les fêtes, les bilans, les inventaires, …
    – il est fort possible que suite aux augmentations massives du chômage des années précédentes, le rythme de croissance diminue voir s’annule quand l’économie française aura atteint son niveau de chômage structurel. En clair, les entreprises fragiles auront globalement toutes fait faillite et les autres auront licenciés tout les salariés non indispensables …
    – l’influence du gouvernement sur de nombreux groupes para-publiques va probablement les empêcher de diminuer leurs effectifs pour s’adapter à la crise actuelle. La SNCF, la RATP, EDF, GDF, … vont probablement continuer à embaucher comme si la crise n’existait pas.
    – Via le FSI, le gouvernement va peut être sponsorisé de nombreux entreprises dans le seul but de créer des emplois au lieu de créer des entreprises pérennes …

    Il est donc possible que FH parade comme un coq vers la fin de l’année en tant que vainqueur du chômage. Cela lui laissera alors le temps de trouver un coupable pour la rechute brutale de début 2014 …

  • A priori, Jacques Delors était déjà ministre des Finances de 1981 à 1984 (c’est lui qui a apparemment laisser jouer François Mitterrand au « petit ministre des Finances », celui-ci nourrissant un complexe d’infériorité dans ce domaine par rapport à Giscard. Il a fait joujou et nous avons tous perdu). Pour ce loyal service, Delors sera nommé à la Commission Européenne en Janvier 1985.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
4
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l'autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s'agit plutôt de mesure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles