Dangers sur la dette japonaise

Les nuages s’amoncellent sur la dette japonaise, déjà à un niveau record.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dangers sur la dette japonaise

Publié le 4 mars 2013
- A +

Les nuages s’amoncellent sur la dette japonaise, déjà à un niveau record.

Par Yann Henry.
Nous avons vu lors d’un précédent article que les politiques keynésiennes menées par les différents gouvernements japonais ces deux dernières décennies avaient été inefficaces sur la croissance alors qu’elles avaient fait exploser la dette publique. Cette dernière atteint désormais 237% du PIB, ce qui correspond à un record au niveau mondial.

Comment se fait-il que l’État japonais ait pu atteindre un tel niveau d’endettement alors que récemment de nombreux États de la zone euro (PIIGS [1]) se sont retrouvés exclus (ou ont été proches de l’être) des marchés financiers faute d’investisseurs ayant confiance dans leurs obligations souveraines ? La principale explication est que la dette souveraine japonaise est très majoritairement (à 91%) détenue par des résidents, qui sont une clientèle captive, comme on peut le constater sur ce graphique résumant les détenteurs d’obligations d’État :

Parmi les détenteurs de dette souveraine nous pouvons trouver la Banque du Japon (BoJ), qui en détenait à fin 2012 114 trillions de yens se décomposant en 89,2 trillions de JGB [2] et 24,5 trillions de Treasury Bills [3]. Cela correspond à environ 10% du total, soit 24% du PIB. À titre de comparaison, la BCE, qui avait procédé au rachat de dettes souveraines des PIIGS sur le marché secondaire, n’en a pas possédé dans son bilan plus de 211 milliards d’euros, soit environ 2% du PIB de la zone euro.

La BoJ continuera à racheter massivement de la dette souveraine. Par contre, certains acheteurs traditionnels de dette (comme le fonds de pension public) devraient devenir progressivement vendeurs, à un rythme certes assez lissé dans le temps. En effet, la génération du baby boom de l’après guerre commence à arriver à la retraite et la démographie japonaise laisse présager une tendance assez lourde :

Le niveau de détention de dette japonaise par les étrangers se situe d’ailleurs actuellement à un niveau élevé et devrait donc continuer à progresser :

Le deuxième élément clef qui rend la dette japonaise encore soutenable est la faiblesse du rendement offert, qui est directement liée à une inflation faible. En effet, celle-ci, ou plus exactement l’anticipation d’inflation future, est une composante [4] importante du rendement que l’investisseur va exiger pour prêter. Le relèvement de l’objectif d’inflation de la BoJ risque donc d’avoir des conséquences importantes en augmentant le coût d’emprunt.

Négligeant ce risque, le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, a demandé à la BoJ d’atteindre une inflation de 2%. Il espère ainsi effacer une partie de la dette par ce que Keynes appelait l’euthanasie des rentiers. Les prêteurs sont bien remboursés du bon nominal, mais avec une monnaie qui a perdu de la valeur (via l’inflation donc). Par exemple, à raison d’une inflation de 2,0% par an pendant 10 ans, 100 yens en début de période ne valent plus que 82 yens à la fin : cette monnaie s’est ainsi dépréciée de 18%.

Or, de 2001 à 2011, il y a eu une baisse des prix de 2,0%. Autant dire que le gouvernement japonais n’a pas bénéficié du tout de l’effacement de la dette par l’inflation. Le gouvernement a donc forcé la main de Masaaki Shirakawa, l’actuel gouverneur de la BoJ, pour qu’il relève l’objectif d’inflation de 1% à 2%, niveau que le Japon n’a plus atteint depuis plus de 20 ans :

On constate que l’objectif de 1% d’inflation a rarement été atteint. Pour autant, la nouvelle cible de 2% ne sera pas facultative. Shinzo Abe est en effet monté en agressivité devant le Sénat en parlant de « revoir la loi fixant le statut de la BoJ » si l’objectif n’était pas atteint.

Masaaki Shirakawa, qui doit quitter ses fonctions le 19 mars, affiche une certaine lucidité sur les risques d’une telle politique. Il remarque à juste titre que si l’objectif d’inflation augmente, alors les rendements demandés par les marchés financiers seraient plus élevés, ce qui renchérirait les conditions de financement pour les nouvelles obligations. Il note (tout comme le FMI) en outre que la stabilité des banques, grandes détentrices de dette souveraine japonaise, risquerait d’être mis à mal (une augmentation des taux signifie une baisse du prix).

La dette japonaise a une durée de vie moyenne d’environ 7 ans, avec des maturités résiduelles assez courtes :

Ainsi, si l’on exclut les Treasury Bills, environ 300 trillions de yens (2 400 milliards d’euros !) de dette vont arriver à échéance de 2013 à 2017. Il s’agit d’autant d’argent qu’il faudra réemprunter, cela en plus des déficits futurs. Cela veut dire que, sur une hypothèse (toute théorique) de renchérissement homogène du coût de l’emprunt de 2,00% (écart entre la cible et l’inflation moyenne des 10 dernières années), l’État japonais devrait réserver pas moins de 48 milliards d’euros supplémentaires chaque année à la charge de la dette (sans compter les nouveaux déficits donc).

L’État japonais se retrouve donc dans une situation particulièrement périlleuse. Les deux facteurs qui rendaient sa dette soutenable sont amenés à disparaître. Tout d’abord la proportion de détention par des étrangers va s’accroître, principalement à cause de raisons démographiques. Ensuite, l’augmentation de l’inflation débouchera sur une hausse des rendements demandés par les investisseurs et risque d’entraîner le Japon dans un engrenage où la charge de la dette deviendrait difficilement supportable en plus de mettre en péril le système financier japonais.


Publié initialement sur 24hGold.

  1. Portugal, Irland, Italy, Greece and Spain
  2. JGB (Japanese Government Bond) : obligations moyen ou long terme
  3. Treasury Bills : obligations à court terme
  4. Les deux autres étant la préférence temporelle et la perception par l’investisseur du risque de crédit (voir l’article Taux d’intérêt des dettes souveraines : une baisse illusoire).
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Intéressant. J’en profite pour partager ce point de vue contrarian sur le Yen, lu sur un blog qui mérite à être connu.

    « BoJ is know to say a lot and then do a little »
    ==================================

    This is were things really get interesting! The Yen is as oversold as it has ever been, with e.g. the EURJPY cross stretched more than 22% above it’s 200-day simple moving average, something almost unheard of for a major currency pair like the EURJPY, which only happened before during the 2008 panic, for strong fundamental reasons to boot. But we’ve discovered a little something that might turn the bears dreams into nightmares… We’ve already commented about the usual strategy employed by the BoJ (to say a lot and then do a little) and it appears that this time they’ve really surpassed themselves!

    The details are as follows: the BoJ recently announced ¥13 trillion of monthly purchases of JGBs and T-Bills starting in 2014, but what has apparently gone unnoticed to the hordes of excited bears is that these purchases are gross (i.e. they include rollovers, that is purchases made to reinvest the proceeds of redeemed securities). Net purchases (which are made with newly printed money), on the other hand, won’t amount to more than ¥10 trillion per year, that is more than 10 times less than advertised (as a basis for comparison, consider that current monthly purchases amount to ¥3 trillion).

    Now this is a remarkable sleight of hand! They’ve fooled pretty much everybody into thinking they’re going kamikaze, when in reality they’re going to print one tenth of what they claimed and one third of what they already print. We think that such an achievement might warrant an entry in the Urban Dictionary: “to pull off a Japanese”. Derren Brown stands in awe.

    Of course market participants can continue to ignore reality for longer than it appears humanly possible, nonetheless with sentiment in the dumps, more and more stories pointing to the resurgence of the carry trade and extreme CoT readings we remain convinced that the Yen is going to revert to the mean and then some. It appears increasingly likely, though, that this will happen in concomitance with the decline of the stock market, exactly as in 2007: patience is advised.

    http://therothbardianinvestor.blogspot.fr/2013/02/miscellanea.html

    Yann, plutôt bear ou bull sur le Yen ? 🙂

    • Merci, article intéressant.
      Bear ou bull, difficile à dire dans un contexte où tous les pays veulent voir leur monnaie se dévaloriser. Le yen a des fondamentaux assez mauvais, mais l’euro et le dollar aussi.
      Disons qu’à court terme je vois mal le yen s’effondrer, mais qu’à moyen-long terme cela risque de sérieusement tanguer pour lui.
      Mais je ne suis pas cambiste, hein!

  • Pourquoi une « dette » libellée en yen, la devise du pays que ce dernier peut créer en quantité illimitée pose-t-elle le moindre problème? Il suffit que la BoJ crédite de deux clics de souris le compte du trésor japonais du montant nécessaire et…plus de dette. Alors pourquoi tout ce tintamarre?

    • Parce que cela ruinerait instantanément le pouvoir d’achat des nippons. Démonstration par l’absurde qu’un gouvernement composé de crétins infantiles bas du front peut ruiner son pays en deux clics de souris, sans même avoir besoin de le plonger dans une guerre meurtrière avec ses voisins.

  • Encore quelques « copains » pour l’écrasante domination Chinoise.

    Que l’Europe se prépare !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles