Assises de la solidarité internationale : comment aider efficacement au développement ?

Le gouvernement entend relancer aux assises de la solidarité internationale l'aide au développement. Pas de la bonne manière malheureusement.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assises de la solidarité internationale : comment aider efficacement au développement ?

Publié le 3 mars 2013
- A +

Par Guillaume Vuillemey.

Peu de sujets sont aussi tabous que celui de l’aide au développement. Mettre en cause le bien-fondé des milliards d’euros déversés chaque année en Afrique est sacrilège pour la grande majorité des dirigeants politiques occidentaux. Pourtant, une économiste zambienne – Dambisa Moyo – vient de publier un ouvrage à charge, désormais disponible en français aux éditions JC Lattès, dénonçant non seulement l’inefficacité de l’aide mais aussi ses conséquences néfastes. Elle appelle de ses vœux un modèle de développement fondé sur le commerce et le marché.

Au cours des cinquante dernières années, le montant total de l’aide au développement transférée des pays riches vers l’Afrique s’élève à plus d’un trillion de dollars (mille milliards). Ceci inclut des dons directs ainsi que des prêts à taux réduits. À l’heure actuelle, l’aide représente environ 15% du PIB de l’Afrique. Ceci a-t-il permis de faire reculer la pauvreté ? Non, répond l’auteur.

Au contraire, l’aide au développement encourage la corruption et permet à des régimes de se maintenir artificiellement. En raison des montants importants qu’elle engage, elle attise des convoitises et peut aviver des tensions ethniques, pouvant parfois conduire à la guerre civile. Sur le plan économique, l’aide nuit à la compétitivité des secteurs productifs, réduisant leur capacité à exporter. Elle contribue aussi au maintien de secteurs publics pléthoriques qu’il conviendrait de réformer en profondeur.

Ce n’est donc pas un hasard si, selon l’auteur, entre 1970 et 1998, c’est-à-dire durant la période au cours de laquelle l’aide au développement était au plus haut, la pauvreté a augmenté de 11% à 66%. Au fond, l’aide souffre d’un défaut essentiel : elle détruit les incitations à évoluer, à se réformer et à se développer. Pour autant, leur suppression n’aggraverait-elle pas la situation ? Au contraire, il s’agit d’une condition essentielle pour que l’Afrique trouve le chemin d’une croissance durable.

À la base de cette idée se trouve un constat simple : tous les pays qui ont connu un développement important, que ce soit en Europe, en Amérique ou en Asie, doivent leurs performances non pas à l’aide extérieure mais à leur capacité à créer des richesses. « Il y a trente ans, rappelle Dambisa Moyo, le Malawi, le Burundi et le Burkina Faso disposaient d’un revenu par habitant supérieur à celui de la Chine ». Depuis des années, la Chine connaît une croissance soutenue, parce qu’elle a réussi à gagner en compétitivité et à attirer à elle des investissements étrangers. Ce n’est pas encore le cas de nombreux pays africains.

La moitié de l’ouvrage offre des solutions possibles pour l’Afrique. Première piste de l’auteur : s’ouvrir au commerce extérieur et aux investissements directs étrangers. À l’heure actuelle, l’Afrique ne représente que 1% des échanges mondiaux alors qu’elle est proche d’un marché de taille, le marché européen. Une réelle insertion dans le commerce international suppose un contexte politique et juridique stable, ainsi que des droits de propriété garantis.

Autre piste : supprimer les subventions massives que les gouvernements américains et européens accordent à leurs agriculteurs. . Les paysans africains pourraient ainsi accéder aux marchés mondiaux et vivre de leur production ce qui serait beaucoup plus efficace que de leur octroyer des aides au développement.

Enfin, plutôt que de se financer par des prêts à taux réduits, l’économiste suggère que les États africains se financent par émissions d’obligations sur les marchés de capitaux. Ceci les pousserait à respecter une discipline plus stricte : ils devraient convaincre les investisseurs de leur solidité financière.

Derrière l’ensemble des propositions avancées par Dambisa Moyo transparait une priorité unique : le respect des droits de propriété. Selon elle, cette recette fonctionne, ainsi que l’illustre le cas du Botswana, qui fait figure d’exception en Afrique. Entre 1968 et 2001, la croissance moyenne y a été de 6,8% en raison des politiques favorisant la liberté économique : ouverture des marchés à la concurrence internationale, politique monétaire non inflationniste, pression fiscale modérée. Il n’y a donc pas de fatalité concernant l’Afrique. Avec précision et clarté, Dambisa Moyo montre la voie à suivre pour permettre un réel développement.

Dambisa Moyo, L’aide fatale : Les ravages d’une aide inutile et de nouvelles solutions pour l’Afrique, JCLattès, 2009.

À lire aussi :

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Mauvaise langue.
    3 mars 2013 at 10 h 17 min

    Ajoutons encore cetteaberration inconnue du grand public :pour éviter toute connotation de néo-colonialisme à notre vertueuse Europe, l’aide ne peut se faire qu’en numéraire, et interdit toute donation en nature, et exclut donc nos entreprises des grands chantiers africains, et des transferts de technologie qui en découlent nécessairement.

    Pour faire court, ce sont les entreprises extra-européennes, et surtout chinoises, que nous subventionnons !!!

    Bah, la vertu n’a pas de prix !

    • Oui et un autre avantage du « numéraire » est qu’on peut le mettre plus facilement dans une ou des enveloppes..

  • Hé ! Le commerce présume un contrat entre égaux, soit un échange équilibré, en une parfaite réciprocité (supposée établir entre eux une situation WIN-WIN ).
    Ceci n’est évidemment pas à confondre avec les « contrats léonins », donc asymétriques, signés au profit de et à la manière chinoise, cette dernière s’apparentant à du commerce mafieux (assortie de bakchichs jaunes à quelques noirs bien choisis) !

    En contraste, les procédés favoris de nos courants des gauches ont toujours consisté et consisteront encore longtemps à vassaliser ceux vers qui des « avantages » sont consentis. Ce donnant-donnant entre suzerains et vassaux, n’est pas à confondre avec une situation équilibrée win-win entre leurs peuples respectifs.
    En dépit de l’existence d’une intelligencia africaine et de grands potentiels économiques déjà démontrés sur ce continent, faut se souvenir d’une étude internationale publiée il y a quelques années. Etude qui nous révélait un bilan désastreux des entrées-sorties « d’argent solidaire » saupoudré vers l’Afrique : il en sortait autant par des canaux d’une profonde corruption de leurs dirigeants que ce qu’en accordait la générosité des organes donateurs étatiques d’Occident et ceux internationaux (genre ONU, U.E., etc.). Soit une situation où la métaphore de la baignoire percée est d’actualité.

    Malgré les efforts louables de plusieurs ONG charitatives, ceci échappe encore grandement à tout contrôle des donateurs. Faut-il s’en souvenir ?

  • Ahem.
    Juste une remarque : un trillion c’est un milliard de milliards pour tout le monde, SAUF chez les anglo-saxons et les Brésiliens pour qui il signifie bien mille milliards.

    À cause de cette ambiguïté, partout (sauf chez les anglo-saxon — œuf corse — et les Brésiliens, bien sûr), on préfère toujours utiliser l’expression « mille milliards » (de mille sabords !). Ça évite les malentendus…

  • facebook_bilou.moliets
    5 mars 2013 at 8 h 31 min

    ce bouquin est sorti depuis 2010 en français…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Edgar. A. Rutaagi. Un article de Libre Afrique

[caption id="attachment_275947" align="aligncenter" width="640"] By: Department of Foreign Affairs and Trade - CC BY 2.0[/caption]

S’il existe un grand nombre d'études sur le but et l'efficacité de l'aide étrangère, le consensus au sujet de son impact sur la croissance économique est absent. Les premières études par Papanek (1973), Dowling et Hiemenz (1982) indiquent un effet positif sur la croissance, confirmée par des études ultérieures comme celle d’Arndt et al. (2009, 2010).... Poursuivre la lecture

Par Ferghane Azihari.

[caption id="attachment_208866" align="aligncenter" width="586"] Aide mondiale au développement par pays en 2009 (Crédits OCDE, tous droits réservés)[/caption]

Les États riches se vantent d’être les vecteurs de la solidarité internationale via des politiques de redistribution volontaristes. De la main gauche, ils versent des milliards d’euros au titre de l’aide publique au développement et prétendent fournir une assistance efficace et désintéressée lors de crises qu’ils contribuent à entretenir. Cette « sol... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Fontan.

Le développement économique du continent africain est très lié à l'Europe. Les liens entre ces deux continents sont anciens et datent notamment de l'époque coloniale. Ils se manifestent notamment par les échanges commerciaux, d'investissements et de populations. Dès lors, et même si l'Afrique est diverse et ne forme pas un tout homogène, il apparaît cependant que la crise globale qui touche l'Europe souligne la fragilité du continent africain et pousse ce dernier à orienter sa stratégie de développement vers des pay... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles