Les maisons de retraite, un investissement d’avenir

Les maisons de retraite, un secteur appelé à se développer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les maisons de retraite, un investissement d’avenir

Publié le 8 février 2013
- A +

Les maisons de retraite, un secteur appelé à se développer.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

KPMG édite chaque année un rapport de son observatoire EHPAD. Il s’agit d’une étude menée auprès de 323 établissements publics et privés (téléchargeable en pdf). Parmi les principales données que nous fournit cette étude, citons les éléments suivants.

Le coût

En Île-de-France un résident devra payer 2242€ par mois en moyenne, contre 1819€ (61€/jour) dans les établissements situés hors Île-de-France. Cela représente un surcoût de 26%. Il est à noter que le coût net moyen d’un résident s’établit en moyenne à 89€/jour (en fait 109€ en Île-de-France et 88€ hors Île-de-France).

Le taux d’encadrement qui augmente, mais faiblement

Le taux d’encadrement moyen s’établit à 0,59 ETP (Équivalent Temps Plein) par lit occupé. Pour un établissement accueillant des personnes âgées très dépendantes, ce taux atteint 0,64 ETP. Il convient de rappeler que le Plan Solidarité Grand Âge mis en œuvre entre 2007 et 2012 prévoyait d’atteindre une moyenne de 0,65 ETP par lit occupé, niveau auquel nous ne sommes pas parvenus pour l’instant. Il évoquait même la nécessité d’augmenter le taux d’encadrement à 1 professionnel pour 1 résident pour les personnes âgées les plus malades et les plus dépendantes.

L’âge d’entrée

Il y a 25 ans, l’âge moyen d’entrée en maison de retraite était de 80,2 ans, puis de 83,5 ans en 2007 pour s’élever aujourd’hui à 85,06 ans. L’âge moyen des femmes hébergées est de 85,84 ans contre 84,62 ans pour les hommes.

La dépendance

Le niveau de dépendance des résidents en EHPAD a augmenté depuis 2009. Ainsi, les établissements du panel de l’observatoire KPMG affichaient en 2009 un niveau de GMP (Gir Moyen Pondéré) moyen de 646, alors qu’il atteint 670 en 2011. Les EHPAD publics accueillent des résidents plus dépendants : 50% des EHPAD publics ont un GMP moyen supérieur à 700 contre 34% des EHPAD privés non lucratifs.

L’occupation

Le taux d’occupation moyen des EHPAD du panel KPMG est de 96%, à un niveau stable par rapport à l’an dernier (97%). Le taux de nouvelles admissions s’élève à 27% par an.

Les perspectives

Selon les projections de l’INSEE, en 2035 un Français sur trois aura plus de 60 ans, et en 2060 les personnes âgées de plus de 80 ans représenteront 10% de la population totale contre 4,5% actuellement. Cette évolution démographique va engendrer une augmentation de la demande en matière de prise en charge des personnes âgées dépendantes. On comptabilisait en 2007, 684 158 places en établissements d’hébergements pour personnes âgées contre 674 782 places en 2003, soit une évolution de 1,4%. C’est donc un secteur appelé à un fort développement et qui, nous venons de l’évoquer connaît un taux de remplissage exceptionnel. Seule éventuelle ombre au tableau, Madame Duflot. En effet, elle serait en train de réfléchir à un « encadrement des loyers dans les maisons de retraite », comme dans le secteur libre.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Je voudrais savoir si les libéraux sont pour la co-existence de deux statuts pour les maisons de retraite.
    – les maisons de retraite privée où les loyers et prestations sont libres
    – les maisons de retraite publiques à loyers réglementés.

    • Un libéral n’est jamais pour un service public pouvant être rendu par le privé. L’armée, la police et la justice ne peuvent être rendu que par l’état, c’est son rôle, et rien de plus.
      Si sur un même marché, des entreprise publiques et privées cohabitent, soient les entreprises publiques sont soumises aux mêmes contraintes que le privé (notamment par absence de subvention), elles n’ont aucune raison d’être et si elles sont subventionnées (ou soumise à des contraintes différentes) elles feront une concurrence déloyale aux acteurs privés.
      C’est rigoureusement le même problème que les HLM, en fait.
      Et l’argument « oui mais il y a des vieux (personnes âgées (personnes avancées en age)) qui n’ont pas les moyens de payer » ne tient pas : l’age moyen d’entrée en maison de retraite est de 85 ans, ce qui signifie qu’une personne à 85 ans pour s’assurer d’avoir un revenu suffisant (ou un capital suffisant à liquider, comme une résidence principale) pour financer les quelques dernières années de sa vie.
      L’état n’a pas à favoriser les cigales aux dépends des fourmis !

      • oui ben moi figure toi que j’ai mis ma mère dans une maison de retraite publique, dans laquelle elle ne paye que 2100 euros par mois au lieu de 3000 (minimum) dans les autres maisons privées situées dans le même secteur.
        Donc je ne vois pas pourquoi d’un coté , vous allez vanter les merites de Iliad free pour ses tarifs et d’un autre coté, vouloir la disparition des maisons de retraite publiques, bien moins chères que celles du secteur privé (car il n’y a pas de dividendes à verser aux chers actionnaires).
        Tu vas moins critiquer le secteur public quand tu devras payer (en partie) les frais de maison de retraite de tes parents.

        • @ harrisburg : Si on avait laissé le privé créer et gérer en fonction de la demande, vous auriez certainement trouvé moins cher que 2100 euros par mois !

          De plus, il faudrait voir ce que perçoit une maison de retraite publique au niveau des subventions et chiffrer les investissements publics. On comprendrait qu’elles sont moins chères en apparence. Rien est gratuit en ce bas monde, même quand on souhaite vivre au dépend des autres.

          De mon coté, si mes parents n’ont pas les moyens d’aller en maison de retraite, ils seront chez moi.

          •  » De mon coté, si mes parents n’ont pas les moyens d’aller en maison de retraite, ils seront chez moi. »
            N’importe quoi , on voit bien que tu ne connais pas le problème.

        • Si tu payes moins cher, c’est grâce aux subventions payées par d’autres qui permettent de créer des faux prix, pas parce qu’il n’y a pas d’actionnaires. Tu payes moins cher et c’est du vol.

  • « N’importe quoi , on voit bien que tu ne connais pas le problème. »

    Si, je vous rassure, je ne connais peut-être pas le problème, mais j’ai déjà prévu ce point il y a deux ans.

    Ceci étant, le véritable problème vient de la réglementation. Je ne connais peut-être pas non plus ce problème, mais j’ai une bonne idée des contraintes administratives et financières pour l’autorisation d’ouverture d’une maison de retraite. Ainsi, on peut comprendre les prix élevés !

    • Les EHPAD privées sont sous perfusion de fonds publics. Sans cet apport, à travers les conventions tripartites, les tarifs hébergement seraient très élevées. Je suis donc assez surpris par la présence de cet article sur Contrepoints. Il serait nécessaire de vous pencher sur la question. Pour rappel, les EHPAD, même privées commerciales, reçoivent de l’argent des conseils généraux (dependance) et de l’assurance maladie (soins).
      Ensuite, les EHPAD privées ont généralement des GMP supérieurs à l’association et au privé. L’étude KMPG a pour échantillon les établissements publics et associatifs…
      Le secteur privé commercial, un investissement d’avenir? Oui si la perfusion de fonds publics se poursuit. Non, dans le cas contraire. Les prestations d’hébergement ne serait qu’à cessible que par une minorité de français.

      • Vu le niveau des retraites dans le privé et la baisse prévue actuellement, ces maisons seront tout simplement inaccesibles.
        Prendre une personne dépendante chez soi, il ne faut vraiment rien connaître au sujet, suivant le niveau de dépendance il faut être à ses côtés jusqu’à 6h par jour, supporter un dérèglement mental ultra pénible pour l’entourage et même souvent incapacité de faire face etc. etc.
        Bref la vie s’allonge mais dans quelle conditions, la société n’est pas du tout prête à affronter tous les problèmes dûs à Alzeimher, Parkinson etc.
        Je suis face à ce problème, mes revenus ne me permettent pas d’offrir un Ehpad, oui je vais devoir vendre ma maison, pour aller sous les ponts à mon âge.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Dans les époques troubles, il est bien difficile de savoir quel comportement adopter. D'aucuns, poussés par la nécessité, font ce qu'ils ne feraient pas d'ordinaire, d'autres révèlent leur vraie nature, qui peut être de subir sans regimber ou, au contraire, de s'imposer, sans scrupules et sans gêne.

Dans La Boisselière, Sylviane Chatelain met en présence de tels personnages, dans leur diversité. La période est troublée. L'auteur ne précise pas pourquoi. En tout cas, il semble que les villes ne soient pas sûr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

[caption id="attachment_181340" align="alignright" width="352"] Valérie Cohen[/caption]

Les maisons de retraite, les EMS suisses (établissements médico-sociaux), les résidences du troisième âge sont des lieux connotés vieillesse, c'est-à-dire de prime abord infréquentables. Pourtant les vieux d'aujourd'hui ne sont pas les vieux d'antan, et même de naguère. Ainsi, par exemple, un ou une sexagénaire, de nos jours, a, en principe, encore bien des années devant lui ou devant elle.

Il y a lieu de se réjoui... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Expulsons de la nonagénaire !

La presse s'est à peine remise de ses émotions culturelles avec la panique cinématographique provoquée par un producteur franc du collier et le départ fiscal d'un Depardieu déjà accueilli en Belgique et en Russie que voilà déjà une nouvelle polémique dans les tuyaux : une maison de retraite privée a expulsé une nonagénaire pour défaut de paiement !

Les médias citoyens lourdement conscientisés expliquent bien les tenants et les aboutissants de l'affaire. Que ce soit Le Mâonde, Labération, ou encore le Nouvel Obturateur, ou tous ... Poursuivre la lecture