Mali : Hollande, un chef de guerre stratège

La stratégie va-t-en-guerre de Hollande est difficile à suivre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013484 Mali

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Mali : Hollande, un chef de guerre stratège

Publié le 4 février 2013
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Dans l’euphorie va-t-en-guerre de la presse française, il me paraît bon de rappeler que le cher Leader déclarait le 11 novembre 2012 que « nous n’interviendrons pas, ce sont les Africains qui décideront », puis que nous les aiderions « matériellement, mais il n’y aura pas de soldats qui participeront à cette opération » (13 novembre). Puis, il sera question d’appui aérien, puis d’envoyer les forces spéciales, puis 4 000 soldats, puis qu’on « détruirait » les islamistes, puis qu’on resterait le temps qu’il faut, puis qu’on se barre. Outre le fait qu’avoir dit qu’on n’irait pas a favorisé les raids des jihadistes qui ont déclenché la riposte française fissa-fissa, il est tout aussi intelligent de leur faire savoir qu’on part en mars. Un peu de patience, les gars, vous pourrez revenir. Soyons rassurés, on a un vrai chef à la barre.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale, Gabriel Attal a annoncé deux milliards d’euros de baisses d’impôts pour les classes moyennes, financées par la solidarité nationale.

En langage courant, cela signifie payé par les riches. Les classes moyennes ne devraient pas se réjouir trop tôt : François Hollande avait déjà opéré ce type de transfert fiscal au début de son quinquennat et pour lui, être riche commençait à 4000 euros par mois. Le jeune Gabriel Attal était à cette époque membre du cabinet de Marisol Touraine. Le fruit ne tombe... Poursuivre la lecture

Ces deux dernières années ont été marquées par des agissements coordonnés de la Russie dans la bande saharo-sahélienne, au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Mais ces avancées politiques, militaires et économiques russes, au détriment de la France, ne sont pas isolées. Elles sont accompagnées par une démarche géographiquement identique de la République islamique d’Iran. Une troisième stratégie est également à l’œuvre, à travers l’apparition de candidats populistes aux élections dans d’autres pays francophones. La France et l’Union européenne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles