Cameron : le discours le plus eurosceptique d’un Premier Ministre britannique

La semaine passée, David Cameron a tenu un discours sur la place de son pays en Europe qui a étonné jusque dans son camp.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cameron : le discours le plus eurosceptique d’un Premier Ministre britannique

Publié le 28 janvier 2013
- A +

La semaine passée, David Cameron a tenu un discours sur la place de son pays en Europe qui a étonné jusque dans son camp.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.

Quel moment extraordinaire. Il n’y a pas plus de deux ans, le Premier Ministre déclarait qu’il ne voyait aucune utilité à un référendum car il ne souhaitait pas quitter l’UE. Aujourd’hui, il estime que la Grande-Bretagne a besoin d’un nouvel accord si elle doit rester membre. Et, singulièrement, ceux qui décideront s’il s’agit d’un accord intéressant ou non ne seront pas les ministres et autres mandarins qui nous ont plongé dans cet état malheureux actuel, mais l’électorat entier.

En tout cas, mes lecteurs réguliers ne seront pas surpris par ce potentiel engagement à l’égard d’un référendum. Mais ils pourraient être sans doute surpris, comme je l’ai été, par le ton eurosceptique des autres passages : pas de « démos » européen, la primauté des parlements nationaux, l’importance de rapatrier le pouvoir (et unilatéralement si nécessaire), la fin de cette métaphore idiote de l’Europe à deux vitesses. Il est vrai, et pas franchement nouveau, que le Premier Ministre souhaite que la Grande-Bretagne reste dans l’UE. Mais même s’il a rejeté l’option norvégienne, j’ai remarqué ses petits mots doux à l’égard de ce pays comme l’ouverture à un accord où la Norvège, la Grande-Bretagne, la Suisse et d’autres pourraient former une zone de libre-échange pan-continental, dans laquelle les membres les plus intégrationnistes de l’UE seraient libres de créer une structure fédérale séparée – comme imaginé ici.

En quittant le magnifique siège social de Bloomberg à la suite de ce discours, un correspondant politique me demanda si je n’étais pas déçu. Je l’ai regardé avec incompréhension. Déçu ? J’ai passé ma vie entière à faire campagne pour un référendum sur la participation à l’UE. Sur les deux dernières années, à travers le site People’s Pledge, ça a été mon cheval de bataille politique. (Au fait, faites une petite révérence, tout ceux qui ont signé la pétition : ceci est autant votre victoire qu’à n’importe qui). Déçu ?

Ah, continua le journaliste, mais vous ne pouvez être heureux qu’il souhaite renégocier en premier lieu. Vraiment ? Je suis quasiment sûr d’avoir été le premier à voir suggéré l’option de renégociation-suivi-d’un-référendum en 2011. J’ai passé 16 mois à en faire la promotion, au détriment de certains lecteurs qui estimaient que je devenais pessimiste. Mais cela a marché. Le Premier Ministre a changé d’avis. Je suis donc censé être déçu maintenant parce que David Cameron a accepté mon idée ?

Bien entendu, ce journaliste n’aura pas à chercher longtemps avant de trouver quelques grincheux. Il existe toujours des personnes en politique qui cherchent une excuse pour être négatifs. Nous avons besoin d’un vote au parlement, disent-ils. Ok les gars : quand vous arriverez à mettre d’accord le Parti Travailliste et les Lib-Dems, vous me rappelez. Le projet dépend de la victoire des Conservateurs aux élections, disent-ils aussi. Oui, en effet, c’est un peu l’idée générale de ce type de promesse électorale. Les Conservateurs nous ont promis un référendum à la dernière élection et nous ont laissé tomber, disent-ils encore. C’est faux : David Cameron avait laissé tomber la promesse du référendum 6 mois avant le jour de vote, et s’est de fait certainement privé d’une majorité manifeste. Je pense que c’était une erreur – j’en ai quitté le cabinet ministériel en signe de protestation – mais ce n’était pas un mensonge. Les personnes ayant promis un référendum et ayant voté son contraire étaient les Libéraux-Démocrates.

Pensez à tout ce que nous avons accompli depuis 2011 lorsque Cameron disait : « Je ne pense pas qu’un référendum sur le fait de rester ou non dans l’Union européenne soit une bonne idée, car je ne pense pas que quitter l’UE soit dans l’intérêt britannique. » Qu’est-ce qui lui a fait changer d’idée ? En partie le People’s Pledge, en partie le righteous 111 MPs qui ont démontré à quel point l’opinion de la population changeait vite au sujet du référendum, en partie la crise de l’eurozone et en partie l’UKIP.

C’est pourquoi il est étrange d’entendre les amis de l’UKIP chicaner et critiquer à la suite du discours. Le Premier Ministre du Royaume-Uni vient tout juste d’accepter la politique qui était votre demande principale des 20 dernières années. Arrêtez de vous plaindre, les gars, et préparez-vous au combat et à gagner ce vote.


Sur le web.
Traduction : Virginie Ngo pour Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Une manière de rendre plus attractifs les paradis fiscaux britaniques, mais c’est quand même des iles de robinson, avec plein de vendredi.

  • Il faut qu ils sortent de l Europe, comme l Allemagne, la Finlande, la Hollande….la Grece ! C est ingérable de technocratie cette Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles