Le Japon et la France, les deux prochains problèmes mondiaux ?

Avec ce début d’année, les (mauvaises) nouvelles économiques s’accumulent pour deux pays : le Japon et la France…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Japon et la France, les deux prochains problèmes mondiaux ?

Publié le 10 janvier 2013
- A +

L’année 2013 est maintenant correctement entamée et le retour complet à l’activité, après les quelques jours de pause normale de la période de fête, permet de regarder rapidement les jolis clignotants (verts pour Lagarde) et autres indicateurs de l’économie mondiale pour se faire une idée de ce qui nous attend dans les prochaines semaines. Et les dernières nouvelles laissent présager quelques épisodes houleux.

Et au niveau mondial, deux éléments se distinguent particulièrement. Et alors qu’on pourrait s’imaginer que ce soit la Chine (avec cette étrange nouvelle de quadruplement de ses importations de riz) ou encore les États-Unis (avec cette loufoquerie de pièce en platine d’un trillion de dollars). Il n’en est rien. Lorsqu’on fouille un peu au-delà de l’écume des jours, les deux pays qui se distinguent sont, à l’Est, le Japon, qui montre des velléités de sortir de son marasme, sans pour autant sembler éviter des écueils majeurs, et à l’Ouest… la Belle & Majestueuse Socialie Française sous le règne de François Mimolette dit Charnière, cette espèce de gond, aux commandes.

japan debt as % of GDPPour le Japon, ce n’est pas vraiment dans la presse française qu’on trouvera de la matière pertinente. Mis-à-part quelques remarques générales sur le désir de l’Empire du Levant d’accroître ses dépenses militaires liées au ravivement des tensions avec la Chine, on ne trouve pas grand-chose. C’est donc dans la presse étrangère qu’on tombe sur quelques informations solides. Der Spiegel nous fournit ainsi un article intéressant dans lequel on rappelle qu’un quart du budget annuel du pays est destiné à rembourser les intérêts d’une dette que nos amis teutons n’hésitent pas à qualifier de kölossale (et à 245% du PIB, on les comprend).

Évidemment, cette situation est grandement simplifiée par le fait que la dette japonaise était jusqu’à présent essentiellement détenue par les Japonais eux-mêmes ce qui permettait d’obtenir des taux d’intérêts fort bas. Je dis jusqu’à présent, car avec le vieillissement inévitable et déjà bien entamé de la population japonaise, la source d’épargne (et donc, la source d’investissement dans la dette d’État) se tarit. Mécaniquement, le Japon va devoir, tôt ou tard, emprunter de plus en plus sur un marché international déjà particulièrement échaudé par les autres pays. Et compte-tenu du niveau d’endettement déjà atteint, les taux risquent bien d’exploser, mettant le pays devant un véritable mur infranchissable de dettes.

Natalité au japon

Quant à la solution de la planche à billet… elle ne marche pas. Shirakawa, le gouverneur de la banque centrale japonaise, admet ainsi

Pour le moment, l’effet de notre politique monétaire de stimulation de l’économie est très limité. La monnaie est là, la liquidité est abondante, les taux d’intérêts sont très bas, mais les entreprises n’utilisent pas ces conditions financières accommodantes. Le retour sur investissement est trop bas.

Cela fait des années que le Japon tente cette approche, n’obtient aucun résultat et l’explique à qui veut l’entendre. Bizarrement, cela n’empêche pas les Américains (trop heureux de suivre les propositions idiotes de Krugman et Bernanke) ou les Européens (Draghi, le frétillant Goldman-boy en tête) de suivre exactement le même chemin, avec exactement le même résultat. Et on comprend aussi pourquoi le nouveau premier ministre japonais, Abe, a bien du mal à convaincre le gouverneur lorsqu’il veut injecter 91 milliards de dollars dans l’économie japonaise. Le Keynésianisme, finalement, c’est de la crotte et ça ne marche pas même chez ceux qui y croient dur comme fer.

Du reste, ce qui est remarqué par Der Spiegel l’est aussi par LibreMercado, journal en ligne espagnol, qui explique exactement la même chose : depuis l’arrivée au pouvoir du Parti Libéral Démocrate (et qui n’a de libéral que le nom, comme d’habitude), c’est Open Bar sur l’interventionnisme et les dépenses d’État pour « relancer ». Cette attitude, d’après l’article, risque bel et bien de propulser le Japon dans les mêmes eaux (financières) que la Grèce dont on sait qu’elle est maintenant complètement insolvable, en faillite et dans le proverbial caca.

À l’Ouest, vraiment plus à l’Ouest, on trouve ensuite la France. Là encore, ce ne sont pas les éditoriaux les plus palpitants d’une presse sursubventionnée qui nous permettront de dresser un constat correct pour ce pays. Il nous faudra y chercher des signes parallèles, ou aller regarder dans les productions outre-Manche. Oui, certes, la perfide Albion peut se fendre de titres un peu racoleurs, comme celui-ci, par exemple, qui n’hésite pas à noter avec justesse la concomitance de deux actualités gênantes :

the eu zone is not working

Le lundi, on apprend que les problèmes de la zone euro seraient résolus d’après Barroso, et le mardi, sapristipopette, on bat le record du taux de chômage de la zone euro. Et au milieu de cette zone euro en délicatesse, on trouve la Socialie Française, dont le premier représentant, au sourire et à l’œil si pétillant d’intelligence contenue, laisse augurer du meilleur. Là encore, il faudra se reporter à la presse étrangère pour un état des lieux réaliste : si on peut convenir que les taux d’emprunts actuellement pratiqués sont suffisamment faibles pour éviter tout stress, l’économie française n’en est pas moins en panne. Et d’après Shawn Tully, l’auteur de l’article lié, c’est une panne sévère :

Pour le dire simplement, les produits français – ses voitures, son acier, ses vêtements, son électronique – coûtent bien trop à produire comparés avec les mêmes biens venant aussi bien d’Asie que de ses voisins européens, non seulement en incluant l’Allemagne mais aussi l’Espagne et l’Italie. Ceci provoque une baisse forte et en pleine accélération de ses exportations, et un déclin notoire dans l’industrie et les services qui les nourrissent.

Pour lui, c’est bien la France, et non la Grèce, l’Italie ou l’Espagne, qui pose le plus grave problème de la zone euro : là où ces derniers pays, confrontés au même problème de compétitivité qui dégringole, ont commencé (même timidement) les ajustements structurels nécessaires et parlent à présent de refontes fiscales, la France s’entête dans son immobilisme. L’auteur s’étonne (presqu’aimablement) qu’une économie de cette taille puisse s’effondrer aussi vite. À mon avis, il n’a encore rien vu.

Parce que parallèlement à ces contre-performances de compétitivité, le marché immobilier continue de tousser de plus en plus fort. Or, ce que nous ont appris des pays comme l’Espagne ou les États-Unis, c’est qu’un immobilier qui chute provoque des effets de bords mémorables sur le reste de l’économie (effets qui viendraient s’additionner à ce qu’on observe déjà et qui est dès à présent jugé préoccupant outre-Atlantique). Et pour l’immobilier, comme l’a rappelé The Economist dans son dernier indice des prix, la France est, en Europe et après la Belgique, le pays où les prix sont les plus surévalués, de 43% en moyenne.

Bulle Immobilière

À ceci, on devra ajouter les récentes tendances du marché (dans lequel on découvre que des soldes sont mises en place, oui, des soldes !) et le fait que, selon la FNAIM, les agences immobilières ont perdu en 2012 plus de 10.000 emplois (sur un total de 80.000) et ont vu 3000 d’entre elles fermer leurs portes (soit 10% du total).

Avec un immobilier qui va, inévitablement, dégonfler plus ou moins brutalement (ne pariez pas trop sur un atterrissage en douceur, ce serait du jamais vu), on peut s’attendre à une année 2013 puis 2014 particulièrement agitée. Et il sera impossible de pointer du doigt une austérité dont on peine à voir le moindre début de contour, cette dernière étant définie comme une baisse des déficits (LOL n°1), et une baisse des dépenses de l’État (LOL n°2).

Bien évidemment, la date précise à laquelle la panique éclatera est impossible à fournir. Mais avec un consensuel mou comme Hollande, incapable de la moindre décision couillue, on voit franchement très mal comment on va l’éviter.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Excellent article !

  • Je partage votre analyse sur l’année à venir, et n’est aucun espoir sur les éventuelles actions de nos politiques. Cependant, une baisse des prix serait une véritable bouffée d’air pour les ménages et pour de nombreux professionnels du bâtiment.

  • Depuis au moins 5 ans, l’immobilier est surévalué . Aujourd’hui une baisse de 30% au moins est nécessaire pour le relancer . Il faudra également , à l’image d’autres secteurs qu’une offre low cost ( peut etre grace à des normes moins restrictives , de nouveaux réseaux de distributions et des taxes low cost (si ,si on y viendra)) se développe en France pour relancer l’activité.

  • Oui c’est excellent comme bien souvent …. Et j’ai beaucoup ri.

    M’autorisez vous a utiliser le roi des gonds pour cette periode charniere? Merci.

    Steph du Canada.

  • Quand on est en terrain miné, pourquoi s’étonner si les mines sautent un jour ou l’autre. Quand on creuse un trou dans du sable, il finit par s’écrouler, tout gamin sait cela.
    Vous n’avez pas encore compris qu’Hollande croit en sa belle étoile et à la philosophie de Rawls. C’est vrai, devenir président en ayant rien foutu, ça tient du miracle. C’est mieux que Lourdes. De plus rabâcher « juste » à longueur de journée aide à ne pas voir la réalité.
    Bon, pourquoi voulez-vous que notre miraculé national fasse quelque chose, le destin et l’Amérique, sauront, lors d’une reprise tout aussi miraculeuse qu’inattendue, sauver la France éternelle de sa dette sans aucune réforme des impôts, du code du travail….
    Et vous, journalistes septiques, sapeur de moral, assassins de l’espoir, il ne vous restera plus qu’à revêtir votre robe de bure préférée pour demander pardon de votre manque de foi en notre élu du destin.

  • Mon pauvre H16 chéri, vous n’avez pas idée… Revoyez « 2012 » et re-sortez vos éditions de Hayek en « metal edition » pour mieux cogner les assaillants…
    Votre. Avec respect…

  • « il sera impossible de pointer du doigt une austérité»

    Chiche ! La gogoche accuse déjà Hollande de faire des politiques de drouaaate.
    On aura certainement des J0fr1 et autres pour dire que c’est la fotalostérité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’encadrement des loyers a été réactivé par le vote de la loi Elan fin 2018. Il vise à limiter le montant des loyers dans les communes situées dans les zones tendues. Dans ces communes le loyer à la relocation va être bloqué à une valeur maximum, appelée valeur de référence majorée, calculée à partir de valeurs fournies par l’observatoire des loyers de chaque agglomération. (Détail du système).

Les obligations sont si nombreuses et complexes que les petits bailleurs privés devront passer de nombreuses heures à assimiler le principe où ... Poursuivre la lecture

Par David L. Veksler.

 

Vous êtes-vous déjà demandé s'il existait un chiffre unique qui vous permettrait de savoir si vous avez réussi sur le plan financier ? Il en existe un en fait : la "règle des 4 %".

La règle des 4 % est une règle empirique utilisée par la plupart des conseillers financiers selon laquelle le fait de retirer un maximum de 4 % de votre portefeuille par an vous permettra de vivre indéfiniment sur vos économies. La règle est basée sur 75 ans d'histoire des marchés boursiers et, bien que le pourcenta... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles