L’Ânesse et la Sangsue

L’Ânesse appelée France était son propre maître en portant l’Industrie de Commerce et Service…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Ânesse et la Sangsue

Publié le 6 janvier 2013
- A +

L’Ânesse appelée France était son propre maître en portant l’Industrie de Commerce et Service…

Une fable politique de Thierry Guinhut.

L’Ânesse appelée France était son propre maître
En portant l’Industrie de Commerce et Service :
Ainsi elle faisait sa fortune parfaite,
Tout en rendant prospère animale contrée,
Malgré de bien criantes inégalités.
Mais au Roi léonin, gouvernant non sans vice,
La Mort rendit visite.

On dénonça du Lion la carrure petite,
Ses riches carnassiers, sans services public.
Le Parlement des chiens, aboyeurs et leurs cliques,
Élut un Président, volatile bavard
Au point d’aller séduire et moutons et renards.
Trouvant trop de richesse à courageuse Ânesse,
Travailleuse sensée, rentable et bien pourvue,
Ce rapace pensa compenser leur paresse
En ponctionnant sa chair d’une active Sangsue :

« Il s’agit de donner et d’être solidaire,
D’attribuer au Pauvre une richesse usuraire.
Augmentons donc l’impôt, car tout doit vivre heureux,
Du reptile aux sangsues, jusqu’au ver malheureux.
Offrons aux Séides d’État
Le moyen de passer les plats ! »

Charognard Président, zélé législateur,
Inique profiteur, revanchard électeur,
Infiltrant le mulet, asséchant l’âne nu,
Surent créer l’emploi : tous devinrent sangsues !
Au point que dans la rue
Leur cohorte agrippée à notre gent asine,
Sévice public, Enfer fiscal, assassine…
En place de la multiplication des pains,
On multiplie des Pauvres leurs pauvres mains.

Obèse, la Sangsue, plus lourde que l’Ânesse,
Empoisonne et entraîne, en pesanteur traitresse,
Son hôtesse au fossé, agrafée à son corps,
Sans pouvoir s’en défaire et saignant tout son or,
Par chaînes de sangsues, tous squelettes dehors,
Dilapidant en vain le produit de l’effort,
Jusqu’à voir venir son trépas.

Que croyez-vous qu’il arrivât ?
Le Parlement creva,
Le Président vautour se trouva efflanqué,
La cravate lâchée, la braguette éculée,
Jeté hors du Palais, par la plume et le poil
Qu’ils perdaient sur leurs os sans voiles.
Quant au Pauvre, étripé, sa larme ultime fut
Pour l’Ânesse perdue.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bravo. J’aime particulièrement le dernier paragraphe. Je partage à tous mes amis. C’est clair et net… pas beaucoup d’espoir cependant.
    j’aime : « la cravate lâchée, la braguette éculée » et « sur leurs os sans voile »…. Bravo !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En règle générale, on peut connaitre l’idée globale d’une loi aux États-Unis à son titre.

Dans la (quasi) totalité des cas, il indique ce que la loi ne fera pas. Le Patriot Act, par exemple, était tout sauf patriotique, il a augmenté la main de fer de Big Brother comme jamais auparavant et a normalisé le harcèlement sexuel (et le voyeurisme) pour prendre l’avion.

Idem avec la loi récemment adoptée pour « combattre » l’inflation. Votre main à couper qu’elle fera tout sauf ça – même ses défenseurs sont incapables de défendre ce po... Poursuivre la lecture

La redistribution des ressources ou des revenus est généralement considérée comme l’une des activités essentielles de l’État et on prétend même souvent que l’existence d’un État est justifiée précisément par sa capacité à établir une égalisation des ressources ou des revenus entre les individus ou entre les familles. Très récemment, il a été suggéré que l’État français intervienne pour que les revenus de certaines personnes deviennent égaux à ceux d’autrui.

 

Si l’égalité entre les personnes (ou les familles, ou les membres... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles