JT fiction de France 2 : les pieds dans le plat

JT France2

Le 20 décembre 2012, France 2 a proposé dans le JT présenté par David Pujadas un scénario noir pour l’année à venir qui a suscité de nombreuses critiques des internautes.

Le 20 décembre 2012, France 2 a proposé dans le JT présenté par David Pujadas un scénario noir pour l’année à venir qui a suscité de nombreuses critiques des internautes.

Par Charles Sannat.

La France en fureur !

Le 20 décembre dernier, France 2, notre chaîne nationale, diffuse dans son JT de 20 heures deux fictions. Deux scénarios économiques pour 2013. Le premier est le scénario rose, qui globalement n’a retenu l’attention de personne semble-t-il parce que personne n’y croit vraiment.

Puis vient le scénario noir. Celui d’une forme d’effondrement économique avec, à la fin de l’année 2013, l’explosion de l’euro sur fond d’émeutes urbaines… surtout en Espagne (il ne faut pas nous dire tout de même que cela pourrait se passer en France).

C’est une grande première. L’hypothèse d’un scénario noir, évoqué au JT à l’heure de plus grande écoute, puisqu’il s’agit de la grand-messe cathodique. Normalement, tout va mieux que bien et le pire forcément derrière nous. En dehors du fait que le scénario noir présenté est parfaitement crédible et les enchaînements plutôt bien faits, ce qui est passionnant c’est la réaction des gens face à une réalité « fiction » présentée qui dérange le confort intellectuel et psychologique des masses.

C’est du « vrai » journalisme que France 2 nous a offert. Sous forme de fiction, cela permet d’initier une réflexion et un débat autour de l’économie. C’est suffisamment rare pour être souligné et pour féliciter France Télévision de cette initiative courageuse.

Un déni généralisé de la gravité de la situation

Or les réactions « populaires » sont unanimes et très, très négatives. Les insultes à caractère professionnel proférées à l’encontre de Monsieur Pujadas sont très nombreuses. Cela va de « rendez votre carte de presse » à « vous ne savez plus ce que c’est qu’informer » en passant par « vous êtes un incompétent ».

Mais quelle incompétence y a-t-il à évoquer des scénarios ? Quelle incompétence y a-t-il à vouloir faire « réfléchir » ?

Voici quelques commentaires représentatifs que j’ai sélectionnés pour vous

Monsieur X :

Nuls hier soir les 2 pseudos scenarii pour 2013.

Si les présentateurs ont voulu faire peur aux Français, c’est gagné !

Pourquoi avoir voulu faire ces clips dont l’un était trop pessimiste et l’autre trop optimiste, à quoi ont joué les concepteurs ?

Il aurait été plus raisonnable de rester dans « l’information » !

Le téléspectateur veut de l’information, pas du baratin dirigé, aucun journaliste ne sait plus travailler, sans faire transpirer ses opinions, et essayer de les faire partager.

INFORMATION, pas science-fiction ou commentaires tendancieux !

Pour Monsieur X, ce reportage « fait peur ». Il faut bien comprendre que personne, personne à part quelques rares « pessimistes » dont je revendique faire partie, n’accepte l’idée que nous ne sommes pas mieux que les Grecs ou les Espagnols et que ce qui leur arrive… va sans doute nous arriver aussi, même s’il y aura certainement quelques différences.

La « peur » qu’a suscitée ce scénario est l’un des reproches les plus nombreux faits à notre chaîne nationale. Nos concitoyens ne veulent pas avoir peur. Ils veulent pouvoir continuer tranquillement leur rêve d’État-providence éternel.

Ou encore le commentaire de Monsieur Y plutôt laconique :

Le journal télévisé est sorti de son rôle c’est le moins que l’on puisse dire !

Aucune réflexion, aucun recul, juste un agencement fort d’être dérangé pendant son dîner sur ses certitudes de bien-être matériel éternel.

Ou encore le commentaire de Monsieur Z, l’un de mes préférés :

David Pujadas et François Lenglet ne sont plus dans leur rôle de journalistes. Ils font de la politique fiction, et devraient être sanctionnés pour de tels débordements. Ils sont payés par A2 pour informer, pour renseigner, et non pour mettre la pagaille dans la tête de certains qui sont un peu faible d’esprit…

Pour Monsieur Z, il faudrait carrément « sanctionner de tels débordements » car tenez-vous bien, cela « met la pagaille dans la tête de certains » qui pourraient commencer à comprendre ce qui pourrait se passer… et cela ne doit surtout pas arriver pour que le rêve général puisse se poursuivre.

Ce que l’on voit à travers ces commentaires, c’est que les gens ne veulent en réalité pas être informés. L’information, la vraie justement, ils ne veulent pas l’entendre. Les téléspectateurs et les citoyens eux-mêmes deviennent leurs propres auto-censeurs. C’en est remarquable de bêtise et aussi de tristesse.

Le déni se poursuit

Alors cette nouvelle année s’ouvre sur des stations de ski qui ont fait le plein de touristes pour les fêtes. Les huîtres n’ont jamais été aussi chères (j’en sais quelque chose), les retraites ont été payées, les chômeurs ont été indemnisés, les médicaments ont été remboursés.

Le déni généralisé peut se poursuivre en ce début d’année. Je ne suis pas inquiet pour le début d’année, il y a de l’inertie dans l’économie et la Grèce a mis cinq années avant d’en arriver à sa situation actuelle. Mais hélas, pour beaucoup, la deuxième partie de l’année 2013 sera certainement celle de la prise de conscience que la situation devient vraiment difficile pour tout le monde, et pas uniquement pour le voisin.

Le réveil sera douloureux pour la grande majorité des gens, c’est ce que nous montre ce reportage que France Télévision a eu le courage de diffuser… Et qui sait, si l’objectif n’était pas aussi, justement, de commencer à préparer la population française à un futur compliqué et à une austérité douloureuse, car il ne faut pas se leurrer, l’austérité heureuse cela n’existe pas.

Alors encore une fois, je vous présente tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qu’à mon sens vous devrez consacrer avant tout à la protection de votre patrimoine et de votre famille pour vous permettre d’aborder au mieux la plus grande période d’incertitudes économiques que nous avons jamais eu à affronter depuis la Seconde Guerre mondiale.


Sur le web.