Mariage gay : liberté, égalité… Même pour les gays

Je ne défends pas le « mariage gay », une expression impropre et néanmoins massivement médiatisée, mais l’égalité des droits pour les couples de même sexe.

Je ne défends pas le « mariage gay », une expression impropre et néanmoins massivement médiatisée, mais l’égalité des droits pour les couples de même sexe.

Par Frédérick Carles-Font.

Mariage de deux femmes à Taïwan

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » disait Albert Camus. C’est pourquoi je ne défends pas le « mariage gay », une expression impropre et néanmoins massivement médiatisée, mais l’égalité des droits pour les couples de même sexe. Car il ne s’agit pas d’inventer un droit spécifique qui serait exclusivement réservé aux homosexuels mais tout simplement de leur ouvrir l’accès au mariage civil. Le seul qui soit. Ni plus ni moins. Idem pour le droit à l’adoption.

Certains arguent encore que les homosexuels ont fait « un choix de vie » et qu’ils doivent en assumer les conséquences. Sauf que l’argument de la responsabilité individuelle, cher aux libéraux, n’est pas valide dans ce cas. Avez-vous choisi d’être hétérosexuel ? Non, bien sûr. C’est une évidence qui s’impose à vous. Choisir son orientation sexuelle relève du fantasme (au même titre que choisir la couleur de ses yeux)… ou de l’ignorance.

Seule une minorité d’homosexuels voudrait se marier. Moins encore auraient un projet parental. Le mariage serait dépassé, inutile… mais sacré. Les opposants ratissent large et ne sont pas à un paradoxe près. Mais les gays sont comme tout le monde : il existe en leur sein une pluralité d’opinions, de goûts, de choix et de modes de vie. Personne ne peut savoir mieux qu’eux-mêmes ce qui leur convient. Pourtant, ils ne bénéficient pas du même champ de possibilités que les autres couples alors qu’aucun argument scientifique ne s’y oppose. C’est une injustice arbitraire qui révulse le libéral que je suis. Tous les homosexuels ne désirent pas se marier ou adopter, loin de là. Mais ceux qui le désirent devraient pouvoir le faire. Avoir le choix : n’est-ce pas la définition même de la liberté ?

On entend ânonner « la destruction de la famille ». Pourtant, le modèle familial n’a jamais cessé d’évoluer et il est aujourd’hui parfaitement compatible avec l’homosexualité. Une société vieillissante, minée par une grave crise économique et un déclin démographique, n’a-t-elle pas intérêt à favoriser tous les désirs de former une famille stable et durable avec, peut-être, des enfants, fussent-ils de couples homosexuels ? Dans ce contexte, l’adoption et les techniques de procréation médicalement assistées sont des solutions pour tous. Sans discrimination. Les enfants élevés par des couples gays ne vont ni mieux ni moins bien que les autres, c’est aujourd’hui une évidence. Tout au plus sont-ils dans la situation que vivaient les enfants de divorcés dans les années 50 ou les enfants métis dans les années 70. Fallait-il pour autant interdire le divorce et les unions mixtes ?

Le mariage est aujourd’hui un acte laïc qui dépend de la loi civile. S’il y avait un lien entre mariage et filiation, il faudrait alors en exclure tous les couples qui n’ont pas d’enfant, par choix personnel ou parce que confrontés à l’obstacle de la stérilité. Familles monoparentales ou recomposées : le découplage de la fonction parentale et du biologique caractérise notre époque. Le mariage ne fonde plus la famille (60% des enfants naissent hors mariage et 5% des couples mariés n’auront jamais d’enfant). Il n’a plus aucun rôle social, et je considère que c’est un progrès parce qu’il n’est plus une entrave à la liberté individuelle. Cependant, le mariage demeure la référence, la forme d’union la plus aboutie sur le plan juridique et symbolique. Il est naturel que ceux qui en sont exclus le réclament, poussés par un besoin de reconnaissance et d’égalité. La société se construit d’abord par les choix des individus qui la composent et la famille demeure la clef de voûte de tout l’édifice social. Elle est le noyau qui permet l’éclosion de la personne libre et la transmission des patrimoines, ce par quoi le libéralisme existe. Les défenseurs de la famille devraient se réjouir de voir une population souvent dénoncée comme communautariste ou marginale vouloir participer au droit commun dans un processus de normalisation. Car le mariage c’est la consécration sociale de l’union de deux personnes ayant pour but la solidarité réciproque sur la base de l’affection mutuelle. Il rassemble tous ceux qui croient en ces vœux solennels, tous ceux qui pensent que la société est plus solide lorsqu’elle soutient les preuves d’engagement et les solidarités familiales. C’est un droit qui correspond à des devoirs existants (communauté de vie, secours et assistance, impôts…) et déjà assumés de facto par les couples homosexuels.

Améliorer le PACS ? Mais pourquoi alors conserver deux procédures quasi-identiques ? Interdire l’appellation de mariage, tel un prestigieux label, aux seuls homosexuels vise en fait à proclamer la supériorité de l’amour hétérosexuel. Or, l’État est censé protéger les droits de tous, pas d’établir des hiérarchies entre les citoyens ni d’exclure des minorités de son champ d’action en fonction des convictions personnelles de ses dirigeants. Les homosexuels méritent le même respect des pouvoirs publics que les autres. Ils ne doivent plus être des citoyens de seconde zone au nom de préjugés d’un autre âge, car la dignité de l’individu est la condition de sa liberté. Les citoyens ne sont pas dupes : selon un sondage IFOP de 2011, les deux tiers des Français sont favorables à ce que les homosexuels puissent se marier et 58% soutiennent aussi leur droit à l’adoption.

Ceux qui s’opposent à ce que les homosexuels accèdent à l’égalité des droits tout en s’offusquant d’être taxés d’homophobes m’évoquent ces Américains qui s’opposèrent aux mariages interraciaux jusqu’en 1967 mais refusaient de s’admettre racistes. Pourquoi vouloir interdire à des Blancs et des Noirs qui s’aiment de s’unir si l’on n’est pas raciste ? Mildred Loving est cette femme noire qui avait épousé un blanc et dont le procès contre l’État de Virginie a mis fin à l’interdiction des mariages mixtes aux USA. Peu avant sa mort elle confiait : « Pas un jour ne passe sans que je pense à Richard et à notre amour, notre droit de nous marier, et combien cela signifiait à mes yeux d’avoir la liberté d’épouser la personne précieuse pour moi. Je crois que tous, quel que soit leur sexe, leur race, leur orientation sexuelle, doivent avoir la même liberté de mariage. Ce n’est pas l’affaire du gouvernement d’imposer les croyances religieuses de certains aux autres. Spécialement si ce faisant, il leur dénie leurs droits civiques […] je suis fière que notre nom soit celui d’un arrêt de la Cour qui puisse favoriser l’amour, l’engagement, l’équité et la famille, ce que tant de personnes, noires ou blanches, jeunes ou vieilles, homos ou hétéros, recherchent dans la vie. Je suis pour la liberté de se marier pour tous. »


Retrouvez chaque lundi sur Contrepoints, en collaboration avec le collectif La Main Invisible, l’un des 100 textes de Libres !, le livre libéral aux cent auteurs. Vous pouvez l’acheter sur Internet et dans toute bonne librairie !