Biographie de Lénine

Plus de 500 pages sur la vie de l’idéologue qui a inventé le goulag et mis en place les bases du système totalitaire soviétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lénine, par Robert Service (Crédits Perrin, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Biographie de Lénine

Publié le 16 décembre 2012
- A +

Cette biographie de Robert Service est une excellente lecture pour vos vacances d’hiver. Plus de 500 pages sur la vie de l’idéologue qui a inventé le goulag et mis en place les bases du système totalitaire soviétique.

Par Bogdan Calinescu.
Publié en collaboration avec l’aleps.

Les connaisseurs s’accordent à dire que les meilleurs spécialistes du communisme sont les anglo-américains. Robert Service le confirme. Déjà auteur d’une biographie de Trotski et d’une histoire du communisme à travers le monde, l’auteur britannique, enseignant à Oxford, nous propose une imposante, mais ô combien passionnante, biographie de celui qui est à l’origine du totalitarisme soviétique. Robert Service a eu accès aux archives du Parti communiste soviétique et au fameux dossier Lénine. Comme souvent dans les pays communistes, on ne touche pas aux icônes du Parti. Leur biographie est changée et embellie, leurs actions sont encensées et adaptées. Cette fois-ci, on connaît la vérité.

Le jeune Lénine était quelqu’un de très studieux et appliqué dans son travail. Il n’aimait pas bâcler ce qu’il devait faire. Parallèlement, on décèle très tôt chez lui un côté maladif (hypocondriaque) et très intolérant alors qu’il est originaire d’un milieu privilégié. Il aura l’occasion de le prouver en pleine « action » en assistant sans aucune compassion à l’agonie des paysans pendant la grande famine volontairement provoquée par le régime. Nourri idéologiquement grâce à la lecture de Machiavel et de Hegel, Lénine semble, d’après l’auteur, obsédé par l’exécution de son frère qui avait tenté d’assassiner le tsar. Cette envie de vengeance lui aurait servi de « guide » durant toutes ces années d’instauration du régime totalitaire en Russie. C’est une explication mais elle nous semble un peu partielle. Lénine était, comme Robespierre et Trotski, un révolutionnaire paranoïaque (comme le démontre l’historien Richard Pipes) désireux de changer le monde par n’importe quel moyen. Pour lui, il fallait effectivement éliminer (on le trouve dans sa correspondance) les classes sociales « supérieures » et aussi tous ceux qui pourraient se mettre en travers de l’instauration du nouvel ordre communiste. Les popes, les koulaks et les bourgeois devaient être éliminés. C’est aussi Lénine qui a créé la Tcheka ! De même, les libertés n’avaient pas leur place dans la nouvelle société ou elles avaient besoin de l’approbation des membres du Parti. Pour lui – et il le fait savoir dès 1917 –, la société socialiste doit être centralisée et s’occuper de tout, y compris de la distribution des produits.

Le comble c’est que « l’une des plus grandes entreprises machiavéliques du XXe siècle s’est formée à partir des mesures prises au pied levé plutôt qu’en fonction d’une stratégie grandiose », écrit Robert Service. Lénine voulait changer l’Histoire en fonction de ses principes marxistes qu’il trouvait éternels. Il a plus changé l’Histoire en fonction de ses humeurs et des événements. Pour le grand malheur des gens…

Robert service, Lénine, Perrin, 576 pages, 2012.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
décolonialisme
0
Sauvegarder cet article

Par Marian L. Tupy. Un article de Quillette

Le discours universitaire dominant sur la race soutient que les écarts de richesse et de puissance entre les groupes ethniques résultent de l’imposition, par un de ces groupes, de systèmes sociaux, juridiques et économiques créés pour bénéficier à celui-ci au détriment d’un autre.

Le système colonialiste est largement pointé du doigt comme l’exemple d’un système oppresseur-opprimé. Depuis la résurgence des thèses anticoloniales en Occident et la mise en accusation de « l’impérialisme e... Poursuivre la lecture

1er mai
0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Comme chaque année, et aussi vrai que les muguets fleurissent, le 1er mai les syndicats défilent en bon ordre (généralement dispersé) tandis que les salariés profitent de cet « acquis social » qui inaugure un long mois de jours fériés à répétition.

Un jour de luttes longtemps violent

Il n’en a pas toujours été ainsi. Le Premier mai a d’abord été un jour de luttes, de revendications et de violences. Les syndicats ouvriers américains avaient lancé l’idée d’un mouvement d’actions ouvrières à l’occasion d... Poursuivre la lecture

Par Alain-Gérard Slama. Un article de The Conversation

Ancien militant d’extrême gauche, Stéphane Courtois a été guéri de ses anciennes passions dans les années 1970 par Annie Kriegel, universitaire et journaliste, démystificatrice implacable du parti communiste français dont elle avait été membre jusqu’à la période de déstalinisation. Devenu lui-même directeur de recherche au CNRS, Courtois s’est spécialisé dans l’histoire du bolchevisme dans le même esprit, et il a été un des premiers à dépouiller le fond des archives soviétiques dès... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles