Intelligence économique : en France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées ?

Le problème est que nos idées sont en grande partie exploitées à l’étranger. Besoin de sensibilisation à l'intelligence économique ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Intelligence économique : en France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées ?

Publié le 14 décembre 2012
- A +

Le problème majeur est que nos idées sont en grande partie développées et exploitées à l’étranger. Besoin de sensibilisation à l’intelligence économique ?

Par Jean-Louis Caccomo.

Depuis le premier choc pétrolier de 1973, le slogan officiel national est que « la France n’a pas de pétrole mais elle a des idées ». Le problème majeur est que nos idées sont en grande partie développées et exploitées à l’étranger (soit par des Français expatriés, soit par des concurrents étrangers) donnant naissance à des produits, des services voire des industries qui vont devenir nos plus redoutables concurrents. Ce mouvement est entretenu par la fuite des cerveaux, la diminution des dépôts de brevets français et la création de start-up françaises à l’étranger, notamment à la Silicon Valley.

Ce processus ne date pas d’aujourd’hui. La première machine à vapeur a été mise au point par le français Denis Papin, mais c’est l’écossais James Watt (1736-1819) qui déposa le brevet, lançant la révolution industrielle en Angleterre. Les Frères Lumières ont mis au point, à la fin du XIX° siècle, le procédé cinématographique, mais l’industrie du cinéma est née à Hollywood. Dans les années 60, l’entreprise française BULL était parmi les premières sociétés en pointe dans le secteur informatique mais la France est passée à côté de la nouvelle économie. C’est une des manifestations du « paradoxe français ».

Et cette situation est sans doute liée à la prise de conscience tardive de la nécessité de sensibiliser les acteurs économiques du pays (entreprises, universités, laboratoires de recherche, collectivités locales, État) aux pratiques d’intelligence économique (lobbies, réseau, renseignement, secret, espionnage) mises en œuvre, depuis les années 70, par les Japonais, les Américains puis, plus récemment, les Chinois [1].

Pendant que les universités américaines ou chinoises sélectionnent scrupuleusement, et surveillent, aussi les étudiants en provenance de pays concurrents, nous finançons, au nom du social, les études d’étudiants étrangers dont certains n’ont pas toujours des intentions « pacifiques » ou désintéressées. En fait, ils viennent carrément nous piller et nous nous laissons faire…

Ces pratiques d’intelligence économique ont consisté à transposer, dans le domaine de l’économie, les techniques mises au point par les militaires durant les périodes de guerre, et notamment durant la guerre froide qui a opposé le bloc soviétique (qui a ainsi pillé les technologies occidentales voir l’affaire Farewell popularisée par l’excellent film de Christian Carion). Elles sont généralement mises en œuvre par des anciens agents des services secrets qui travaillent pour des sociétés privées d’intelligence économiques au service des États ou de firmes concurrentes [2].

Hélas, la généralisation de ces procédés transforme la compétition économique en une véritable « guerre économique ». Et il vaut mieux œuvrer à pacifier l’économie qu’à entretenir une guerre économique qui dégénère toujours en guerre tout court. Mais il faut aussi être lucide car ce sont ces moyens qui sont à l’œuvre dans les négociations à l’OMC, aux congrès américains ou au parlement de Bruxelles lorsqu’il s’agit de faire adopter des normes, des législations sur les brevets ou autres enjeux stratégiques. Paris a sans doute perdu l’organisation des jeux olympiques au profit de Londres par manque de professionnalisme dans ce domaine.

Depuis la fusion des R.G. et de la D.S.T, mise en œuvre sous la présidence Sarkozy, qui a donné naissance à la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (D.C.R.I.), l’intelligence économique est donc devenue, à côté de la lutte contre le terrorisme, une mission majeure et essentielle de ce service de l’État.

De ce point de vue, les États-Unis ont du pétrole mais ils ont aussi des idées.

Depuis 1973, ils ont toujours privilégié le recours aux importations de pétrole afin de ne pas puiser dans leurs réserves stratégiques, alors qu’ils disposent déjà des réserves de pétroles considérables.

Intelligence économique, quand tu nous tiens !

—-
Sur le web.

  1. Rapport Martre, œuvre collective du Commissariat du Plan intitulée Intelligence économique et stratégie des entreprises, La Documentation Française, Paris, 1994.
  2. Christian Harbulot, La guerre économique, Que Sais-je/PUF, Paris, 2010. Christian Harbulot, « Intelligence économique et stratégie des entreprises », La documentation française, Paris, 1994.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je pense qu’il va falloir que vous vous renseigniez mieux au sujet du cinéma: cela fait deux fois que vous essayez d’en parler et que vous tomber un peu à côté…

    Les Frères Lumière ont développé UN procédé cinématographique dont la première séance payante est considérée comme la naissance du Cinéma. Mais aux USA, c’est Thomas Edison qui a développé son procédé cinématographique et avait la main mise.
    Au début du XXe siècle, une dizaine d’années avant Hollywood, les Japonais avaient créé une industrie cinématographique très importante (dont la totalité des films fut perdue).
    De plus, aux USA, cette industrie avait d’abord démarrée sur la côte Est, avant de se déplacer vers la côte Ouest par souci de coûts. Et ces industries furent créées, certes par Européens immigrés mais aucun n’était français.
    Enfin, quand l’industrie cinématographique de Hollywood explosa, c’était surtout par les moyens utilisés pour l’époque. Même si Chaplin s’est grandement inspiré de Max Linder, ce dernier avait un certain succès en France. C’est dans la démesure des décors qu’il faut voir le succès de l’époque (Naissance d’une nation de Griffith, par exemple).

  • Juste un point mais il est fondamental !
    En aucun cas, l’espionnage relève de l’intelligence économique. L’IE (intelligence économique) s’effectue uniquement que sur des sources ouvertes, c’est un des principes de base !!!

  • En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées, malheureusement il y a aussi plein de politiciens convaincus d’en avoir…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Mösching.

Dans la première partie de cet article, nous avons vu qu’en permettant la diffusion et la transmission des connaissances les outils de communication sont devenus les puissants moteurs du progrès.

Les grandes innovations sont souvent en rapport avec la communication : l’écriture, l’imprimerie, le téléphone, Internet, les réseaux sans fil. À partir de cette vision du progrès, nous pouvons extrapoler et imaginer les évolutions possibles.

Le langage naturel exprime de la connaissance

Détaillons le proce... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Erwan Le Noan. Un article de Trop Libre

Convaincus que Huawei est un cheval de Troie du gouvernement de Pékin et pourrait, à terme, constituer une menace pour la sécurité des infrastructures occidentales, les États-Unis ont engagé à son encontre une offensive diplomatique : les Alliés de Washington sont priés de prendre des mesures pour contenir l’expansion du géant chinois. L’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne ou le Japon sont sur la même ligne.

Que ces craintes soient fondées ou non, cet exemple illustre un... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Au fin fond des cartons républicains, à des années-lumière du libéralisme, veille celui que le gouvernement appelle lorsqu'il n'est plus capable de trouver une solution à ses problèmes, quand il ne reste plus aucun espoir : le gros protectionnisme des familles. Vendredi dernier, Édouard Philippe a, une fois de plus, poussé le gros bouton rouge de la mobilisation pour en ajouter une bonne couche.

En juin 2012, Arnaud Montebourg, alors ministre d'un portefeuille maintenant disparu, celui du Dressement Reproductif, faisait une annonce ton... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles