Nigel Farage est un meilleur allié que Nick Clegg !

Peut-on envisager un pacte électoral des Conservateurs avec l’UKIP, le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nigel Farage est un meilleur allié que Nick Clegg !

Publié le 19 novembre 2012
- A +

Peut-on envisager un pacte électoral des Conservateurs avec l’UKIP, le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni ?

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.

Nigel Farage, chef du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP).

Corby et le Comté de Northampton-Est, comme beaucoup de circonscriptions disputées, offrent une structure démographique typique. La plupart des indicateurs – âge, revenus, proportion des ruraux et des urbains –  sont très proches de la moyenne nationale. D’une certaine façon, ils sont inhabituellement représentatifs du Royaume Uni tout entier : l’usine d’acier étant opérée principalement par des Écossais, c’est un petit morceau de Clydeside inséré dans le Comté de Northampton.

Sans surprise, le Labour devait l’emporter sur les Conservateurs : c’est l’habitude au Parlement dans ce type de conjoncture. La surprise fut un vote trois fois plus important pour l’UKIP (United Kingdom Independence Party) que celui pour les Libéraux Démocrates.

À chaque fois que je leur suggère un arrangement avec l’UKIP, ils me répondent que les LibDems ont un poids électoral plus important. Mais cela est de moins en moins vrai. L’UKIP et les LibDems font régulièrement jeu égal dans les sondages depuis quelques années et l’UKIP vient de démontrer qu’il peut transformer ces sondages d’opinions en votes réels. Personne ne pourrait décemment présenter Corby comme un territoire classique pour UKIP. Le parti n’était même pas en lice la dernière fois. Mais son candidat là-bas, Margot Parker, a engrangé la même proportion de votes que les candidats UKIP lors des dernières élections locales : 14%.

Bien sûr, il est vrai que les votes LibDem, plus concentrés géographiquement que ceux de l’UKIP, se traduisent plus facilement en sièges au parlement. Mais je suggère un pacte électoral, et pas une coalition (bien qu’éventuellement, une coalition puisse suivre). Du point de vue des Conservateurs, un parti avec des supporters Tory est certainement un partenaire plus intéressant qu’un avec peu de votes là où ils comptent.

De la même façon, on ne rappellera jamais assez que la précondition d’un pacte avec l’UKIP – un référendum sur l’adhésion à l’Union Européenne – est populaire en elle-même. Quel serait l’inconvénient, pour l’amour de Dieu ? Qui serait agacé ? Aucun parti n’a jamais perdu de votes en demandant aux électeurs ce qu’ils voulaient.

Je propose le référendum sur l’adhésion à l’UE comme façon de mobiliser les électeurs UKIP ; je le propose parce que c’est la bonne chose à faire. Mais, une fois faite, je pense que nous devrions travailler sur une unification de la Droite, dans le style canadien. Autrement… eh bien, demandons aux Tories canadiens.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Bonne idée ! et dans la foulée, un référendum sur l’immigration pour que le Royaume-uni puisse encore préserver son identité et son avenir de nation libre.

  • Farage a raison sur l’Europe.
    il est temps de mettre un terme à l’UE.

    Revenir au Etats souverains avec de simples accords de libre-échange européens. Tout le reste : les institutions supranationales, lois européennes, monnaie unique sont a détruire et ne jamais refaire.

    Nous ne somme pas les Etats-Unis, nous ne le serons jamais. L’entre deux est dévastateur, la seule Europe qui marche ET qui est légitime c’est les Etats souverains indépendants, qui mettent en place des traités de libre-échanges et qui coopérent sur des projets précis (airbus, spatiale, santé, universités etc). La « construction européenne » est une aberration. Gardons simplement le Conseil de l’Europe pour que les Etats se parlent de temps et temps et prennent des positions communes pour avoir du poids (et non des institutions, lois et système communs).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme annoncé par les sondages, les travaillistes ont largement gagné les élections législatives. C’est l’une des plus lourdes défaites des conservateurs, même si le Labour fait un peu moins bien que Tony Blair en 1997.

 

Avec 33,8 % des voix, le Labour n’accroît son score que de 1,6 %, ce qui témoigne d’une croissance très faible en nombre de voix. En revanche, il gagne 210 sièges, pour atteindre 409 sièges au Parlement.

Ce n’est donc pas tant une victoire du Labour qu’une très large défaite des conservateurs : 23,8... Poursuivre la lecture

Sauf grande surprise, les travaillistes devraient gagner les élections législatives au Royaume-Uni et ainsi revenir au pouvoir après 14 ans de disette. Loin des outrances d’un Jeremy Corbin, complètement marxiste, la ligne actuelle, portée par Keir Starmer, est beaucoup plus libérale et pro business. Les Travaillistes ont compris que la pauvreté se réduit par la création de richesse et que la situation sociale s’améliore par la productivité.

Alexis Karklins-Marchay a ainsi collecté quelques extraits du programme travailliste, qui montr... Poursuivre la lecture

En 1966, les Beatles ont sorti une chanson intitulée « Taxman », qui commence par ces lignes :

Let me tell you how it will be That’s one for you, 19 for me… Should 5 percent appear too small, Be thankful I don’t take it all. Laisse-moi te dire comment ça va se passer Ça fait un pour toi, dix-neuf pour moi Si cinq pour cent semblent trop peu Remerciez moi de ne pas tout prendre

 

Les paroles ont été écrites pour protester contre la fiscalité excessive au Royaume-Uni, qui, jusque dans les années 1970, revenait à exprop... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles